Antoine et Cléopâtre

Théâtre
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Antoine et Cléopâtre
© Christophe Raynaud de Lage

Tiago Rodrigues signe un 'Antoine et Cléopâtre' tout en douceur et poésie.

« Antoine inspire. Cléopâtre inspire. Antoine expire. Cléopâtre expire. » Du spectacle de Tiago Rodrigues ‘Antoine et Cléopâtre’, on retient d’abord le phrasé, le rythme des phrases, leurs allers et retours, l’extrême simplicité avec laquelle les deux comédiens Sofia Dias et Vitor Roriz (tous les deux chorégraphes) se meuvent pendant un peu plus d’une heure.

Sur scène, seuls un immense mobile à la Calder et un tourne-disque remplissent le décor. Un diamant qui déroule par touches éparses la bande-son du ‘Cléopâtre’ de Mankiewicz avec l’inoubliable Liz Taylor. A l’intérieur, dans cette ambiance d’appartement, tout évoque l’intimité fragile des deux protagonistes, leur manière de s’appeler, de se nommer, de circonscrire l’espace.

Ils s’incarnent à tour de rôle soulignant la fusion des deux êtres dans une mise en scène où tout est mis à distance : le drame, l’émotion, l’épique et le politique. De la ferveur shakespearienne, il est vrai, il ne reste pas grand-chose, si ce n’est cette relation entre Cléopâtre et Antoine, cet amour mis à mal. Qui dans l’imaginaire de Tiago Rodrigues devient une parade amoureuse timide et minimale où les tirades sont courtes et réduites à l’essentiel, et cette fois-ci racontées en français par les acteurs portugais (à Avignon en 2015, la pièce était jouée en portugais et surtitrée en français). Formelle, presque conceptuelle, la pièce de Tiago Rodrigues rompt avec l’exaltation du drame pour raconter avec lenteur et gestes la symbiose des êtres. 

Par Elsa Pereira

Publié :

Téléphone de l'événement 01.43.57.42.14
Site Web de l'événement http://www.theatre-bastille.com
LiveReviews|0
2 people listening