Nobody

Théâtre
Recommandé
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Nobody
©Marie Clauzade

Une tragédie contemporaine signée Cyril Teste.

Entre scène et gradins, de grandes baies vitrées. Derrière, des hommes et des femmes en costumes et tailleurs. Gestes bien réglés, visages affichant une décontraction feinte et parole sèche, ils évoluent dans un environnement presque immaculé. Strict. Bienvenue dans le cabinet de restructuration d'entreprise de 'Nobody', titre de la dernière pièce de Cyril Teste créée en juin 2015 au Printemps des comédiens à Montpellier et prénom de son personnage principal, Jean Personne. Mais attention : ici, rien ne doit dépasser. Chaque parole est régie par une procédure, chaque personnalité est réduite à son strict minimum. Sans quoi les consultants de la boîte ont vite fait d'être mis hors-cadre, au sens propre comme au figuré. D'après des textes de l'auteur allemand Falk Richter – 'Sous la glace', 'Electronic City', 'Le Système' et 'Ivresse' –, 'Nobody' est une performance filmique glaçante sur la déshumanisation dans le monde de l'entreprise menée avec brio par le collectif d'acteurs La Carte Blanche, issu de l'Ecole nationale supérieure d'art dramatique de Montpellier.

Au-dessus du quatrième mur de verre, un écran sur lequel, en guise de préambule à la pièce, est projeté un texte. Charte de création définissant en sept points ce à quoi nous allons assister – une performance filmique, donc – cette entrée en matière place d'emblée l'image sous le signe du doute. De la distance critique. Que le film qui prend bientôt la place de la définition soit filmé, monté et réalisé en temps réel sous les yeux du public fait en soi réfléchir sur les liens entre langage théâtral et cinématographique ; que cela soit dit fait de 'Nobody' un discours en actes et en images sur la nature du spectacle à l'ère de l'open space. Un anti-reality show construit avec tous les ingrédients de la téléréalité : des confessions, du sexe et un brin de suspense.

Un cadreur et un perchiste arpentent les bureaux des consultants. Sans arrêt, ils alternent plans larges et plans rapprochés, scènes diurnes et scènes nocturnes. Comme si la mise en garde initiale ne suffisait pas. Que tant qu'il y a image, il doit y avoir chasse à l'illusion de réel. Jean Personne et ses collègues apparaissent alors toujours sous deux angles à la fois : celui qu'on perçoit à travers le quatrième mur vitré, et celui que nous montre l'écran perché. Parfois, les deux perceptions se complètent. Souvent, elles se contredisent. A peine le temps de se laisser happer par une scène, que notre attention est déplacée par divers procédés. Un changement de rythme, d'échelle, de couleur et  notre regard passe de l'écran à la scène, ou inversement. Mais notre esprit critique ne nous échappe pas longtemps. Dans 'Nobody' tout est fait pour qu'à l'image de Monsieur Personne, le spectateur scrute chacun de ses réflexes.

Chez Cyril Teste, images et nouvelles technologies sont depuis longtemps utilisées au profit d'une réflexion sur notre rapport au monde. Dans 'Nobody', le metteur en scène pousse sa démarche à l'extrême. Fruit d'une longue recherche pratique et théorique, la performance filmique qui montre – sans jamais la commenter – la dislocation de Jean Personne dans son environnement professionnel atteint un accord parfait entre sujet et dispositif. Entre monologues intérieurs en voix-off de Jean Personne, dialogues professionnels truffés de « benchmarking » et autres anglicismes et conversations intimes – ou ce qui en tient lieu, dans un contexte d'étiolement de la vie privée au service de l'entreprise – le récit de 'Nobody' est aussi éclaté que les moyens qui en rendent compte.

Comme son nom l'indique, Jean Personne n'est pas assez consistant pour être un héros au sens classique. Ce qui ne veut pas dire qu'il manque de complexité. Lapidaire, l'écriture de Falk Richter décrit avec précision les différentes étapes de sa disparition. Son enfance solitaire. Son éloignement d'une femme aimée un jour, peut-être. Sa conquête d'une identité sociale au sein de son entreprise, et en même temps la perte du peu de personnalité qui lui restait. 'Nobody' est une tragédie contemporaine. Celle de la perte du « moi » dans le monde de la surveillance généralisée.

Par Anaïs Heluin

Publié :

Téléphone de l'événement 01 56 08 33 88
Site Web de l'événement http://www.lemonfort.fr
LiveReviews|0
1 person listening