Dick Rivers

0 J'aime
Epingler
Dick Rivers
© Jezz

Victime d’une fausse image de ringard du rock’n’roll, cliché qui doit beaucoup au personnage Didier l’embrouille d’Antoine de Caunes, Dick Rivers est en réalité l’un des meilleurs chanteurs français depuis cinquante ans. Durant la période yéyé, il incarnait avec Eddy Mitchell et Johnny Hallyday le troisième larron d’un trio de choc, promis aux plus belles carrières. Mais ce seront celles de Johnny et Eddy qui connaîtront un immense succès sur le long terme, à tel point qu’elles feront finalement de l’ombre à celle de Dick Rivers, cantonnée à la portion congrue. Pourtant, ses chansons des sixties, twist, rockabilly, ballades et rock garage, méritent d’être redécouvertes et sa collaboration avec Bashung dans les années 1970 a accouché de quelques réussites. Le Niçois d’origine va ensuite être enfermé malgré lui dans le cliché du rocker à la banane et aux santiags, touchante fidélité à un idéal rock que ses anciens et nouveaux fans apprécient. Comme dans le cas d’autres outsiders éternels, son œuvre se révèle au final plus intéressante que celles de ses rivaux d’autrefois, plus caricaturaux encore que lui. Les deux excellents albums qu’il a sortis en 2008 et 2011, 'L’Homme sans âge' et 'Mister D', prouvent à cet égard combien sa voix et ses choix artistiques ont gagné en maturité. Son passage à l’Olympia fin mars sera l’occasion pour les plus sceptiques de briser quelques idées reçues !

Par Emmanuel Chirache

LiveReviews|0
1 person listening