Ugly Duckling + Radio Salah

0 J'aime
Epingler
Ugly Duckling + Radio Salah
Martin Terber
Ugly Duckling

Ugly Duckling est bien le « vilain petit canard » du hip-hop west coast, à contrepied du gangsta rap de L.A. dont ses membres sont originaires. Andy, Dizzy et DJ Young Einstein ne parlent pas de leur bagnole, de fric et de sexe. Leur rap est positif, festif, du hip-hop intello en somme, influencé par leurs mentors Public Enemy, Tribe Called Quest, Run DMC, Beastie Boys, De la Soul… bref, du hip-hop east cost qui a quelque chose à revendiquer. Le track "Do You Know What I'm Sayin," (1999) est une dédicace à tous les rappeurs qui gardent les valeurs premières du hip-hop old school. Depuis leur premier album en 2001 'Journey To Anywhere' salué par la critique, le vilain petit canard s’est transformé en magnifique cygne et peut narguer aujourd'hui bien d'autres groupes. Ugly Duckling est classé « meilleur groupe hip-hop underground » dans le livre 'How to Rap : the Art & Science of the Hip-Hop MC', et se renouvelle à chaque sortie d’album, comme en 2009 avec 'Audacity' ou cette année sur 'Moving at Breakneck Speed'. On se délecte d’avance du live qu’ils donneront au Glazart.

Première partie

Programmateur d’événements black music dans tous les recoins, Radio Salah est à l’image du label Soul Jazz Records, dont il est le représentant pour les soirées 100 % Dynamite. Producteur des résidences Soul Train à La Bellevilloise et de Soul Spektrum au Djoon, il continue de défricher les nouvelles musiques, de la soulful à la soul electronica, avec des DJs comme Kenny Dope Gonzales, Gilles Peterson, Theo Parrish, Hugo Mendez, Moodyman… Collectionneur invétéré de vinyles et raretés depuis vingt ans, Radio Salah définit ses sets comme une symbiose entre rythmes et grooves, avec ses galettes rares, rééditions et remixes dénichés aux quatre coins du monde.

Par Camille Griffoulières