Bis Zum Tod

0 J'aime
Epingler
Bis Zum Tod
© Christian Kleiner

L’artiste suédois Markus Öhrn achève sa trilogie commencée avec ‘Conte d’amour’ (présenté en 2011) par une pièce tragique et nihiliste intitulée ‘Bis Zum Tod’. Après avoir mis le doigt sur l’inconscient des sociétés occidentales patriarcales dans le premier volet, et décrypté l’hégémonie post-coloniale dans le deuxième, le metteur en scène poursuit cette analyse sociétale dans ce troisième et dernier volet, où il s’intéresse particulièrement à la pensée psychorigide du clan familial, ainsi qu’à l’adhésion aux « valeurs » politiques néo-capitalistes.

La pièce traite de l’amour comme puissance négative, dans le cadre d’un cocon familial bourgeois où l’adolescent provoque un énorme traumatisme en tombant amoureux d’un pédophile. Le spectacle ne contourne absolument pas la question de la pédophilie, que Markus Öhrn voit comme l’une des plus grandes menaces de notre société occidentale. Une incursion dans les vices de la famille, où l’injonction au bien-être et à la pensée positiviste enclave chacun dans sa conviction d’être le meilleur.

Par Céleste Lafarge

Publié :

LiveReviews|0
NaN people listening