Le meilleur de votre ville

Le rooftop le moins cher de Paris

Pour ne pas sombrer dans la folie des hauteurs...

Vue du Parc de Belleville / CC - Jean-Baptiste LABRUNE


Vous avez été recalé du Perchoir BHV, ignoré par les serveurs du Georges, méprisé par les videurs du Nüba... Bref, à l'heure qu'il est, vous avez encore moins d'estime de vous qu'une adolescente de 13 ans. Et pourtant, vous étiez prêt à tout : troquer vos vieilles Tacchini contre une paire de baskets vraiment tendance, hypothéquer la maison de vos parents pour acheter un mojito, demander à votre cousine de se faire passer pour votre meuf. Parce que ce que vous voulez, ce que vous désirez ardemment au plus profond de vos tripes, c'est passer une soirée sur un rooftop, tutoyer les étoiles, vous envoyer en l'air avec des gens beaux. Mauvaise nouvelle pour vous. Vous êtes à Paris. Et contrairement à une ville comme New York - pour ne citer qu'elle -, les rooftops ne tombent pas du ciel. « Mais, pourquoi ? Pourquoooooooi ? », avez-vous envie de crier, les bras levés vers la voûte céleste.

Il suffit de regarder la capitale française pour comprendre un peu cette pénurie : rien qui ne gratte vraiment les hauteurs, des toits haussmanniens qui ne facilitent pas les aménagements, des emplacements privilégiés occupés par des hôtels et des restaurants de luxe... Dans les métropoles américaines, tout un chacun peut accéder au sommet de son immeuble, même de façon complètement privée. Ici pour atteindre les points culminants, il faut plutôt jouer aux explorateurs urbains. Et puis, surtout, la mode des rooftops vient seulement de faire son entrée dans la sphère des tendances parisiennes (toujours un peu à la ramasse, hein), créant dans son sillage une belle inflation. Comme cet article du Nouvel Obs l'explique si bien, le business des terrasses perchées sert essentiellement la cause d'établissements, comme le Georges, qui profitent de cette mode pour se refaire un blason à prix d'or.

Heureusement, en parallèle, d'autres projets éclosent, plus malins, préoccupés par les caractéristiques de l'espace urbain parisien, conscients qu'il faut mieux s'adapter à la ville plutôt que d'essayer de ressembler à une autre. A l'image de la Recyclerie et d'autres projets de réhabilitation autour de la petite ceinture, de la Manufacture 111 ou de la Fondation Seydoux-Pathé par exemple. Heureusement aussi, tous les rooftops ne sont pas inaccessibles, pour vous comme pour votre compte en banque. On vous avait d'ailleurs fait un petit dossier à ce sujet.

Enfin, pour prendre de l'altitude, pas forcément besoin d'escalader des immeubles, parfois il suffit juste de monter en haut de la colline. Notre rooftop à nous, notre point de vue préféré pour regarder la ville dans les yeux, se trouve au sommet du parc de Belleville. C'est vous qui décidez ce que vous souhaitez y boire (il y a une épicerie pas loin) et personne ne viendra vous déloger sous prétexte que vous n'êtes pas assez bien habillé.

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

© EChirache


City links

Global links