Sidi Larbi Cherkaoui, 'Tezuka'

Recommandé
  • 5 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
1/5
2/5
 (HUGO GLENDINNING)
3/5
HUGO GLENDINNING

© Hugo Glendinning

 (HUGO GLENDINNING)
4/5
HUGO GLENDINNING

© Hugo Glendinning

 (HUGO GLENDINNING)
5/5
HUGO GLENDINNING

© Hugo Glendinning

Sidi Larbi Cherkaoui est de ces chorégraphes qui n’ont plus à faire leurs preuves. Sollicité par de nombreuses compagnies, récompensé par de prestigieux prix, il soigne aujourd’hui son CV en tant qu'artiste associé au Sadler’s Wells de Londres. De l’autre côté du globe, Osamu Tezuka n’a rien à lui envier. Considéré à plus d’un titre comme étant le père de la bande dessinée nippone (certains allant jusqu’à le surnommer « le Walt Disney japonais », pourquoi pas...), il est le créateur du tout aussi célèbre Astro Boy (rappelez-vous le petit robot). Un duo plus que charismatique auquel se joint la musique originale du compositeur londonien Nitin Sawhney. Autant dire que ‘Tezuka’ se présente comme étant l’un des spectacles à ne pas manquer cette saison. Soit dix représentations à Paris avant de s’envoler pour Hong Kong, l’Italie ou encore la Nouvelle-Zélande.

Sur la scène de la Grande Halle de la Villette, le langage chorégraphique du danseur belge se déroule comme une plume sur du papier. Une poésie visuelle qui célèbre non seulement l’extrême précision du peintre mais aussi les liens qui existent entre l’art dansé et celui de l’encre. Les courbes du corps et les mouvements des danseurs répondent avec humour et onirisme aux effets spéciaux projetés derrière eux. Une création magique qui mêle projections vidéo et pas de danse, calligraphie japonaise et geomungo (instrument à six cordes). Il fallait bien neuf danseurs, trois musiciens, deux experts en arts martiaux et un calligraphe pour rendre hommage au maître du manga. Ne le ratez pas.

Par EP

Publié :

LiveReviews|0
1 person listening