Festival Inrocks Indie Club : Errors + Howler + Hooded Fang + No Ceremony

0 J'aime
Epingler
Festival Inrocks Indie Club : Errors + Howler + Hooded Fang + No Ceremony
No Ceremony

Pour cette seconde journée du week-end Festival Inrocks Indie Rock, quatre groupes défileront sur la scène de la Flèche d'or (pour connaître la programmation de vendredi, cliquez ici).

Avec un EP et trois albums sortis depuis leurs débuts en 2008, Errors sont restés relativement discrets. Pourtant, ces Écossais originaires de Glasgow produisent une musique puissante et éclectique qui gagnerait fortement à être entendue. Jusqu’à leur dernier album ‘Have Some Faith In Magic’, ils proposaient une expérience essentiellement mélodique, sans paroles et à grand renfort de claviers. Délaissés depuis par Greg Paterson, guitariste et fondateur du groupe, ils s’en tirent pourtant admirablement avec un électro rock plânant qui mêle les influences, des riffs de Ratatat aux beats de Daft Punk.

Originaires de Minneapolis, les américains de Howler produisent un rock garage et psychédélique, piochant à la fois chez The Strokes et The Drums. Ce jeune quatuor s’est fait connaître avec “This One’s Different” en 2011, et reviennent cette année avec un nouvel album, ‘America Give Up’. On y retrouve un peu de l’atmosphère surf des Beach Boys, mais aussi l’insolence des Ramones. Avec de telles influences, ces quatre jeunes ne sont peut-être pas aussi “différents” qu’ils prétendent l’être, mais n’en restent pas moins bourrés de talent. On attend leur prestation sur scène avec impatience.

Avec Broken Social Scene, Toronto nous avait déjà habitués à des formations épiques. Collectif de sept musiciens, Hooded Fang semble désormais avoir pris la relève, cette fois-ci avec une pop joyeuse et ensoleillée qui évoque un peu les jours heureux des Strokes, période “Someday”. Apparus en 2010 avec un premier opus sobrement intitulé ‘Album’, ces canadiens chantonnaient alors une folk caressante ponctuée de cuivres et de guitares sèches. On dit que leur nouvel album, ‘Tosta Mista’, aurait été inspiré par une séparation amoureuse. Et, à l’écoute de ce bijou frappant de bonne humeur, encore plus pop et électrique que le précédent, on se dit qu’on aimerait bien que toutes les ruptures aient cette bande-son. Bref, préparez vous pour un concert bourré d’endorphines.

On sait peu de choses des Mancuniens de No Ceremony///, si ce n’est qu’ils sont trois et que, comme Joy Division et New Order, ils viennent de la capitale du rock british. Ce n’est pas un hasard si leur nom renvoie à “Ceremony”, premier single de New Order écrit par Ian Curtis, leader de Joy Division, avant sa mort. Alors bien sûr, on retrouve dans leur électro sombre et mélancolique un peu de leurs prédecesseurs, même s’ils tentent d’imposer leur propre style, alternant entre les claviers saturés de “Heartbreaker” et la guitare acoustique de “Deliverus”. Ce qui est sûr, c’est que ce jeune trio bénéficie d’une aura mystique, et rappelle en cela Wu Lyf - autres jeunes génies de Manchester - par le mystère qui les entoure, leur ‘///’ brandi en symbole indécryptable. Leur apparitions live sont rarissimes, ce qui suffit à rendre ce festival Inrocks Indie Club inratable.

Par Anaïs Bordages

LiveReviews|0
1 person listening