Le meilleur de votre ville

Un faux Paris pour protéger le vrai en 1917

Comment le gouvernement français voulut fabriquer un leurre pour duper l'aviation allemande


Le projet ressemble au scénario d'un film hollywoodien. Pourtant, il vit le jour en France à la fin de la Première Guerre mondiale, à une époque où les raids aériens nocturnes commençaient à représenter une vraie menace pour la population parisienne. Pour éviter ces bombardements, qui firent près de 800 victimes en 1918, les autorités françaises imaginèrent un leurre, un faux Paris visible depuis le ciel, créé de toutes pièces.

On trouva l'endroit idoine le long de la forêt de Saint-Germain-en-Laye, du côté de Maisons-Laffitte, Herblay et Conflans-Sainte-Honorine, là où coule un bras de la Seine similaire à celui qui traverse la capitale. Dans son ouvrage 'Quand Paris était une ville lumière', le brigadier Pierre Marie Gallois écrit au sujet de ce faux Paris : « De fausses gares, des places et des avenues factices, simulées par des lumignons adroitement disposés dans la forêt de Saint-Germain, auraient donné à l'ennemi aérien l'illusion de survoler un Paris au couvre-feu mal observé. » C'est un ingénieur électricien et futur responsable de l'illumination de la tour Eiffel, Fernand Jacopozzi, qui décrocha le contrat pour réaliser ce jeu de lumières destiné à berner les Allemands.

Au final, les premiers travaux n'aboutirent qu'à la fabrication d'une gare de l'Est factice, puisque l'armistice mit un terme précoce à ce plan de défense audacieux.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la page wikipedia.

© Xavier Boissel, Didier Vivien, Gaspard Vivien



City links

Global links