Le meilleur de votre ville

Alela Diane, 'About Farewell'

Divine épure

On aurait tôt fait de coller une étiquette sur la musique d'Alela Diane, aussi pratique soit-elle. « Folk américain », soit, mais sachez que si ces deux mots ne vous inspirent qu'une indifférence blasée, la talentueuse chanteuse-guitariste est tout simplement l'une des plus belles voix de sa génération. A vous coller des frissons, vous donner envie de devenir quelqu'un de meilleur, de pleurer et de sourire à la fois. Quelque chose de fort qu'on aimerait éprouver plus souvent en écoutant un disque.


Ainsi, son dernier album 'About Farewell', plus proche de son insurpassable 'The Pirate's Gospel' (2004) que du relativement décevant et convenu 'Alela Diane & Wild Divine' (2011). Ici, la belle revient à l'épure qui lui va si bien, habillant sa voix de quelques instruments discrets, pour mieux soutenir la mélancolie nue de ses textes. Les couleurs se sont peu à peu effacées – ou n'ont tout simplement jamais existé, comme sur les photos illustrant l'album – pour laisser la place à des nuances de noir et de blanc. De celles que l'on utilise pour évoquer une séparation, la fin d'un amour qui dura 7 ans. Intimistes, pudiques et crus, parfois déchirants, ces dix titres s'apprécient véritablement après plusieurs écoutes, quand les mélodies se sont enfin frayé un passage vers la mémoire ; si "About Farewell", "Lost Land" et "Before the Leaving" se détachent dès la première écoute, l'album gagne à être écouté en entier pour révéler toute sa saveur, celle des beaux souvenirs.


Vous verrez, le voyage passe vite : au bout de 33 minutes, Alela s'éloigne déjà. Ne nous reste en tête que des éclats de voix, quelques accords, et la chance de la voir à l'Européen les 3 et 4 juillet. A bon mélomane...


>>> Alela Diane, 'About Farewell', Believe Recordings/Rusted Blue Records

City links

Global links