Une saison en enfer

0 J'aime
Epingler
Une saison en enfer
© Benoit Jeannot

Un comédien, quelques accessoires et 'Une Saison en enfer' d'Arthur Rimbaud, un texte violent, magistral. Voilà un pari très risqué que d'incarner ce poète du XIXe siècle au génie maudit et torturé. Mais « on n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans ». Et les deux fous à la barre de ce bateau ivre ont la jeunesse avec eux lorsqu'ils créent le spectacle en 2006. A 20 ans à peine, on ne s'embarrasse pas de compromis et on prend à bras-le-corps la poésie qui nous fait vibrer. Présenté au Festival Off d'Avignon il y a quelques années, l'audace et la réalisation du projet avaient été très remarquées.

Une 'Saison en enfer', œuvre poétique écrite en 1873, évoque le mysticisme et la religion, mais aussi le rêve et les hallucinations. Peut-on croire encore en Dieu quand on s'oublie dans l'absinthe ? Ces thèmes sont sublimés par l'écriture urgente et enivrée d'un Rimbaud âgé de 19 ans. Sur scène, le corps est montré, travesti, exposé, aussi cru et mis à nu que les rimes rimbaldiennes le suggèrent. Un corps pris de spasmes et de convulsions qui rappelle à quel point l'acte d'écriture est avant tout un accouchement de douleurs et de démons intérieurs. Le comédien Mathieu Dessertine incarne Rimbaud dans ses contrastes et ses explosions, sa folie et ses instants de lucidité. Sa voix aussi nous transporte, en tentant de dessiner un tableau sonore à la mesure de la complexité du paysage textuel. En suivant le déroulé du texte tout en se permettant quelques ellipses, la mise en scène nous donne à voir et à entendre toute la richesse de la vie, des questionnements et de l'art du poète. Sept ans ont passé depuis Avignon. L'âge de raison ? Espérons bien que non.

Par Aurélie Clonrozier

Publié :

LiveReviews|0
0 people listening