Le meilleur de votre ville

Embarquement immédiat pour la Nouvelle Seine

Un théâtre-resto au pied de Notre-Dame

Il suffit de quelques enjambées sur le quai de Montebello pour apercevoir la silhouette de la Nouvelle Seine. Une péniche mi-théâtre mi-resto tout de verre et de fer vêtue. Les pieds dans l'eau, la proue tournée vers Notre-Dame, la Nouvelle Seine et son immense verrière est officiellement ouverte depuis le 25 juillet dernier, mais ce n'est qu'à partir d'octobre qu'elle entamera sa première programmation. Les impatients profiteront de son festival d'inauguration (du 18 au 28 septembre) pour en fouler la cale. 

C'est avec un large sourire que Jessie nous accueille sur son navire. Un vaisseau fièrement amarré entre le pont au Double et celui de l'Archevêché, sur la Seine, côté rive gauche. Autrefois consacrée à la magie, l'ex-Métamorphosis s'offre une nouvelle vie en cette rentrée 2013. Un lifting important mais discret : une salle entièrement rénovée de 115 places, une nouvelle carte pleine de saveurs et une programmation axée plutôt stand-up (anciens du Point Virgule oblige). Une salle ultraconfortable tout en longueur et sans strapontins. Rencontre avec sa directrice artistique, Jessie Varin.


Comment est née l'idée de reprendre cette péniche-théâtre ?


C'est François (Schmit) qui l'a dénichée un jour de février. On s'est mis à rêver, à imaginer un espace avec une direction affirmée, des artistes qui s'approprient la scène, des créations, des showcases... Le challenge fixé par le port autonome et la mairie du 5e était que la péniche reste avant tout un lieu culturel. Du coup, on a essayé de trouver des gens assez fous pour se lancer avec nous dans l'aventure et on a trouvé. Nous sommes aujourd'hui sept associés sur le projet, tous avec des casquettes différentes (une équipe resto, une autre théâtre, un gérant etc.). Finalement tout est allé très vite, on a eu les clefs trois mois après la première visite ! 


Vous avez fait beaucoup de travaux ?


Environ deux mois, pendant lesquels toute l'équipe a mis la main à la pâte, on a gratté les murs, poncé le sol, fait les vitres... Le côté loft et la verrière existaient déjà, on a juste dénudé au maximum pour que l'espace soit le plus lumineux possible. On a rajouté quelques plantes, recyclé le plancher pour en faire un bar. Côté salle, nous avons installé des petites loges, récupéré les anciens fauteuils de l'Olympia, et proposé à deux artistes de réaliser des fresques sur les murs (Caroline Drogo et Gil Levasseur).


Une programmation plutôt orientée stand-up ?


La direction artistique s'est faite naturellement autour de l'humour, compte tenu de nos backgrounds et réseaux, mais aussi parce que c'est un genre qui fonctionne très bien aujourd'hui. Il y a beaucoup d'artistes et de producteurs qui cherchent des salles. Ce qui est chouette avec cet espace, c'est qu'il est assez atypique, la salle a du cachet mais sans pour autant renoncer au confort.


Outre l'humour, on proposera aussi une programmation plus théâtrale avec des petites formes, des « seul-en-scène », du jeune public avec notamment 'Augustin, pirate des Indes'. Tous les samedis soir à 22h45, les spectateurs pourront par exemple se retrouver autour d'un cabaret d'effeuillage burlesque à l'américaine type 'Tournée'.


Une salle de spectacle et un restaurant : comment imaginez-vous les passerelles entre les deux ?


Le plus important pour nous c'était que le projet s'articule autour du théâtre, mais le fait d'avoir un restaurant apporte assurément un petit plus. L'idée que ce qui se passe dans la salle se prolonge autour d'un verre ou d'un diner. Il n'était pas question pour autant de lier les deux espaces mais d'en faire deux bien distincts. On entre dans la péniche pour un repas entre amis et on pose ses yeux sur un flyer qui traine, on prolonge le brunch du dimanche par un spectacle à l'heure du goûter. Je vois ces deux entités comme une manière de faire durer le plaisir.



Pourquoi commencer la saison avec un festival ?

Jusqu'à présent, on avait fait l'inauguration avec la comédienne Audrey Vernon, mais la scène était finalement presque vierge d'artistes. D'où l'idée d'un grand rendez-vous où tout le monde venait sur scène et invitait ses potes : Didier Super, Thomas VDB ou encore Mathieu Madénian.

 

• Rendez-vous donc dès le 28 septembre face au 3 quai de Mortebello.

+ d'infos

City links

Global links