Le meilleur de votre ville

Quand Jack White retapait des meubles, il cachait ses disques dedans

Il est temps de tâter son mobilier

Brian Muldoon et Jack White (à droite)

Brian Muldoon et Jack White (à droite)


Les rares fois où l'on ose relever les coussins du canapé, on s'attend à exhumer un assortiment d'objets sans importance, oubliés depuis longtemps : des pièces de monnaie, des piles de télécommande, ce vieux bouquin délaissé... Mais deux heureux propriétaires de fauteuils achetés au Muldoon Studio il y a dix ans nous montrent qu'ils peuvent cacher de véritables trésors : la semaine dernière à Détroit, ils ont retrouvé dans leurs meubles des disques en édition limitée du premier groupe du chanteur des White Stripes.

Il était une fois un tapissier qui s'appelait Jack White. Jeune apprenti, il passait ses journées à retapisser des meubles dans le studio de son ami Brian Muldoon à Détroit. Contrairement aux apparences, ce début de carrière n'est pas sans rapport avec la vie de rocker légendaire que nous lui attribuons aujourd'hui. C'est à cette époque que Muldoon fait découvrir à Jack White le punk et qu'ensemble, ils créent leur duo rock The Upholsterers ( « les tapissiers » en VF). En 2004, alors que White est devenu célèbre avec les White Stripes, les Upholsterers remettent le couvert une dernière fois pour célébrer les 25 ans du Muldoon Studio. Dans la foulée, ils cachent 100 exemplaires de leur deuxième 45 tours à l'intérieur des meubles retapés par Muldoon. Joyeux Noël !

Il aura fallu dix ans pour que les premiers soient retrouvés. 'Your Furniture Was Always Dead... I Was Just Afraid to Tell You' (« Tes meubles ont toujours été morts... J'avais juste peur de te l'avouer ») est un sept pouces imprimé sur un vinyle transparent, donc difficile à détecter aux rayons X. Au fil du temps, cette histoire de disques cachés est devenue si mythique que certains ont remis en cause son existence. Avec ce rebondissement, on attend impatiemment que les fans de Jack White commencent à réduire en miettes leurs canapés.

Impossible de trouver cet EP en ligne pour l'instant, mais en attendant, on peut se régaler avec un excellent morceau du duo, "Apple of My Eye".


City links

Global links