Two cigarettes in the dark

0 J'aime
Epingler
Two cigarettes in the dark
© Elliott Franks

C’est dans un immense cube tout de blanc vêtu signé Peter Pabst que le Tanztheater Wuppertal reviendra danser à la rentrée. Hommes aux costumes noirs sévères et femmes en robe blanche de jeune mariée se déchireront au milieu d’un décor minimaliste, tel un appartement à l’abandon.

'Two cigarettes in the dark' n’est pas toute jeune. Créée en 1985 par une Pina Bausch des débuts, cette pièce traduit son désir de réinterroger la danse à travers le théâtre. Ses personnages, perdus dans les abîmes de l’ennui, se cherchent, se violentent, se retrouvent et se séparent. Les femmes sont, comme toujours dans ses pièces, agressées, ballottées d’un bout à l’autre de la scène, utilisées comme des objets inanimés. Et pourtant, elles s’expriment ! Des cris jalonnent le spectacle, cris de désespoir ou de révolte, couvrant la riche partition sonore. Beethoven, Purcell et Monteverdi, pour ne citer qu’eux, sont de la partie pour donner à cette œuvre sa dimension tragique. Mais, comme à chaque fois chez Pina Bausch, l’humour est bien présent et les scènes burlesques viennent alléger la partition avec des dialogues paillards à souhait. Une œuvre adolescente où transparaît l’art violent de cette chorégraphe indétrônable.

Par Aurélie Clonrozier

Publié :

LiveReviews|0
1 person listening