A Brian Eno Celebration : Mondkopf + Icebreaker Ensemble

0 J'aime
Epingler
A Brian Eno Celebration : Mondkopf + Icebreaker Ensemble
Brian Eno

Voilà plusieurs décennies que cela ne fait plus aucun doute : Brian Eno restera dans l’histoire comme l’une des grandes figures de la musique de notre temps, à la charnière des XXe et XXIe siècles. Difficile de mesurer l’apport (immense) de ce défricheur/compositeur, tant l’homme reste discret malgré son talent et sa grande influence sur de nombreux groupes et compositeurs. Les dizaines d’albums publiés (dont certains à l’origine de l’ambient music), ses nombreuses collaborations (Robert Wyatt, David Bowie, Talking Heads, John Cale, etc.) et autres activités artistiques et techniques (le jeu de cartes ‘Stratégies obliques’ destiné aux créateurs en mal d’inspiration, l’élaboration de logiciels musicaux ou encore du jingle de Windows 95) suffisent à mesurer l’ampleur d’une œuvre inépuisable. Il était donc bien temps de lui rendre hommage officiellement, ce qu’entreprend la Cité de la musique ce 2 juillet dans le cadre du festival Days Off.

Mondkopf ouvrira  cette soirée avec sa création ‘Eclipse’, réalisée spécialement pour l’occasion. Si cette nouvelle œuvre est à la mesure de ses albums ou de ses lives, on peut espérer le meilleur de cette première partie. Depuis son dernier album ‘Rising Doom’, toutes les oreilles un tant soit peu attentives à l’électro hexagonale sont braquées sur la musique sombre et envoûtante de Paul Régimbeau, qui prouve (si c’était encore nécessaire) que la french touch est bel et bien morte (et à enterrer). Des visuels conçus par le collectif Trafik viendront compléter sa performance. Pour continuer sous le signe du voyage spatial et du système solaire, l’auditorium de la Cité accueillera l’Icebreaker Ensemble. L’ensemble anglais proposera une version live de l’album d’Eno ‘Apollo’, sorti en 1983 et destiné à accompagner le documentaire d’Al Reinert, ‘For All Mankind’. Soit douze musiciens et le guitariste BJ Cole interprétant une partition ambient, sur fond d’images de la Nasa. Si l’on se souvient du concert raté de DJ Spooky, dans cette même salle le 11 mai 2010, présenté comme une interprétation sonore de l’Antarctique, on se dit : ça passe ou ça casse. Vu la réputation grandissante du festival et le niveau général des concerts proposés à la Villette, on penche plutôt pour la première proposition. Qui viendra verra.

Par Nicolas Hecht

Publié :

Téléphone de l'événement 01.44.84.44.84
Site Web de l'événement http://www.icebreaker.org.uk