Le meilleur de votre ville

Photos : un footing aux Buttes Chaumont

Courir les rues, battre la campagne, fendre les flots

© EC / TOP


Qui dit rentrée dit bonnes résolutions, qui dit bonnes résolutions dit sport. Or, le sport à Paris coûte généralement cher, à l'exception notable du footing. Mettre un pied devant l'autre ne réclame après tout qu'une poignée d'orteils en bon état, et quelques mètres de bitume ou d'herbe à fouler joyeusement. Gratuit, vraiment ? Il n'y a que le premier pas qui coûte, dit-on, et c'est bien vrai. L'été, la dégustation d'un verre de rosé au soleil paraît plus tentante que de transpirer en remuant ses fesses, et l'hiver, la simple idée de mettre un pied dans la froidure vous épuise davantage encore que deux heures de course. Pourtant, quel bonheur quand vous aurez franchi le cap, à l'image de ces joggeurs que nous avons rencontrés aux Buttes Chaumont. Pourquoi aiment-ils venir dans ce parc du 19e arrondissement, quels conseils donneraient-ils à des débutants, quel parcours font-ils ? Voici ce qu'ils nous révèlent.

CLIQUEZ SUR LA FLÈCHE POUR FAIRE DÉFILER LES PHOTOS.

  • Moussa et Alessandro

    © EC / TOP

    « C’est la rentrée, alors on s’y remet. » Moussa et Alessandro viennent courir dans le parc presque tous les matins. Ils préfèrent courir à deux, c’est plus stimulant, mais sans se chronométrer, car ils ont une technique bien à eux : « On s’arrête quand on n’en peut plus, mais pas avant d’être totalement lessivés. » Ils conseillent aux débutants de venir le matin aux Buttes Chaumont. « Moins de monde que le soir, et puis surtout on respire mieux, il y a plus d’oxygène en matinée. »

    Moussa et Alessandro
  • Lina

    © EC / TOP

    Si Lina s’habille avec des vêtements sportifs, c’est aussi parce que c’est un bon rituel pour se motiver : « Comme ça, on se met dans le bain avant même de courir, ça permet de s’investir vraiment. » Son parcours habituel, c’est un tour entier du parc puis quelques circonvolutions autour du plan d’eau. « D’ailleurs, je conseille aux débutants qui viennent ici de commencer par courir autour du lac, c’est plus facile. Ce n’est pas si évident, les Buttes Chaumont, parce que ça monte et ça descend beaucoup. » Pourtant, Lina n’aimerait pas courir ailleurs. « Ce parc est génial, je l’adore. On ne s'imagine pas à Paris quand on court ici. En plus, on finit par se reconnaître entre joggeurs, on se fait des petits signes, sans se parler, c’est sympa. »

     

    Lina
  • Yamina

    © EC / TOP

    On ne croise pas que des coureurs aux Buttes Chaumont. Une partie non négligeable des promeneurs sont des marcheurs de tous âges, comme Yamina. L'avantage, c'est qu'ils profitent plus du paysage.

    Yamina
  • Julie

    © EC / TOP

    Beaucoup de coureurs sont avant tout des sportifs. Ils pratiquent le footing en complément d'autres activités physiques, comme Julie, qui vient se chauffer les muscles avant ses exercices de fitness. « La musique, c’est pour le mental, ça aide ! Je me fais des playlists exprès pour ça, avec des morceaux qui me boostent. » La jeune femme adore le parc, y vient régulièrement avec ses amis, ses enfants, pour pique-niquer, se détendre, courir.

    Julie
  • Nongu

    © EC / TOP

    Ce Boston Terrier vient courir avec son maître, Raphaël, tous les matins après le boulot. « Je pars travailler à 3h du matin, raconte le propriétaire de Nongu. J’y vais à pieds, ça représente une marche d’une heure environ, puis quand j’ai fini, je viens ici pour courir. » Seul souci : le jeune Nongu a une peur bleue des gens, surtout des enfants. « Vous connaissez des parcs où je pourrais le promener sans laisse ? » Il en existe un seul, c’est le caniparc du square Antoine, Paris 14e.

    Nongu
  • © EC / TOP

    Au revoir, Nongu.

  • Petite pause étirements

    © EC / TOP

    Allez, on tire, on tire.

    Petite pause étirements
  • Le butō avec Daniel

    © EC / TOP

    Il n’en faut pas beaucoup à Daniel pour raconter sa vie. Il faut dire que c’est son métier, la voix. Professeur de voix (mais pas pour chanter ou parler, « il s’agit de la voix intérieure », nous explique-t-il), Daniel voyage tous les quatre matins entre Zürich, Paris, Mexico, New York et moult autres villes. Aujourd’hui, le globe-trotter s’est couché à 4h du matin, mais il n’a pas voulu faire la grasse matinée pour autant. « Je viens d’arriver à Paris et je repars bientôt, alors je me suis dit qu’il valait mieux en profiter. Du coup, je viens ici depuis le 3e arrondissement pour courir et faire quelques exercices de butō japonais mélangés avec des gestes que j’ai inventés pour mon travail. » On est intrigué, on demande à voir. Daniel s’exécute devant nous, ouvrant sa parade sur des « huit », un geste qui lui permet de « s’auto-masser » (ce n’est pas sale). Le professeur de voix enchaîne alors avec fluidité les positions, les mouvements et les pas de danse. Une performance qui nous laisse… sans voix. 

    Le butō avec Daniel
  • © EC / TOP

  • © EC / TOP

  • © EC / TOP

Moussa et Alessandro

© EC / TOP

« C’est la rentrée, alors on s’y remet. » Moussa et Alessandro viennent courir dans le parc presque tous les matins. Ils préfèrent courir à deux, c’est plus stimulant, mais sans se chronométrer, car ils ont une technique bien à eux : « On s’arrête quand on n’en peut plus, mais pas avant d’être totalement lessivés. » Ils conseillent aux débutants de venir le matin aux Buttes Chaumont. « Moins de monde que le soir, et puis surtout on respire mieux, il y a plus d’oxygène en matinée. »



Plus de sports à faire à Paris

  • Un cours de gym suédoise en plein air
  • Un tour en kayak sur le canal
  • Un sprint après le ballon rond
  • Une promenade en rollers
    Pari Roller
  • Une initiation à l'auto-défense
  • Un dimanche matin sain

City links

Global links