D'un retournement l'autre

Théâtre
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
D'un retournement l'autre
DR

Une pièce de théâtre écrite par un économiste ? En alexandrins ? La proposition paraît quelque peu grotesque sur le papier. Comment cette forme aussi raffinée peut-elle s'adapter à une thématique aussi lourde que celle de la crise économico-politique ? Frédéric Lardon, l'auteur, est connu pour son travail technique, aride, fondé sur une connaissance précise des règles du capitalisme financier. Il offre ici, au travers d'un texte tout en humour (noir), une réflexion décalée  sur la connivence entre financiers et politiques, faisant souvent rire (jaune).

Cette crise d’une grande complexité devient donc plus claire et musicale racontée en alexandrins. Cela grâce également à une mise en scène parfaite, toute en simplicité. Les personnages se trouvent rassemblés dans une sorte de confrérie secrète. Se mélangent alors notre ancien président de la République, son Premier ministre aujourd'hui au cœur de l'actualité, leurs conseillers et banquiers qui se partagent la scène dans un noir quasi absolu, où seuls leurs visages sont éclairés par leurs pupitres respectifs. Vêtus d'un costume-cravate, avec un simple bermuda en guise de pantalon, chaussettes fantaisistes  aux pieds, leur cynisme et leur ridicule éclatent au grand jour. Les comédiens, formidables, ne sont que les échos de ces odieux personnages. Totalement interchangeables, ils décrivent une position, un pouvoir qu'aucun d'entre eux ne veut laisser à quiconque.

En la matière, le Président est assez irrésistible : « Donnez-moi des nouvelles, comment va la planète ? Forcément pour le mieux quand je suis à sa tête. » Ajoutons à ce délicieux tableau la présence toute en musique d'une Carlita soprano (ça change) adorablement plantée dans un pot de fleur tout le long de la pièce, offrant quelques envolées lyriques du plus bel effet. L'exercice est jouissif, un concentré de colère critique contenu dans une unique scène. On prend alors le parti d'en rire, avec la dérision pour dernier recours.

Par Anthony Pinelli

Publié :

Site Web de l'événement http://www.theatredelaquarium.net/
LiveReviews|0
1 person listening