116 pages

Restaurants, Japonais Chaillot
Recommandé
  • 4 sur 5 étoiles
15 J'aime
Epingler
 (© Hiromasa Sasaki)
1/8
© Hiromasa Sasaki
 (© Hiromasa Sasaki)
2/8
© Hiromasa Sasaki
 (© Hiromasa Sasaki)
3/8
© Hiromasa Sasaki
 (© Hiromasa Sasaki)
4/8
© Hiromasa Sasaki
 (© Hiromasa Sasaki)
5/8
© Hiromasa Sasaki
 (© Hiromasa Sasaki)
6/8
© Hiromasa Sasaki
 (© Hiromasa Sasaki)
7/8
© Hiromasa Sasaki
 (© Hiromasa Sasaki)
8/8
© Hiromasa Sasaki

Pendant longtemps, l’histoire des points cardinaux de Paris pouvait être résumée par le titre d’un roman d’Erich Maria Remarque : 'A l’Ouest, rien de nouveau'. Et si un jour, le 16e arrondissement de Paris s’animait soudain d’une vie qu’on croyait réservée au Nord et à l’Est ? Nous n’en sommes pas là, mais l'ouverture du 116 pages fin juillet 2015 vient mettre un coup de tatane dans un quartier jusqu’ici pas très excitant. Petit frère du restaurant gastronomique Pages du chef Ryuji Teshima, ce resto et cave à vins détone à plus d’un titre.

L’ambiance tout d’abord. Ni guindée, ni tape-à-l’œil, ni parvenue, l’atmosphère est plutôt du genre chaleureux. Amicale et familiale. Ici, on parle haut et fort, on rit de bon cœur et on boit sans soif, dans un vrai décor de bar sympathique avec armoire en bois, murs défraîchis, ardoise et poutres porteuses rouillées. Un véritable lieu de vie, en somme, où la bonne chère rime avec pas cher (pour le 16e, en tout cas). A midi, le chef propose une cuisine adaptée aux travailleurs du coin avec une carte simplifiée, dont la star s’appelle le Wagyu Burger (15 €). La petite touche en plus ? Il est préparé à partir de bœuf Ozaki, une version moins grasse du très réputé Wagyu. Le reste de la carte rappelle que le chef du restaurant est japonais, puisqu’elle fait la part belle aux donburi, des bols de riz sur lesquels sont disposés les viandes et les légumes : poulet teriyaki, bonite (une variété de thon supérieur), porc pané, salades…

Après hésitation, nous opterons finalement pour les lamelles de porc pané et ses légumes, un donburi à 15 € qui se révèlera aussi esthétique que relevé. En accompagnement, une soupe de potimarron de saison vient équilibrer notre plat très copieux. Dans notre verre, un splendide saumur-champigny Ruben du domaine Bobinet (6,90 €) recommandé par le sommelier Shunsuké, Japonais lui aussi et ancien juriste reconverti dans l’œnologie. Tapissé par les tanins délicats et fruités du vin, notre estomac réclame un dessert sucré. Ce sera un fromage blanc à la compote de pêches plates à 5 €, d'une légèreté fondante. Le soir, le chef enrichit sa carte de planches, de salades (avocats, champignons, edamame) et de barbecues japonais dits « sumibiyaki », à des prix imbattables dans le voisinage. Le 116 pages s'effeuille tous les jours de la semaine sauf le week-end, une bonne adresse qui vous change l'esprit d'un quartier.

Par Emmanuel Chirache

Publié :

Nom du lieu 116 pages
Contact
Adresse 2 rue Auguste Vacquerie
16e
Paris

Heures d'ouverture Du lundi au vendredi de midi à 14h30, puis de 19h à minuit.
Transport Métro : George V
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?

You may be interested in:

LiveReviews|0
1 person listening