Le meilleur de votre ville

Que mangent les super-héros ?

Tout le monde va passer à table !


On n’a pas vraiment l’habitude de les voir assis à une table, épluchant tranquillement un homard ou commandant des crêpes Suzette. Généralement, ils sont plutôt occupés à déjouer les plans d’un super-vilain ou à se torturer l’esprit avec des questions existentielles sur le bien, le mal et leurs responsabilités dans tout ça. Mais puisque tout le monde doit bien, à un moment ou un autre, passer à table, il était de notre devoir de poser la question haut et fort : « Mais, diantre à la fin, que mangent les super-héros ? »

Avant d’élucider cet épais mystère, il a d’abord fallu répondre à une autre colle. En premier lieu et simplement : les super-héros mangent-ils, ou plutôt, ont-ils besoin de manger ? La question ne se pose évidemment pas pour ceux qui n’ont pas vraiment de super-pouvoirs, comme Batman ou la Veuve Noire, ou ceux dont les incroyables capacités proviennent d’un objet particulier, comme l’armure d’Iron Man ou l’anneau de Green Lantern. Mais qu’en est-il pour Superman qui vient de Krypton, Hellboy débarqué des enfers, Thor d'Asgard ou Captain America, Spiderman, Daredevil, Flash ou Hulk, qui tirent tous leurs aptitudes d’anomalies génétiques accidentellement provoquées ou héritées ? 

Si peu d’études (aucune, en fait) ont à ce jour tenté de percer cette effroyable énigme, on peut tout de même avancer, sans trop se mouiller, qu’aucun d’entre eux n’est allergique à la nourriture terrestre, ou sujet à un régime alimentaire bien spécifique (même si, d’une certaine façon, Superman se nourrit des rayons du soleil). La plupart possède même des besoins physiques équivalents à ceux du commun des mortels, alors que d'autres éprouvent la nécessité de s’adapter au monde humain (ou ont la volonté de mieux le comprendre) en s'attablant de temps à autre. En y réfléchissant bien, on pourrait même affirmer qu’il leur faut manger beaucoup plus que la normale pour rééquilibrer les calories brûlées en utilisant leurs super-pouvoirs.

DR


Au final, il est bien plus sûr que les super-héros boivent. Tony Stark en tête, même si Disney a tenté de gommer le problème dans les films, suivi par Hellboy et Wolverine. Evidemment, avec ces destins compliqués et toute cette pression sur leurs épaules musclées, on peut comprendre...

Si les biographies des super-héros ne font pas forcement état de leurs préférences alimentaires, on les croise pourtant souvent dans les dérivés de la culture populaire, associés à des produits de grande consommation. Evidemment l'image du super-héros fait vendre depuis toujours, alors pourquoi les marques se priveraient-elles de tels ambassadeurs ? Les super-héros et la malbouffe, comme deux emblèmes de l'empire américain. Mais la tendance n'est pas à sens unique puisqu'en 2012, des chercheurs de l'université de Cornell ont mené une étude pour prouver qu'associés à des produits sains, les super-héros incitaient les enfants à manger mieux et plus équilibré. Oui, un chou de Bruxelles avec une cape a plus de chance d'être dégusté par un enfant qu'une banale et terrestre carotte. Fascinant, hein ?

On est bien avancé, maintenant. Mais hors de question pour nous de s’arrêter à ce maigre constat. On a donc décidé de se prêter au jeu. 

Bref, dis-moi quel super-héros tu es, je te dirai où aller manger : 

  • Superman

    Voilà un bon plouc du Kansas, un gentil garçon proche de ses parents, élevé à la ferme, respectueux et prévenant, que l’on imagine bien en train d’allumer un barbecue avec ses yeux à rayons infra-rouge, puis de partager de belles tranches de viande grillée avec des gens qui lui sont chers. 
    Le Bœuf Volant, donc. C’est tout trouvé. 

  • Batman

    Derrière Batman, il y a Bruce Wayne, multimilliardaire, né avec une petite cuillère en or dans la bouche, habitué aux belles choses généralement livrées sur un plateau d’argent (coucou Alfred). On a donc du mal à l’imaginer en train de se gaver de junk food au rabais. On le soupçonnerait même d’avoir des tendances un peu anorexiques dans ses mauvaises passes (des jeûnes introspectifs qu’il doit combler avec des compléments alimentaires riches en toutes sortes de protéines). Et dans ses bons jours ? On le retrouverait assis dans l’un des plus beaux restos de Gotham, en jolie compagnie. Donc, l
    Tour d’Argent, cela va de soi.

  • La Veuve Noire

    On a très peu d’indications sur les préférences alimentaires de cette ancienne espionne à la solde du KGB. Mais on se dit qu’elle doit manger comme un bonhomme. Pourquoi ? D’abord, parce que pour être capable de se battre comme ça, mieux vaut ne pas se nourrir exclusivement de pousses de bambou. Et puis, maintenant qu’elle a raccroché son tutu, elle peut se permettre un régime beaucoup moins strict. Tout cela nous amène à une conclusion un poil irritante : oui, Natasha Romanoff, en plus d’avoir un mental d’acier, a un putain de métabolisme. Du coup, on évite La Cantine Russe – trop de risques de croiser d'anciens compatriotes, et on opte plutôt pour le Repaire de Cartouche, pour la nourriture solide et l'hommage au brigand justicier. 

  • Spiderman

    Là, on hésite un peu. D’abord, on se dit qu’en tant que bon New-Yorkais et photographe sans le sou, il doit user et abuser de tout ce que la Grosse Pomme peut offrir de nourriture sur le pouce et bon marché – hot-dogs ou parts de pizza en tête. Mais, on l’imagine également rentrer à la maison, en toute simplicité, pour déguster un bon petit plat ou une jolie tarte concoctés par sa vieille tante May. Alors, Coney Island Dinner pour les hot-dogs, Al Taglio pour les pizzas à la découpe ou Mamie Gâteau pour les madeleines de Proust. 

  • Catwoman

    On sait peu de choses finalement sur la femme-chat. Si ce n'est qu’elle a vécu une enfance difficile, qu’elle a été une cambrioleuse hors pair et qu’avant de se rallier à Batman, elle fut l’une de ses plus ferventes ennemies. Mais hormis ces quelques faits d’armes, le reste est plutôt flou. Même Wikipédia a du mal à dénouer les fils : « Selon les époques, l'origine de Selina Kyle est très différente : richissime écologiste fanatique des félins, secrétaire tuée par son patron puis ramenée à la vie par les chats de ruelles, prostituée assassinée par son proxénète, etc. » On aime beaucoup la deuxième hypothèse. Et on l'emmène où ? Au Café des Chats, évidemment. Ou au Fish Club, si vous préférez.

  • Hulk

    On imagine qu’après ses excès de fureur, Bruce Banner doit être affamé. Après tout, ça doit creuser d’être un monstrueux connard vert de plusieurs tonnes qui démolit tout sur son passage. Alors, évidemment, on ne l’envoie pas dans une dînette pour végétariens anorexiques, mais plutôt dans un restaurant pour les appétits costauds. Ah oui, et on choisit une taverne avec des tenanciers sympathiques. Histoire d’éviter les débordements, quoi. La Pulperia, Chez Ramona ou Au Bon Coin.

  • Daredevil

    Touché par des déchets radioactifs en voulant sauver un vieillard aveugle d’une mort certaine, Matt Murdoch perd lui aussi la vue (ah la vie, quelle pétasse) alors qu’il n’est qu’un enfant. Heureusement, il développe alors ses quatre sens restants et s’entraîne pour devenir un athlète hors pair. Du coup, on imagine sans mal que son goût est extrêmement pointu et qu’il est hors de question de lui servir du mauvais ou du passable.

    On mise donc sur des valeurs sûres, Chez Casimir pour un brunch ou le Bistro Urbain pour un déjeuner. Ou alors... Bon OK, c’est facile, c’est petit même, mais on n'a pas pu s’en empêcher : Dans Le Noir

  • Captain America

    Ah, Steve Rogers. Ce rêveur au corps malingre propulsé au rang de super-soldat puis de super-héros, avant d’être congelé pendant une vingtaine d’années, puis ramené à la vie pour intégrer l’équipe des Avengers et combattre le crime, encore et encore. Sans hésiter, on l’envoie chez Frenchie To Go pour manger un sandwich au pastrami. Plus question de dire « L’Amérique, c’était mieux avant » après avoir goûté ça.  

  • Iron Man

    Quel bad-ass ce Tony Stark. Quand il n’est pas en train de se bourrer la gueule, on le retrouve en train de se goinfrer de donuts. Iron Man aurait-il des tendances autodestructrices ? Un poil. Autant de super-pouvoirs que de supers problèmes. Du coup, on a envie de lui conseiller la Compagnie des Vins Surnaturels, des breuvages alcoolisés, certes, mais tous de très haute volée, à accorder avec des plaisirs sucrés et raffinés. Un peu de tenue, quoi.  

Superman

Voilà un bon plouc du Kansas, un gentil garçon proche de ses parents, élevé à la ferme, respectueux et prévenant, que l’on imagine bien en train d’allumer un barbecue avec ses yeux à rayons infra-rouge, puis de partager de belles tranches de viande grillée avec des gens qui lui sont chers. 
Le Bœuf Volant, donc. C’est tout trouvé. 

A venir : Que mangent les rappeurs ?

City links

Global links