Orlando paladino

  • 2 sur 5 étoiles
  • 2 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
0 J'aime
Epingler
Orlando paladino
© Marie-Noëlle Robert -Théâtre du Châtelet
Orlando Paladino

On attendait beaucoup de cette production. Il faut bien dire que l’idée était particulièrement séduisante : le chef-d’œuvre d’Haydn en version manga et, qui plus est, sur la scène du Châtelet… Du jamais vu pour ce drame héroïco-comique directement inspiré du poème épique ‘Roland furieux’ mettant en scène les amours d’Angelica et Medoro tourmentées par le paladin Orlando (ou Roland). On en attendait beaucoup, peut-être trop.

Pour nous conter les aventures des héros de l’Arioste, Jean-Luc Choplin (directeur général du théâtre) a réuni autour du jeune plasticien Nicolas Buffe, le très cathodique chorégraphe Kamel Ouali et le talentueux chef d’orchestre Jean-Christophe Spinosi. Un trio décidé à dépoussiérer l’opéra coûte que coûte.

Sur scène, l’artiste devenu scénographe déploie de gigantesques décors d’inspiration nippone où les chanteurs lyriques outrageusement maquillés se mêlent à des danseurs déguisés en moutons, en monstres ou en gardes. On en prend plein les mirettes à en avoir mal aux yeux. De la cape en plastique vert d’Eurilla jusqu’au costume de super-héros bleu ciel de Licone en passant par les robes rouges mi-geisha mi-dame de cœur d’Angelica, Nicolas Buffe n’a visiblement souffert d’aucune limite. Se succèdent ainsi sur le plateau références à ‘Star Wars’, Super Mario Bros, ‘Tex Avery’, Jean-Paul Gaultier, ‘Les 101 Dalmatiens’, Captain America, ‘Wallace et Gromit’, ‘Godzilla’, etc. On souffre pour Haydn en cherchant une logique à tout cela.

Face à ce décor qui dévore tout, il ne reste guère de place aux danseurs pour leur art. Noyée par la surenchère d’accessoires, d’effets visuels et de costumes, la chorégraphie de Kamel Ouali manque de précision, de rythme et de fluidité. Les quelques pointes d’humour et les trouvailles scéniques (jeux de lumière avec les projecteurs, miroir face public…) ne sauveront pas un spectacle dévoré par une culture populaire surexploitée.

Par Elsa Pereira

Average User Rating

2 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:0
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:1
  • 1 star:0
LiveReviews|1
0 people listening
lamouss

J'ai assisté à la générale qui ne me semblait bancale.C'est un opéra que je ne connaissais pas mais ...trop de chorégraphie tue la choré surtout dans l'acte 1! Avis mitigé sur une suractivité constante qui empêche parfois de suivre l'intrigue et qui vous donne le tournis. Passé ces écueils ; c'est "too much " mais regardable . Par contre, Mention spéciale aux interprétes suivants: Orlando Kresimir Spicer (génial!) Rodomonte Joan Martín-Royo Pasquale Bruno Taddia (génial!) Alcina Anna Goryachova (génial!)