Astor Piazzolla : Si l'orchestre m'était conté

Musique, Classique
0 J'aime
Epingler
Astor Piazzolla : Si l'orchestre m'était conté
©JF Leclercq

'Les Quatre Saisons' de Vivaldi apparaît probablement comme l’œuvre la plus populaire et la plus connue de la musique classique occidentale. Connue mais on ne peut plus méconnue, cette œuvre poétique basée sur le dialogue entre le violon et l’orchestre est une délicieuse démonstration du pouvoir métaphorique de la musique. Victimes de leur succès, souvent utilisées dans les films et les publicités, ces versions tronquées font oublier la richesse du concerto dans son ensemble. Thématique universelle (pour le moins dans les régions au climat tempéré !), ce cycle quaternaire de la nature et du temps qui passe a aussi été joué par Astor Piazzolla.

Celui qui a amené le tango hors des salles de danse pour lui donner toute sa richesse harmonique dans des salles de concert, aura réussi le pari on ne peut plus risqué de rendre hommage avec brio à l’un des plus grands génies de la musique. Délicieux voyage au cœur des saisons et des continents. Car oui, l’Argentine a elle aussi ses quatre saisons, peintes avec les couleurs de l’Amérique latine et celles de l’incontournable bandonéon. Et quel plaisir de pouvoir vivre en une soirée un été européen et un printemps américain. Les métaphores des gazouillis des pinsons ou de l’orage furieux laissent place à une interprétation plus abstraite de cette roue du temps. Aux saisons pastorales et bucoliques de Vivaldi, se succèdent les saisons plus urbaines de Piazzolla, passionnément attachées au port de Buenos Aires.

Par Céline Astorg

LiveReviews|0
1 person listening