Le meilleur de votre ville

Spokenword au Chat Noir

Scène ouverte chaque lundi à 20h

La cave du Chat Noir

La cave du Chat Noir © EC


Bonne nouvelle : on peut encore être parisien et se sentir dépaysé dans sa propre ville. Exemple parfait avec les soirées spokenword organisées par le bar Au Chat Noir. Attention, ne pas confondre avec Le Chat Noir (l'ancien et célèbre cabaret montmartrois), puisqu'il s'agit du café situé rue Jean-Pierre Timbaud dans le 11e arrondissement. Ici, les habitués savent qu'il existe une cave discrète accueillant concerts, workshops, et scènes ouvertes dédiées à la poésie, mais pas que. En effet, derrière le terme anglo-saxon « spokenword » se cache en réalité diverses façons d'appréhender l'art de la parole. Ainsi, chacun peut s'inscrire sur la liste des participants et venir réciter un poème, lire un texte, chanter une chanson, interpréter un extrait de théâtre, raconter une histoire, improviser ou faire tout ça à la fois. Que les timides se rassurent, il n'y a ni estrade, ni scène surélevée, juste un petit coin de la pièce où les artistes en herbe s'épanchent tour à tour dans une ambiance intimiste. Une seule règle : ne pas dépasser les sacro-saintes cinq minutes. C'est trop court quand on s'amuse, mais très long quand on s'ennuie, et l'on comprend aisément ce qui a poussé les organisateurs à imposer un tel garde-fou.

Plus extravertis, plus familiers avec ce genre de pratiques extrêmes où l'on se met à nu, les spectateurs et les protagonistes sont majoritairement Britanniques ou Américains. La langue anglaise n'est pas obligatoire mais elle est conseillée et souvent utilisée, même par les Français, les Italiens ou les Espagnols qui s'aventurent sur ce terrain. D'où cette agréable impression pour le Parisien d'être étranger en son pays, de voyager sans bouger. Certains personnages très à l'aise reviennent toutes les semaines, comme David Barnes et Alberto Rigettini, les maîtres de cérémonie, mais aussi David Leo Sirois, une espèce de Woody Allen en rimes, qui captive l'audience avec une science toute personnelle du récit. A côté de ces fidèles, des dizaines de néophytes ou d'amateurs passionnés sautent le pas, parfois fébrilement, parfois avec un charisme inné qui d'emblée rend la performance hilarante ou attachante. La réussite de ces soirées est telle que, dans la communauté expatriée, on commence à se refiler le tuyau à vitesse grand V. Le 11 mars, une grande poétesse beat américaine, Alice Notley, s'est ainsi invitée à la soirée. Bref, si récemment il vous est arrivé une anecdote sympa et que vous avez assez de bagout pour la raconter, vous savez où trouver un public.

Le site du Chat Noir.

La page Facebook des soirées Spokenword.

City links

Global links