Le meilleur de votre ville

Alerte Violette

La célèbre fleuriste de Paris doit quitter sa boutique

© EChirache


Si vous ne connaissez pas Violette, c'est que vous n'habitez pas le 5e arrondissement de Paris. Sa réputation a d'ailleurs dépassé depuis longtemps le quartier, on vient la voir depuis tout Paris et même au-delà. « Il n'y a pas longtemps, j'ai reçu la visite d'une dame qui vit dans le sud de la France, nous confie la fleuriste. Elle habitait ici il y a 15 ans et elle se souvenait de moi ! Elle voulait me revoir. » Vidéos, articles de presse, photos sur des blogs, la boutique de Violette défraye la chronique, si bien qu'elle ferait des jaloux à en croire la principale intéressée.

« On m'en veut, j'ai été agressée il y a quelques mois, nous raconte-t-elle, visiblement marquée par ces événements. » Ca paraît fou d'imaginer une telle agression, on écarquille les yeux, elle confirme. « Le monde est devenu fou, vous savez. » Oui, on sait. « Avec toutes ces semaines d'absence passées à l'hôpital, continue-t-elle, je suis obligée de fermer la boutique : je n'ai plus de fleurs alors je vends tous mes bibelots. » Ses bibelots, ce sont tous les objets que cette dame de 82 ans a entassés dans le capharnaüm de son magasin au fil des années, à tel point qu'on ne peut presque pas y circuler et qu'elle passe le plus clair de son temps dehors. Installée depuis plus de cinquante ans dans cette petite échoppe de la rue Monge, la fleuriste « fait le trottoir » comme elle le dit elle-même, assise durant des heures sur sa chaise pour discuter avec les passants et leur concocter des bouquets improvisés mais toujours magnifiques.

Habitués ou gens de passage, tout le monde s'arrête pour parler avec Violette. Plus rares sont ceux qui repartent en ayant acheté quelque chose sur son stand, qui ressemble désormais à la table d'un brocanteur. Difficile de joindre les deux bouts pour la fleuriste, qui vient à peine de demander ses droits à la retraite : « J'aime pas demander l'aumône, mais j'avais droit à la retraite depuis mes 65 ans ! Comment je fais pour réclamer les arriérés qu'on ne m'a pas versés, maintenant ? » Fatiguée, Violette n'a plus la force de ranger le désordre de la boutique ni de repartir à zéro. Personne ne semble vouloir (ou pouvoir ?) l'aider, et puis Violette a sa fierté. Le pharmacien d'à côté veut racheter Le monde de Violette, il a déjà récupéré une bonne partie des boutiques aux alentours et lorgne sur la librairie La Boucherie juste à côté. Si Violette ferme et prend la clé des champs, c'est une page du quartier qui se tourne. On promet de revenir la voir pour prendre de ses nouvelles, elle nous conseille de ne pas traîner.

>>> Le Petit Monde de Violette, 78 rue Monge, Paris 5e. Visitez la boutique avec les photos ci-dessous.

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

  • © EChirache

© EChirache


City links

Global links