Le meilleur de votre ville

On écoutait quoi il y a 20 ans ?

20 albums de rock incontournables

Tout l'été jusqu'à ce week-end du 23 et 24 août, Arte a diffusé des soirées consacrées aux années 1990. Baptisée "Summer of the 90's", cette programmation s'est logiquement étendue plusieurs fois sur la musique de la décennie, le grunge, le hip hop, la britpop. On a décidé de poursuivre l'enquête en se posant la question : on écoutait quoi en 1994, il y a pile vingt ans ? Comme on était des ados mal dans leur peau à l'époque, on a quelques souvenirs, la preuve.

  • The Black Crowes • Amorica

    Quand on pense que cette magnifique pochette fut censurée en son temps aux Etats-Unis ! Avec 'Amorica', les Black Crowes atteignent une forme d'apogée, artistique et publique à la fois, puisque l'album marche très bien. Dans une veine blues-rock et americana (ensemble de musiques traditionnelles américaines), le groupe réussit un excellent disque porté par les singles "A Conspiracy" et "Wiser Times". Le bouzin n'a pas vieilli.

    The Black Crowes • Amorica
  • Nirvana • Unplugged

    Evoquons tout de suite ce morceau de bravoure de l'an de grâce 1994, le disque posthume qui s'est vendu le plus au monde, paraît-il. Cet 'Unplugged', c'est non seulement le testament magique, dans une ambiance funèbre voulue par Cobain, d'un groupe culte, mais aussi la découverte pour certains esprits obtus que Nirvana était avant tout un groupe pop à l'énergie punk, un groupe qui s'inscrit parfaitement dans la tradition américaine, comme la reprise de Lead Belly "Where Did You Sleep Last Night" en témoigne.

    Nirvana • Unplugged
  • Pearl Jam • Vitalogy

    Rivaux et amis à la fois, Nirvana et Pearl Jam furent les véritables fers de lance du mouvement grunge. La même année 1991, les deux sortaient 'Nevermind' et 'Ten', dont les ventes seront astronomiques et la musique marquera l'époque. Trois ans après, Pearl Jam sort 'Vitalogy', un disque hallucinant de génie, démontrant une capacité à se renouveler bien au-delà du grunge. Surtout, Pearl Jam veut ressusciter le concept d'album à écouter en entier à travers l'objet vinyle (c'est le sens du titre "Spin The Black Circle"), et réconcilier l'acoustique et l'électrique avec des morceaux beaux comme des dieux à l'image de "Better Man", "Immortality" ou "Nothing Man".

    Pearl Jam • Vitalogy
  • Meat Puppets • Too High To Die

    Quand ils sortent 'Too High To Die', les Meat Puppets ont déjà 14 ans de carrière derrière eux. Considérés comme des précurseurs du rock alternatif, voire du grunge à travers Kurt Cobain, qui reprendra plusieurs de leurs titres durant le 'MTV Unplugged' de Nirvana en compagnie des membres du groupe, les Meat Puppets ne surfent pas sur la mode quand ils sortent ce superbe disque. Certes, le son est typiquement nineties, mais quelles compos ! A redécouvrir aujourd'hui.

    Meat Puppets • Too High To Die
  • Soundgarden • Superunknown

    Gros carton de l'année 1994, 'Superunknown' est un grand classique du grunge et de l'époque. Fendant les ondes radio grâce au single plus calme "Black Hole Sun", le disque impose une voix, celle de Cornell, et des riffs qui n'ont rien perdu de leur morgue. Soundgarden s'affirme comme le groupe de grunge le plus proche du hard rock, mais qui a su réinventer le genre en lui retirant ses oripeaux outranciers ou ringards.

    Soundgarden • Superunknown
  • Morrissey • Vauxhall and I

    En 1994, Morrissey a quitté les Smiths depuis six ans, réussissant une carrière solo estimée. Musicalement, les disques sont dans la lignée des Smiths, les guitares sonnant presque comme du Johnny Marr (on a dit presque) et la voix du chanteur imprégnant de sa marque toujours aussi reconnaissable des mélodies aériennes. Le disque vient d'être réédité par Warner.

    Morrissey • Vauxhall and I
  • Offspring • Smash

    A l'époque, le renouveau du grunge s'accompagne rapidement de celui du punk, qui profite de l'énergie insufflée par le rock alternatif à la scène musicale dans son ensemble. Les Californiens, notamment, s'engouffrent dans la brèche, comme Green Day (dont nous allons parler), Sugar Ray (qui sort son premier opus en 1995), NOFX ou Offspring. L'album 'Smash' est une suite ininterrompue de tubes simples mais efficaces, de "Come Out And Play" à "Gotta Get Away" en passant par "Self Esteem" ou "What Happened To You?".

    Offspring • Smash
  • Mark Lanegan • Whiskey for...

    Avec 'Whiskey for the Holy Ghost', le chanteur du groupe grunge Screaming Trees réalise son deuxième album solo. Une double carrière qui durera jusqu'en 2000 et qui lui permet de s'épancher en acoustique quand il n'est pas avec son groupe. Crépusculaire et mélancolique, le disque emmène l'auditeur dans les méandres de la voix unique de Lanegan, grave et rude, contrebalancée par la douceur des guitares et des arrangements. Il faut écouter "Carnival", "Pendulum", "Judas Touch", "Sunrise" et ses feulements de saxo, et pleurer.

    Mark Lanegan • Whiskey for...
  • Blur • Parklife

    En parallèle au grunge, la britpop montre le bout de son nez au début des années 1990, pour finalement monter sur le devant de la scène dans la seconde moitié de la décennie. En 1994, Blur arrive au sommet de la vague en sortant 'Parklife'. Contrairement au grunge, on peut danser sur la britpop (ici, "Girls and Boys" est un modèle du genre), un avantage non négligeable pour un public qui n'a pas toujours envie de pogoter. Des sonorités plus douces, plus psychédéliques, plus britanniques, plus variées, qui vont plaire au plus grand nombre grâce à des groupes talentueux : Oasis, Supergrass, Pulp, Radiohead et Blur.

    Blur • Parklife
  • Weezer • The Blue Album

    Sans être 100% grunge, le groupe de Rivers Cuomo résonne totalement avec son époque. D'une certaine façon, leur premier album éponyme, parfois appelé 'Blue Album', réalise même le rêve de Kurt Cobain : des mélodies à la Beatles jouées sur des guitares saturées. Ressemblant aussi au punk californien, Weezer s'en éloigne vite grâce à un second degré, un côté geek qui va affiner son style.

    Weezer • The Blue Album
  • Oasis • Definitely Maybe

    On a eu Blur, voici Oasis. Les rivaux, plus classiques, très portés sur l'histoire de la pop anglaise, mais capables de la réinventer au gré d'un disque devenu incontournable. Inspirés, les frères Gallagher réussissent un album très cohérent, mêlant guitares acoustiques et électriques au service d'une musique plus smooth et trippante que son camarade Blur, mais sans doute moins novatrice.

    Oasis • Definitely Maybe
  • NIN • The Downward Spiral

    Chef-d’œuvre grandiose de l'année 1994, 'The Downward Spiral' sort tout droit du cerveau malade mais génial de Trent Reznor. Fusionnant sonorités industrielles et rock metal, machines numériques et analogiques, le compositeur invente un nouveau son, une personnalité unique, qui parvient à créer des tubes étranges. C'est d'ailleurs tout à l'honneur des années 1990 d'avoir porté au rang de hit des morceaux aussi violents que "March Of The Pigs", aussi dérangeants que "Hurt", aussi malsains que "Closer". Un monument de l'époque, et au-delà, un monolithe de bruit, de fureur et de mélodies.

    NIN • The Downward Spiral
  • Ween • Chocolate and Cheese

    Les faux frères Gene et Dean Ween forment les deux parties contradictoires mais complémentaires d'un même cerveau. Avec 'Chocolate and Cheese', ils revisitent le mythe de la pop, parodient ses codes en s'amusant, tout en accouchant de chansons magnifiques. Tout y est simplifié à l'extrême, comme pour en tirer la substantifique moelle de la pop. C'est foufou, c'est drôle, ça se chante et ça se danse, et ça revient, ça se retient comme une chanson populaire.

    Ween • Chocolate and Cheese
  • Alice In Chains • Jar Of Flies

    Autre pierre angulaire du mouvement grunge, Alice In Chains continue le virage acoustique amorcé avec 'Sap' en publiant ce splendide EP paru en 1994. On y trouve une bonne partie de ce qui fera la matière de leur bouleversant 'Unplugged' deux ans plus tard. Alors qu'ils affectionnaient habituellement les guitares saturées et métalliques, Alice In Chains prouvent en acoustique qu'ils n'ont pas besoin de se cacher derrière la saturation. Le talent de Jerry Cantrell à la guitare et la voix de Layne Staley s'introduisent dans nos veines et nos oreilles comme un poison vénéneux mais addictif.

    Alice In Chains • Jar Of Flies
  • Kyuss • Welcome To Sky Valley

    C'est sans doute Kyuss qui représente le genre stoner dans sa forme la plus pure et la plus aboutie. Mélange d'influences psychédéliques (d'où le nom, proche de stoned, défoncé en anglais), heavy metal et space rock (notamment le groupe Hawkwind), ce style musical apparaît presque en même temps que le grunge, dans le désert californien - on lui donnera parfois le nom de desert rock. 'Welcome To Sky Valley' en présente toutes les caractéristiques. Ses chansons brûlent comme le soleil et le sable, ses riffs sont faits pour se dissiper dans l'immensité infinie du désert et ses paroles pour être reprises en écho par les canyons. Il faut écouter "Odyssey", "Supa Scoopa and Mighty Scoop", "Gardenia" ou encore l'incroyable blues "Space Cadet" pour comprendre que déjà, le grand Josh Homme allait devenir une figure du rock.

    Kyuss • Welcome To Sky Valley
  • Korn • Untitled

    Si la première moitié des années 1990 est grunge, la seconde appartient au new metal. Derrière ce nom se cachent des groupes aux influences diverses, qui tous parviennent à impulser un nouveau souffle au metal en le mélangeant à d'autres genres (rap, funk, punk, émo) et en utilisant les guitares d'une façon nouvelle. La preuve avec Korn, ses guitares sept cordes ultra graves et sa basse désarticulée. En sortant son premier disque, le groupe de Jonathan Davis pose la première pierre de new metal et met une grosse claque au metal endormi. La folie de Davis au chant, le hiatus entre le couplet calme et le refrain violent, les étonnantes sonorités des guitares, font de "Blind", "Faget" ou "Daddy" des morceaux de bravoure, qui vont séduire une armée de gamins.

    Korn • Untitled
  • Green Day • Dookie

    Difficile de passer à côté d'un disque de punk aussi connu. Balancez "Basket Case" en soirée, vous verrez tout le monde se mettre à chanter mécaniquement, comme une prière apprise par cœur. Symbole parfois honni d'un marketing MTV en plein boom, Green Day n'en a pas moins réussi un album de punk pur jus, bâti sur des power chords à la Ramones. Comme ces derniers, mais avec la machine MTV derrière eux, le groupe californien raconte le malaise adolescent sur fond de sunshine pop enjouée. Par rapport à Nirvana, c'est la forme qui change, pas le fond. C'est donc sans complexe qu'il faut poser 'Dokie' à côté de 'Nevermind' ou 'In Utero' au Panthéon du rock nineties.

    Green Day • Dookie
  • Jeff Buckley • Grace

    Etoile filante du rock, « parti trop tôt » selon l'expression consacrée, Jeff Buckley en a fait rêver plus d'un(e) à l'aide d'un seul et unique album. C'est bien entendu sa voix, héritée d'un paternel déjà bien doté, Tim Buckley, qui va marquer les esprits. Personnalité blessée et hiératique, le chanteur portait le drame en lui comme la nuée l'orage. On ne s'y trompe pas en écoutant l'album : certains lui reprocheront même cet aspect déprimant un brin caricatural. N'empêche, usé jusqu'à la corde, écouté cent mille fois, 'Grace' reste un objet fascinant vers lequel on ne cesse de revenir.

    Jeff Buckley • Grace
  • B Boys • Ill Communication

    Le groupe préféré des rockeurs, les Beastie Boys, a sorti en 1994 un album qui, sans être leur magnum opus, présente toutes les facettes du trio. Le côté parodique et punk d'un "Sabotage", le rap agressif et efficace de "Sure Shot", le funk sous toutes ses formes via "Sabrosa" ou "Eugene's Lament", et l'amour du sample distillé un peu partout. Que serait l'année 1994 sans les Beastie Boys ? Une année moins rigolote.

    B Boys • Ill Communication
  • Beck • Mellow Gold

    1994, année de la lose. Année du petit prodige Beck, qui avec son "Loser" vient gaver les ondes radio de sa slide-guitar, son sitar et son phrasé rappé. La fusion est dans l'air du temps, et Beck la maîtrise à merveille. Son art est celui du syncrétisme, de la réconciliation des musiques populaires toutes ensemble, à travers la technique du sampling. La décennie se repaît de cet œcuménisme qui lui sied si bien et qui fait qu'on la reconnaît (la décennie) aussitôt dans des chansons comme "Beercan" ou "Fuckin With My Head (Mountain Dew Rock)".

    Beck • Mellow Gold

The Black Crowes • Amorica

Quand on pense que cette magnifique pochette fut censurée en son temps aux Etats-Unis ! Avec 'Amorica', les Black Crowes atteignent une forme d'apogée, artistique et publique à la fois, puisque l'album marche très bien. Dans une veine blues-rock et americana (ensemble de musiques traditionnelles américaines), le groupe réussit un excellent disque porté par les singles "A Conspiracy" et "Wiser Times". Le bouzin n'a pas vieilli.

Pour un confort de lecture total, écoutez aussi notre playlist YouTube


City links

Global links