Carte blanche Domino : Austra + Petite Noire + Matthew E. White

Notre sélection
Ajoutez à votre coupes de coeur
0 J'aime

Austra propose un mariage audacieux entre le kitsch éprouvé de mélodies au spleen intraveineux et la voix inoubliable de Katie Stelmanis, Canadienne d’origine lettonne. Sur l'excellent disque 'Feel It Break', opérette, cabaret et new wave se joignent en effet dans un ballet qui berce l’auditeur jusqu’à plus soif, et les claviers minimalistes n’ont d’autre rôle que de mettre en valeur la voix incroyable de la chanteuse, comme un écrin exhausse un diamant. En sortant le single "Beat And The Pulse", titre obsédant, gothique et sombre dont les coups de glas rappelaient fortement Dead Can Dance, Austra avait donc marqué les esprits, un coup de maître qui ne restera pas isolé puisque le second album du groupe, 'Olympia', est tout aussi beau, dans une veine légèrement différente.

Derrière Petite Noir se cache Yannick Ilunga, le fruit de croisements aussi nombreux que sa musique. Fils de parents angolais et congolais, né à Bruxelles, puis sédentarisé plus tard au Cap, le jeune homme a fait de toutes ses influences une force, qui lui permet de réaliser un melting pot musical fertile. Son premier disque, 'Till We Ghosts', a d’ores et déjà placé une nouvelle case sur l’échiquier géographique de l’indie pop : impossible d’ignorer l’Afrique du Sud comme nouveau vivier de talents. Certaines chansons de Petite Noir ont conservé la froideur dansante de l’électro-pop européenne nourrie au post-punk, à l’image de "Pressure", alors que d’autres laissent poindre à travers des sonorités, des rythmes, leurs racines africaines, comme le superbe titre "Till We Ghosts". Le résultat n’est pas encore totalement personnel, mais il contient bien des promesses.

Guitariste, producteur, créateur en 2011 du label Spacebomb Records, Matthew E. White a travaillé sur une multitude de projets avant de sortir cette année son véritable premier album. 'Big Inner' a immédiatement suscité les louanges de la critique. Des arrangements très aboutis, des cuivres, des chœurs féminins (comme sur "One Of These Days"), le chanteur à la barbe hirsute s’est offert un album très soigné, entre soul, pop, et folk. Enfant de missionnaires catholiques aux Philippines, White respire le gospel. Il aborde des thèmes douloureux comme la perte d’un être cher et sa musique exorcise la douleur et apaise.