Le meilleur de votre ville

8 animaux à voir au Zoo de Vincennes

Le zoo parisien rouvre ses portes samedi 12 avril

Après cinq longues années de travaux, le Zoo de Vincennes a fait sa mue. C'est la première fois qu'un zoo change totalement de visage, si l'on en croit la brochure de presse. Ceux qui avaient pour habitude de s'y promener n'ont plus que le Grand Rocher de 65 mètres de haut pour repère, puisque tout le reste a été remodelé : des hectares forestiers plantés, une grande serre, une volière, les éléphants en moins, un lamantin en plus, et cinq « biozones ». Le mot biozone n'est pas là par hasard, car ce zoo du XXIe siècle n'a plus grand-chose à voir avec celui qu'il était en 1934, date de sa fondation. Les mentalités ont évolué (pour le meilleur) et les animaux disposent aujourd'hui de conditions de vie bien supérieures à celles d'autrefois. Plus d'espace, une biodiversité respectée, des espèces menacées préservées, et une volonté pédagogique affichée, parfois un peu gnangnan quand on aperçoit le dessin d'un lamantin avec un bavoir ou celui d'une tortue avec une hélice... Pas de quoi se plaindre, le visiteur en prend plein les yeux et découvre même des animaux rares avec des noms rigolos, comme le cryptoprocte féroce ou le glouton. En voici huit à ne pas manquer.


  • 1/ Le lémurien

    © EChirache

    Le propithèque couronné fait partie de la famille des lémuriformes et se trouve uniquement sur l'île de Madagascar, comme tous les lémuriens. Hélas, il s'agit d'une espèce très menacée et le travail du zoo consiste aussi à préserver son existence. Malgré une grande cage, les propithèques du Zoo de Vincennes sont assez faciles à apercevoir car ils bougent beaucoup et font preuve d'une agilité incroyable sur leurs bambous.

    1/ Le lémurien
  • 2/ Le tamanoir

    © EChirache

    Quand on regarde un tamanoir, on se dit que Dieu l'a créé un jour où il gardait son petit neveu, histoire de le faire marrer. « Tiens, regarde, je te dessine une bestiole avec un long pif et une queue touffue, tu vas te coucher maintenant ? » Il faut dire que même un contrôleur des impôts retrouverait son âme d'enfant en observant cette bête tellement surréaliste que même Dali s'en était procuré un.

    2/ Le tamanoir
  • 3/ Le lamantin

    © EChirache

    Tinus est le premier lamantin à poser ses nageoires à Vincennes. Ce Hollandais nageant est né au Zoo d'Amsterdam, il a 24 ans et pèse 600 kilos. Dans son bassin, il s'éclate en faisant des 360, les nageoires sur le ventre, semblant dire : « J'ai bien mangé, j'ai bien bu, j'ai la peau du ventre bien tendue. » En se dotant d'un lamantin, le Parc Zoologique souhaite contribuer à sa réintroduction en Guadeloupe. Vous pouvez d'ailleurs parrainer Tinus sur le site Internet du zoo, et recevoir divers avantages en fonction de la somme donnée.

    3/ Le lamantin
  • 4/ Le capybara

    © EChirache

    Tranchons le débat, si débat il y a, tout de suite : le capybara est le plus gros rongeur du monde. Et ouais, ça vous pose un rongeur. Fort d'un gros museau et d'un corps aux proportions mal foutues, le capybara bénéficie d'un immense capital sympathie. Si vous ajoutez à cela qu'il ressemble à Rafael Nadal, vous obtenez un animal très 2.0, la preuve avec ce tumblr hilarant.

    4/ Le capybara
  • 5/ La girafe

    © EChirache

    Les girafes du Parc Zoologique sont surnommées les « divas du zoo » par le personnel. Il faut dire qu'elles sont la seule espèce à n'avoir pas déménagé pendant les travaux. Avec ses longs cils et ses yeux de biche un peu blasés, Adeline la girafe est en effet une diva, une star du zoo haute de 3 mètres et qui possède son propre compte twitter.

    5/ La girafe
  • 6/ Le manchot de Humboldt

    © EChirache

    Le manchot de Humboldt est un vrai plaidoyer pour le mariage pour tous à lui tout seul. Non seulement ce manchot pratique les relations homosexuelles, soi-disant contre nature, mais en plus il est capable d'adopter. C'est le bel exemple d'un couple de manchots de Humboldt d'un zoo allemand, qui ont élevé un œuf abandonné par ses parents biologiques. Christiane Taubira likes this.

    6/ Le manchot de Humboldt
  • 7/ Le pudu

    © EChirache

    Tiens, le pudu. Comment dire ? Avec un tel nom, si les forêts d'Amérique du Sud étaient une cour de récré, le pudu serait la tête de turc de ses petits camarades. Quand les animaux de la forêt organisent un foot, on peut être certain que le pudu est choisi en dernier. « Ah non, pas le pudu ! » râle capitaine loup. Pour être tout à fait honnête, le nom de ce petit cervidé proche du faon se prononce « poudou », alors pour les jeux de mots, vous repasserez.

    7/ Le pudu
  • 8/ Les otaries

    Les photos de ce diaporama ont été faites pendant la visite presse du zoo et certains animaux étaient en « acclimatation », ce qui explique pourquoi le Parc prenait parfois des allures de zoo fantôme. Déception donc, de ne pas voir les mythiques otaries du Zoo de Vincennes. Pourquoi mythiques ? Parce que figurez-vous qu'elles changent de couleur au soleil couchant et qu'elles lisent dans le texte les philosophes allemands. Si, si, c'est vrai, la preuve :


    8/ Les otaries

1/ Le lémurien

© EChirache

Le propithèque couronné fait partie de la famille des lémuriformes et se trouve uniquement sur l'île de Madagascar, comme tous les lémuriens. Hélas, il s'agit d'une espèce très menacée et le travail du zoo consiste aussi à préserver son existence. Malgré une grande cage, les propithèques du Zoo de Vincennes sont assez faciles à apercevoir car ils bougent beaucoup et font preuve d'une agilité incroyable sur leurs bambous.


City links

Global links