Le meilleur de votre ville

Ernest : 1 euro de plus sur votre addition au resto pour financer l’aide alimentaire

Manger, égalité, fraternité


Les meilleures idées sont souvent les plus simples. Et Ernest l'a bien compris. Ce projet, au joli nom d'écrivain, repose sur un concept aussi limpide que l'eau de roche : prélever une minuscule somme sur votre addition au restaurant, afin de financer des repas pour les plus démunis.

Ainsi, depuis deux semaines et jusqu'au 3 mai 2015, quinze tables de l'Est parisien se prêtent au jeu de la redistribution horizontale. Et attention, pas n'importe lesquelles. Les établissements qui ont dit « oui » à ce brave Ernest font tous (ou presque) partie de nos adresses préférées. Dans cette liste, on retrouve par exemple Chatomat et sa cuisine créative, The Sunken Chip et ses divins fish & chips, la taverne des Pères Populaires et ses planches de charcuterie, Terra Madre et ses délices italiens, My food et ses grillades sud-africaines, la Petite Fabrique et ses assiettes bio, Frenchie et son bar à vin, Au fond du jardin et ses petits plats à déguster au soleil, Clint et ses joyeux menus ou encore Farago et ses tapas de haute-voltige.

Le principe change selon le restaurant. Ici, on vous fait payer 20 centimes de plus sur le prix de la formule, là-bas, on ajoute 1 euro à l'addition finale. Et à chaque fois, l'argent collecté est redistribué à deux associations : L'Un et l'Autre, un collectif ancré dans le 19e arrondissement qui offre une structure d'accueil et distribue plus de 650 repas, deux fois par semaine ; et La Main de L'Autre, qui collecte de la nourriture auprès des supermarchés et des familles pour fournir des colis alimentaires à plus de 350 personnes par semaine. Deux acteurs de terrain, engagés de façon locale. Il faut dire que la proximité est l'un des concepts chers au cœur d'Ernest, son but étant avant tout de tisser des liens (entre ceux qui vont au restaurant et ceux qui sont dans le besoin, entre les restaurants et les associations d'un même quartier, entre les habitants et les acteurs d'un réseau solidaire) et de construire des circuits courts et transparents pour lutter contre les inégalités. Un beau projet d'actualité (en 2013, 3,9 millions de Français ont eu recours à l'aide alimentaire), porté par une équipe jeune et dynamique qui n'a visiblement pas eu besoin d'écouter le nouveau tube des Enfoirés pour se bouger. 

>>> Plus d'infos sur le site d'Ernest.


City links

Global links