6 bars do brasil immanquables à Paris
6 bars do brasil immanquables à Paris icon-chevron-right
61 brunchs ultimes à faire à Paris
61 brunchs ultimes à faire à Paris icon-chevron-right
21 expo immanquables en ce moment à Paris
21 expo immanquables en ce moment à Paris icon-chevron-right

Dernières critiques

Avis de Tempête
icon-location-pin Pigalle
Avis de Tempête

En fin de journée, on met les voiles direction ce bar à manger entre terre et mer ! Cet hiver, les matelots zapperont les quelques places en terrasse pour se caler à bord du navire pensé tout en longueur, avec vue sur la cuisine ouverte à la proue : d’un côté, de grandes tables hautes conviviales, de l’autre de plus petits espaces. Seule une fresque murale de la Bretagne façon « street art » orne les murs blancs. Heureusement que l’équipage apporte un peu de chaleur, beaucoup même les soirs de matchs, diffusés à bord. Rapide navigation sur la courte carte : à glouglouter, de jolies quilles comme L’Invincible, un Merlot léger et frais aux notes de fruits rouges, sans sulfites (5,50 € le verre), des bières locales comme la pression du moment, un breuvage d’automne brassé avec des potirons rôtis, la Brumaire et frumaire, de la brasserie montreuilloise Deck and Donohue (8 € la pinte). On trouve aussi des cocktails à base de spiritueux français – Chartreuse, Grand Marnier, Suze… (6-13 €). Pour ne pas attraper le mal de mer, on jette l’ancre sur une généreuse assiette d’accras, bien dodus et pas gras pour un sou, que l’on plonge dans une sauce sirupeuse au piment doux (6,50 €). Coup de foudre ! On poursuit la traversée avec une mousse de thon au basilic – que l’on cherche encore (5 €), qui ne nous fait pas franchement chavirer.

Le Cabaret des Deux Mondes - Prizoners
icon-location-pin 4e arrondissement
Le Cabaret des Deux Mondes - Prizoners

La célèbre détective Émilie Duplantier enquête sur une série de disparitions qui ont lieu dans la capitale. Mais voilà qu’à son tour elle ne donne plus signe de vie. On vous envoie alors avec votre équipe résoudre ce mystère, au milieu des ruelles parisiennes reconstituées et d’un spectacle bien étrange. Bienvenue dans le Cabaret des Deux Mondes. Tenez-vous bien, l’aventure que vous allez mener ici s’étale sur pas moins de 130m2, neuf salles aux épreuves et aux styles bien différents, ça change. Cet environnement grand format stimule continuellement l’expérience de jeu et crée un univers d’une profondeur et d’une cohérence rare. Bon évidemment, il faut aimer l’ambiance Belle Époque mais se retrouver dans une rue du vieux Paris ça fait quelque chose. Et cette atmosphère de cabaret maléfique ! Côté mécanique on reste dans une forme plutôt classique avec ce qu’il faut de cadenas, d’indices cachés, de clefs et de serrures. Pour sûr on n'est pas perdu. Mais voilà, cette aventure-là parvient toujours à surprendre, notamment par ses énigmes basées sur l’écoute, sur la séparation ou la coordination nécessaire des joueurs. Une plongée sans retenue dans un univers fascinant, avec des mystères pour tous les goûts, tous les niveaux. Ce qu’il faut où il faut.  Les « + » : - 1-3-0-M-2 !- une difficulté tellement bien dosée, pas de frustration- l

The Shell
icon-location-pin Sentier
The Shell

Choisir la dose d’alcool dans son cocktail. Une vague américaine qui commence seulement à déferler de l’autre côté de l’Atlantique. Et à Paris, The Shell joue les figures de proue. Un peu ? Beaucoup ? Ou sans ? C’est à vous de voir avec Maxime Potfer, aux manettes du nouveau bar de l’Experimental Group (Balagan, Beef Club, Grand Pigalle hôtel) planqué à l’Hôtel des Grands Boulevards. Une fois passée la réception, on débouche sur le patio investi par le restaurant de l’hôtel. Dans un coin, comme une petite moule accrochée à son rocher : The Shell. A l’intérieur, un air de boudoir : rouge carmin du sol au plafond et petits fauteuils en velours. Un air de bar rétro : bar en acier brossé et nuage d’appliques boule. Marie-Antoinette serrant la main à Edward Hopper. Parfait pour se délasser ou s’encanailler en toute intimité avec son nouveau date. Côté élixirs ou filtres d’amour, difficile de faire le mauvais choix tant tout est dosé à la perfection. A vous tout de même de trancher entre les « No Shell » (sans alcool) comme le suave James Bean (haricot vert, lait de coco, agave, citron vert et edamame), les « One Shell » (dose d’alcool modérée) comme le malicieux Pampmou (Pisco, pamplemousse, orge, citron vert), ou les « Two Shells » (dose d’alcool classique) et l’envoutant Next intention (vodka, cerise, kombucha, citron, lavande et hibisc

Yansai
icon-location-pin Epinettes
Yansai

Pour qui ? Les palais voyageurs qui refusent de choisir entre Corée, Taïwan, Japon...Plat culte ? Les gua bao ! Parmi les meilleurs de Paris.En lieu et place du traiteur asiat' que tenait la maman, le jeune Thomas Li a sauté le pas pour ouvrir en juillet dernier cette cantinette asie-mutée de trente couverts. Bois blond, cuisine ouverte et ô joie pour notre smartphone en rade : douze prises pour chargeurs, réparties dans la vingtaine de mètres carrés que compte la salle.  C'est parti pour un tour du continent réunissant le very best of de l'Asie : poulet Karaage nippon (belle mâche), bobun vietnamien ou encore bimbimbap coréen... Français né de parents chinois, ce globe-eater confesse comme nous une passion toute particulière pour la gastronomie taïwanaise. Son Hulou -riz, porc mijoté, pickles et œuf mariné avec un jaune encore coulant- est un délice. Mais il faut surtout tester les gua bao, autre grande spécialité de la petite île ! Au choix : classique au porc braisé (fondante poitrine, feuilles de moutarde, cacahuètes et coriandre), poisson façon Fish'n chips, poulet (sauce pimentée extra) et même veggie (champignons parfumés et carottes)... Moelleux, le bun est fait sur place et cuit à la vapeur (rare à Paris), et les viandes proviennent du boucher-star Metzger. Une tuerie lèche-babines, à accompagner d'addictives frites allumettes maison. Pour la soif ? Là aussi, festival de binouzes asiatiques : taïwanaise (Taiwan Beer), coréenne (Hite), chinoise (Tsingtao) ou jap

JR - Momentum, la mécanique de l’épreuve
icon-location-pin Le Marais
JR - Momentum, la mécanique de l’épreuve

Pour qui ? Les amoureux du street artVoir quoi ? Des photos d’installations Après plusieurs mois de travaux, la MEP rouvre ses portes en offrant une carte blanche à l’un peu trop présent JR. Un retour en photographie et quelques installations sur l’ensemble de la carrière du Français. Ou comment faire tenir des œuvres monumentales dans un salon de poche. Sur les trois étages s’enchaînent les essentiels de l’artiste : ses portraits de génération, ses peuples héros et des photographies ou maquettes de ses célèbres collages. Tout ce qui ouvre les yeux sur les communautés et les vies, sur les dimensions humaines. Un parcours qui tente de redire le street art, et dont l’intérêt est tout relatif. Et oui, encore et toujours cette question délicate, à savoir s’il faut emmurer l’art de rue dans les musées et les cadres photographiques. Une problématique essentielle quand on sait que JR a œuvré si fort pour les expositions libres et hors les murs. Un artivisme devenu tristement institutionnel, un underground devenu overground juste en changeant de paire de lunettes. Car si la force de JR est sa relation avec les gens, sa mise à l’épreuve des espaces, ce Momentum-là reste au fond assez ridicule — un terme de physique mécanique, qui rappelle que JR est un ingénieur avant d’être complètement un artiste. Il crée surtout des dispositifs et des systèmes. Mais voilà, les miniatures de l’exposition ne retranscrivent pas grand-chose des splendeurs éventuelles, de ce qui se vit et se voit en

Du Pain et des Idées
icon-location-pin République
Du Pain et des Idées

Produits culte ? Le Pain des Amis, les escargots, les mini-pavésBien vu ? La touche parisiano-rustique pour ton InstaVu la masse de touristes qui poireautent devant à toute heure du jour, on pourrait sans problème ajouter Du Pain et Des Idées à la liste des monuments de la capitale. Faut dire qu’on tombe direct dessus quand on tape « Best bakeries in Paris » dans Google. So what? Voyons ce que la boulange de Christophe Vasseur a vraiment dans le fournil !On commence avec le gros hit de la maison : le Pain des Amis (2,75 €). Croûte bien marquée, avec une mie fondante, goût fumé caractéristique… Waouh ! Y a plus d’amis quand on passe au mini-pavé (1,80 €) bacon, fromage, figue séchée. Moelleux et gourmand, mais si petit qu’on partage pas ! Mouna (4,60 €), la brioche à la fleur d’oranger, est plus généreuse… plus dense aussi. Prévoir un petit thé pour arroser !Comme on a encore l’estomac dans les talons, on se met à l’aise avec l’escargot chocolat pistache (3,50 €), mollusque emblématique du bouclard qui mériterait de croustiller davantage sous la coquille. Et on termine avec une part du flan comme on ne fait plus : lichette de rhum, œufs et lait frais bios, le tout sur une jolie pâte feuilletée (4,50 €)... LE flantasme des amateurs.Ingrédients sélectionnés, réalisations maîtrisées. Le genre d’endroit qui nous fait crier cocorico… Et les touristes ne s’y trompent pas ! Simplement, vu les prix un peu élevés pour une boulangerie de quartier, les parisiens préféreront peut-être pou

Bô
icon-location-pin Jussieu

Pour qui ? Joey Starr ! Plat culte ? Les "boudins du cochon créole", le chiktay. Attention, rayon de soleil dans la grisaille parisienne ! Quelques mois seulement après avoir ouvert son premier restaurant (Baïeta), Julia Sedefjian, plus jeune étoilée de France, remet le couvert avec sa team de choc : Grégory Anelka et Sébastien Jean-Joseph. Cette fois, direction les Caraïbes. Zouk en musique de fond, innombrables bouteilles de rhum au-dessus du bar et serveur qui vous accueille avec un grand sourire : bienvenue dans les îles !On s’installe sur les tables hautes, juste à côté de… Martiniquais nostalgiques du pays. Bon signe, très bon signe ! Vivement recommandés : le cocktail Torride bobo à base de vieux rhum, miel, citron vert et piment (10 €) ou le classique Old cuban mixant vieux rhum et champagne, citron et sucre de canne (12 €). Entre deux phrases créoles, les voisins nous guident à travers la carte de tapas (6 € les salés, 5 € les sucrés). Chiktay poulet (effiloché) subtilement relevé), tartare de poisson au lait de coco à tomber, lentilles/saucisses mijotées comme chez mamie, Féroce d’avocat (guacamole à la morue et au piment) un poil fade, coquins petits boudins créoles à accompagner de souksay de papaye (salade façon carottes râpées vinaigrette). En dessert : crème brûlée délicatement parfumée à la cannelle et tartelette à la mangue boostée au maracuja. Avant de repartir titubante, on demande quand même le verdict aux experts d’à côté : "Fait bon i bon memm !"  

Le Coq Rico
icon-location-pin Montmartre
Le Coq Rico

Pour qui ? Les mordus de poulet, dinde et autres pintades. Un déjeuner en famille ou un dîner romantiquePlat culte ? La cannette de 100 jours de la Dombes, pochée au bouillon, puis rôtie entière Après une balade dans le Paris bucolique, aka  Montmartre, entrez dans l’antre du poulet rôti ! Un lieu élégant et apaisant, cornaqué par Antoine Westermann, toque 3 étoiles également aux manettes du Buerehiesel (Strasbourg). L'aile ou la cuisse ? Ici, amis avivores, vous n'aurez que de la came de première bourre. Actu chaude : le chef propose jusqu’en mars 2019, un « Tour de France des belles volailles » pour redécouvrir tous les mois une race ancienne, élevée sur son terroir d’origine. La star de novembre c'est le coq Barbezieux (98 €), à partager avec 4-5 convives. Mais sur les conseils d’un maître d’hôtel très à l’écoute, on se laisse tenter pour la cannette de la Dombes (86 €) servie avec son jus, ses frites maison (certes bonnes mais trop salées), des macaronis gratinés au fromage (régressifs à souhait) et une salade verte (parfaitement assaisonnée). Pour faire glisser tout ça, rien de tel qu'un côte du Rhône Vieilles Vignes 2015 du Domaine de Grangeneuve (40 €), joli vin aux arômes de fruits murs et aux tanins veloutés. Les meilleures choses sont souvent les plus simples, et ça Le Coq Rico l'a bien compris : foie gras d’oie en croûte (33 €) juste agrémenté d’une pincée de fleur de sel et d’un tour de moulin à poivre, servi sans pain, même pas besoin ; très très tendre cannett

Le Petit Grain
icon-location-pin Belleville
Le Petit Grain

Produits culte ? Le pain semi-complet, la brioche à la cannelle, la Bakewell TartBien vu ? La piscine juste en face pour éliminer le goûterParaît qu’on flotte mieux avec une bouée intégrée. C’est pour ça qu’avant d’aller à la piscine rue Dénoyez, on pique toujours une tête au Petit Grain, la nouvelle boulange au twist anglo-saxon ouverte par la team du Grand Bain. Histoire de chopper un peu en largeur pour mieux enchaîner les longueurs !Ici pas de passage par le pédiluve, on se jette direct à l’eau du pain. Tout baigne pour le semi-complet multi-graines (4,30 €), mais douche froide avec la tourte de seigle (3,50 €) dont le levain semble avoir été oublié au vestiaire ! On noie notre déception dans le bassin sucré : un cookie très choco (2,50 €) qui surfe sur la vague actuelle chewy + petit grain de sel, dsuivi d'un roulé à la cannelle (3 €) moelleux et bien humide. Et pour bien se remplir le bassin, on fait trempette dans les fruits secs : amande en crumble au-dessus du croissant croustillant (3 €) ou en crème fondante dans la Bakewell Tart à la clémentine (3,50 €), cacahuète en topping de la tartelette marshmallow caramel (4 €), noix au cœur du Danish poire (3,50 €)… Bilan : on termine pas en slip en sortant du Petit Grain, et la came met bien vite les papilles en mode brasse papillon. On sent l’envie de bien faire, mais ça perd un peu pied avec le sucre et la fermentation. Reste que c’est TRÈS gourmand : direct dans les hanches, c’est encore mieux pour la bouée, mais prévoye

Substance
icon-location-pin Chaillot
Substance

Pour qui ? Les BCBG du 16e avides de créativité Plat culte ? Le magnifique cabillaud cuit à la cendre de poireau et son émulsion curry /coquillages Depuis la rentrée et les ouvertures de Zebra, Girafe ou encore du très annoncé Ducasse sur Seine, le 16ème a changé de statut. Finie la réput’ de no-go-zone interdite aux amateurs de gastronomie jeune et inventive ! L’arrondissement est, ô surprise, en train de devenir leur terra nova. Vous n’y croyez pas ? Alors préparez vos papilles (et votre portefeuille), et rendez vous chez Substance, nouvelle table agitée du trèèèès calme quartier de Chaillot. Au déj, on saute sur le menu entrée/plat/dessert à 39 € : un œuf parfait flanqué d'artichauts rôtis (relevés d'une vinaigrette sésame/citron vert), un filet de canette avec butternut snackée et petite purée de betterave... Et ce divin baba aux agrumes à arroser last minute de rhum — bouteille qu’on peut choisir dans la cave du resto. Le soir, on ouvre grand les poches pour s’offrir un tataki de daurade et sa purée de mangue, délicats comme un vendredi soir de novembre (21 €). Le meilleur pour la fin : un cabillaud cuit à la cendre de poireau, chips de re-poireau et re-re-poireau grillé (30 €)... Et une régressive mais tout aussi technique pomme confite —biscuit craquant comme du pralin et caramel chaud (13 €). Cuissons parfaites, et au-delà, dans chaque assiette, de l’âme et de la surprise. Cerise sur le gâteau, le chef de salle Anthony Pedrosa (ex-Racines des Prés) joue les sommeli

icon-chevron-right
icon-chevron-right

Les dernières actus

Le plus grand salon de vins nature italiens revient à Paris

Actualités

Le plus grand salon de vins nature italiens revient à Paris
Cette année, c'est Karl Lagerfeld qui inaugurera les illuminations des Champs-Elysées

Actualités

Cette année, c'est Karl Lagerfeld qui inaugurera les illuminations des Champs-Elysées
A la fin du mois, vente aux enchères d’un escalier originel de la Tour Eiffel

Actualités

A la fin du mois, vente aux enchères d’un escalier originel de la Tour Eiffel
La plus grande patinoire intérieure éphémère du monde est de retour au Grand Palais

Actualités

La plus grande patinoire intérieure éphémère du monde est de retour au Grand Palais
Tous les jeudis de novembre, couscous gratuit et Dj sets sur une péniche

Actualités

Tous les jeudis de novembre, couscous gratuit et Dj sets sur une péniche
Du 11 au 15 novembre prochains, vivez des expériences inédites dans une dizaine d'hôtels parisiens

Actualités

Du 11 au 15 novembre prochains, vivez des expériences inédites dans une dizaine d'hôtels parisiens
Le Mont-Blanc au sommet chez Angelina Paris

Actualités

Le Mont-Blanc au sommet chez Angelina Paris
Pour ses 20 ans, le géant Google s'expose gratis au Grand Palais

Actualités

Pour ses 20 ans, le géant Google s'expose gratis au Grand Palais
La Gaîté Lyrique s'apprête à lancer une expo dédiée à Assassin’s Creed

Actualités

La Gaîté Lyrique s'apprête à lancer une expo dédiée à Assassin’s Creed
Cette semaine, c'est l'inauguration de la nouvelle Fondation Henri Cartier-Bresson !

Actualités

Cette semaine, c'est l'inauguration de la nouvelle Fondation Henri Cartier-Bresson !
icon-chevron-right
icon-chevron-right

A ne pas rater cette semaine

Cet automne, découvrez d'immenses structures lumineuses aux Jardin des Plantes
Actualités Cet automne, découvrez d'immenses structures lumineuses aux Jardin des Plantes

Du 16 novembre 2018 au 15 janvier 2019 se déroulera la toute première édition du Festival des Lumières aux Jardin des Plantes. Au programme : balades nocturnes, structures monumentales et illumination des consciences. Sacré Jardin des plantes ! Alors qu’il approche doucement des 400 ans, il ne cessera jamais de nous surprendre. Si l’on se régalera toujours autant d’aller observer les chats cyclopes au Museum d’Histoire naturelle ou les kangourous de la Ménagerie, on se rendra dorénavant au Festival des Lumières dès que la période automnale pointera le bout de son nez. D’emblée, les organisateurs marquent les esprits avec une thématique centrée autour des « Espèces en voie d’illumination ». Prenant la forme d'une grande balade nocturne à travers le Jardin, on pourra admirer d’immenses structures lumineuses de plusieurs mètres réalisées en Chine par China Light Festival, spécialiste des lanternes chinoises. Nos pérégrinations nous mèneront à travers quatre grands tableaux distincts représentant des millions d’années d’Histoire animale. On commencera avec un temps que les moins de... 65 millions d’années ne peuvent pas connaître : les animaux disparus à ce moment-là, répondant aux doux noms de tricératops et tyrannosaure. La suite de la balade sera moins glorieuse pour l’espèce humaine, puisque on y apercevra les animaux disparus à cause de l’Homme et ceux actuellement menacés d’extinction. Mammouth, ours blanc, bison d’Amérique ou encore requin blanc : voici pour la liste d

Au Collectionneur, l'un des restos les plus cools et design de Paris
Restaurants Au Collectionneur, l'un des restos les plus cools et design de Paris

Sièges en velours, tables en marbre, albâtre à gogo et dorures… Y’a pas à dire, sous son immense sculpture en sycomore, cette fusée Art déco semble prête à décoller pour la brancho-sphère ! Côté architecture, on retrouve à la manœuvre, deux quadras malins, Alexandre Danan (Maison Albar) et Edouard Cohen, et pour la déco Andréa Cohen (La propriétaire). Ensemble, ils ont méchamment rhabillé le restaurant du Collectionneur, bijou planqué dans l’hôtel du même nom et estampillé cinq étoiles. Leur dada ? Collectionner, telle une pie, des objets chinés çà et là depuis leurs différents voyages. Et faut dire que ces trois-là ont du goût ! Pour le reste, ce midi-là, dans une ambiance plus proche de la décontraction que d'un palace sur-guindé (ouf), les bons points s’enchaînent comme en primaire. D’abord la terrasse, maousse et végétale à souhait, qui risque de devenir notre spot préféré les jours de soleil. Et le service, coolos de la tête (grands sourires ouistiti) aux pieds (jeans-baskets) — suffisamment rare dans ce genre de spot pour être souligné. Bon, et l’assiette dans tout ça ? Bah écoutez y’a de quoi faire ! Pour 48 € (entrée/plat/dessert) le midi, les plats tirés à quatre épingles jouent la carte de l’exceptionnel. Pour notre part, on est plus d’humeur poisson que viande : japonisant sashimi de daurade accompagné de sa pimpante marinade yuzu-gingembre ; Black Cod mariné au café, fenouil confit (ultra instragramable, au point qu’on n’ose même pas le toucher) ; et pour finir 

Du 11 au 15 novembre prochains, vivez des expériences inédites dans une dizaine d'hôtels parisiens
Actualités Du 11 au 15 novembre prochains, vivez des expériences inédites dans une dizaine d'hôtels parisiens

Un déj au champagne dans un jardin secret de 900 m², 1h avec un coach sportif personnel aux Tuileries... Ça vous tente ? Parce qu'à l'hôtel on ne fait pas que dormir, du 11 au 15 novembre prochains, quelques belles adresses invitent les franciliens à oser franchir leurs portes pour profiter de ces établissements chics. Sans même y passer la nuit, et dès 10 € !Rendez-vous dans les bars, hôtels et spas des hôtels 4 et 5 étoiles de Paris. Parmi tous les plans proposés, on retiendra : - Inviter dix amis pour une raclette party dans un cool hôtel de la capitale (à partir de 19 €/pers) - Dîner dans l’ancien hôtel particulier de la famille Hermès, niché sur la butte Montmartre (45€/pers)- Vous évader sur les traces d’Alexandre Dumas dans le nouveau et tout premier bar à rhum d'Europe (14 €/pers).  - Succomber à la Masterclass pâtisserie du chef Nicolas Clavier, dans les cuisines de Maison Astor Paris Collection Curio By Hilton (ce nom à rallonge !). Puis déguster vos créations avec coupette de champagne (25 €/pers)- Vous échapper à deux le temps d’un déj pour un massage en plein SoPi. Avec spa privatisé pendant 30 minutes rien que pour vous. Et, là aussi, la Maison Taittinger qui vous rince au champ' (110 €/pers).  Quoi ? Opération "Tous à l'hôtel"Quand ? Du dimanche 11 au jeudi 15 novembre 2018Combien ? De 10 à 110 €/personne. Sur inscription : http://www.tousalhotel.paris    © Jefferson Lellouche / Hôtel Particulier Montmartre  

A Paris, un Pop-up 100% coréen avec chef étoilé, cocktails détonnants et karaoké géant !
Actualités A Paris, un Pop-up 100% coréen avec chef étoilé, cocktails détonnants et karaoké géant !

Deux semaines 100% Pays du Matin calme, qui vous propulsent dans l’atmosphère électrique des rues de Séoul. Telle est la promesse de Maison de Corée, pop-up qui a ouvert ses portes le 31 octobre dernier et durera jusqu'au 15 novembre prochain.  Une occasion unique de goûter la fine popote du cookstar Jun Lee, chef à Séoul du resto étoilé Soigné. Lundi 5 novembre, ce dernier proposera à Younghoon Lee (chef, lui, du Passe-temps, à Lyon) de cuisiner à quatre mains un dîner d'exception pour une poignée de happy few. Pour les fous de poulet frit et de bonne bière, ne ratez surtout pas la soirée Chic Mac ... Accro au piment ? Le Spicy Ramen Challenge est fait pour vous : une compétition barrée pour élire celui ou celle qui réussira à finir le plat de ramen le plus épicé du marché coréen. Et c'est pas tout ! A boire, les cocktails expé d'Alice, LE bar branché du quartier de Gangnam, célèbre pour ses créations à base d’alcool de riz. Et pour pousser la chansonnette, un grand karaoké ambiancé par une star de la K-pop... Joon Young Jung, spécialement affrété pour l'occasion ! Quoi ? Un voyage immersif au cœur de la culture coréenneQuand ? Du 31 octobre au 15 novembre 2018. Tous les jours de 12h à 14h30 et 19h à 22h.Où ? Maison de Corée, 80 rue des Tournelles, 75003 ParisCombien ? Déjeuner à partir de 18 €. Soirée Chi Mac : 25 €. Dîner gastronomique : 60 €. Réservations ici 

Un bar à chocolat géant avec terrasse de 1 500 m2 ouvre à Paris
Actualités Un bar à chocolat géant avec terrasse de 1 500 m2 ouvre à Paris

Encore une bonne nouvelle, encore en plein cœur du 11ème arrondissement ! Celle-ci devrait réjouir les cacaonimanes. Jugez plutôt : la pâtisserie Hugo & Victor s'apprête à lancer un maousse bar à chocolat dans le sublime hôtel quatre étoiles Les Jardins du Marais. Avec FAT terrasse de 1.500 m2 !Un chalet gourmand pour oublier le froid hivernal, cosy à souhait, où l'on pourra se lover dans un plaid ou s'enfoncer dans un canapé, avec une tasse fumante de chocolat chaud... Et bien sûr des créations chocolatées emblématiques de Hugo & Victor, comme la gaufre chocolatée avec leur divine pâte à tartiner, mais aussi des macarons, des financiers (élus Meilleurs Financiers de Paris !), et des marrons glacés.Quoi ? Pop-up bar à chocolat signé Hugo & VictorQuand ? Du 9 novembre au 30 décembre 2018. Du vendredi au dimanche, de 15h à 21h. Où ? Hôtel 4 étoiles Les Jardins du Marais, au 74 rue Amelot, 75011  

Opération Balkans - Quest Factory
icon-location-pin Poissonnière
Opération Balkans - Quest Factory

Style : D.G.S.E. en missionNombre de joueur : de 3 à 5 (optimal 4)Difficulté : DifficileTaux de réussite : 30%English version : Yes!Durée : 60 minutes Un scientifique vient de trouver la formule pour obtenir une source d’énergie infinie. Mais voilà, en pleine guerre froide c’est le genre de découverte qu’il n’est pas bon de laisser entre de mauvaises mains. Fine fleur de la D.G.S.E., vous voilà sur le départ et votre mission sera d’une importance cruciale. Pas de temps à perdre, direction les Balkans. L’équipe de Quest Factory sait ce qu’elle fait et elle frappe fort. Son scénario et ses mécaniques sur 3, 5 salles sont d’une précision d’orfèvrerie. Rien que la salle de briefing met déjà joliment dans l’ambiance. Même si on a le droit aux immanquables codes et cadenas, les énigmes sont toujours parfaitement intégrées à l’histoire en cours. On manipule du coup des accessoires qui ont du sens (les fusibles, les pierres de labo) et dans un ordre qui rend la progression bien immersive : les fouilles ne sont jamais gratuites, les interactions jamais dû au hasard et tout est fait pour rendre la coordination et la séparation des tâches payantes et ludiques. De l’orfèvrerie on vous dit. Les allers-retours entre les salles sont bien pensés, ce qui permet de créer une tension exponentielle pour un final explosif ; ce moment parfait de laboratoire où il faudra vous-même jouer les scientifiques en utilisant les informations récupérées tout au long de la session. Et si tout se passe bie

Dans le Marais, une épicerie pop-up allie circuits courts et petits producteurs
Actualités Dans le Marais, une épicerie pop-up allie circuits courts et petits producteurs

Papilles exigeantes et pourfendeurs de la malbouffe (coucou José), c'est pour vous ! Du 24 octobre au 10 novembre prochains, le site pourdebon.com (sélection de produits frais du terroir rigoureusement sélectionnés, en vente directe du producteur au consommateur) installe une épicerie éphémère en plein 3e arrondissement.  Le pop-up store Pourdebon en collab' avec Heureux Les Curieux réunit la quintessence des producteurs régionaux en vue des fêtes de fin d’année. Au programme, dégustations gratuites, ateliers et conférences en présence des petits producteurs-artisans.  © Pourdebon   A retenir dans cette progra alléchante : dimanche 28 octobre, une conférence et dégustation de café avec la Brûlerie de Melun (de 16h à 17h). Mercredi 31 octobre, pour Halloween, ne ratez pas l'Atelier sculpture de courge pour enfants à partir de 6 ans, animé par Cédric Joliveau, maraîcher dans le Loiret (de 14h à 16h). Citons encore cet Atelier de cuisine zéro déchet, mardi 6 novembre, de 14h à 16h. © Pourdebon   Dédiée à la découverte de produits du terroir, ce pop-up gourmet tombe à pic juste avant Noël ! Foie gras d'oie d’Alsace de la Ferme Schmitt, jambon de Porc Noir Gascon de Pierre Matayron, escargots d’Armeau, volaille de Bresse AOP de la Grange Renaud, ou encore chocolat Le Petit Atelier… De quoi faire des heureux ! Quoi ? Epicerie éphémère Pourdebon X Heureux les CurieuxQuand ? Du 24 octobre au 10 novembre 2018. Plus d'infos sur le site.Où ? 23 rue du Pont aux Choux, 3eC

Aux Galeries Lafayette, un nouveau pop up qui envoie du pâté
Actualités Aux Galeries Lafayette, un nouveau pop up qui envoie du pâté

Pas fâché.e avec le pâté ? Ça tombe bien, nous non plus, loin s'en faut. Jusqu'au mardi 27 novembre, on en connaît qui vont faire le pied de grue devant ce pop-up, sis au rez-de-chaussée des Galeries Lafayette Gourmet. Trois vitrines à vous flanquer une salivante, mettant à l'honneur les rabelaisiennes créations en croûte de la prestigieuse Maison Vérot, troisième génération de charcutiers depuis 1930. Médaille d'or du jambon blanc, champion de France 1997 du fromage de tête... Etc etc.A piocher dans la collec' Automne-Hiver 2018 : le monstrueux pâté en croûte de Chartres (perdreaux, foie gras de canard, girolles et cochon du Perche), dont la hauteur, hors norme, rappelle la cathédrale du même nom. Mais aussi : cette ravigotante blanquette de veau en croûte, sublimée par une pâte à la châtaigne. A emporter en portion individuelle (à partir de 6,70 €). De quoi pimper la pause déj, ou reprendre des forces entre deux sessions shopping éreintantes.  Quoi ? Crunchy Pop Up by Maison Vérot aux Galeries Lafayette GourmetOù ? Rez-de-chaussée, 35 boulevard Haussmann 75009 ParisQuand ? Du mercredi 31 octobre au mardi 27 novembre 2018. Horaires : du lundi au samedi, de 8h30 à 21h30. Le dimanche de 11h à 20h.Combien ? A partir de 6,70 € la portion individuelle.    © Maison Vérot    

Asie Rêvée
icon-location-pin Chaillot
Asie Rêvée

Pour qui ? Si tu veux prolonger un peu la Fashion Week.Voir quoi ? Les rêves d’Asie d’Yves Saint Laurent. Après une présentation réussie de sa collection à scandale de 1971, la Fondation Pierre Bergé propose une aventure à travers les visions d’Asie d’un des plus grands couturiers de l’histoire. Yves Saint Laurent, ou le voyage en couture : un seul ticket direction l’Inde, la Chine et le Japon. En préambule de l’exposition, vous découvrez sur les murs d’un des salons du musée des photos de défilés, de rares polaroïds en mode backstage et quelques-unes des couvertures de l’époque. Un coup d’œil à des archives précieuses qui référencent l’expédition à venir. Belle intro. Il n’y a pas à dire, la finesse d’exécution d’Yves Saint Laurent sied aux ambiances d’Asie. Ses broderies, ses lignes de perle, ses assemblages de texture, tout y impressionnant. Un merveilleux périple dans lequel les mannequins sont délicatement mis en place ; on se croirait au milieux d’un bal ou d’une cérémonie. Avec ça, les murs de croquis, les collections de bijoux, son emblématique Opium et ses fiches de manutention (trésor parmi les trésors). Tout ce qui fait la vie d’un studio, tout ce qui fait une collection.  Mais ce qui retient l’attention, c’est la manière dont l’exposition fait dialoguer les interprétations du couturier avec les vêtements et autres objets d’époque. Sous verre et comme autant de preuves : des vases, boiseries sculptées, morceaux d’estampes. On comprend alors les correspondances,

Fary dans Hexagone
icon-location-pin Strasbourg-Saint-Denis
Fary dans Hexagone

Pour qui ? Les fans de l’humour « statut Facebook »Voir quoi ? Les nouvelles fringues de Fary Une salle comble. Non pas une, non pas deux mais trois premières parties ; de quoi chauffer la terre entière. Rentre sur scène le tant attendu Fary alors que les enceintes crachent de la trap and bass US et que les gens applaudissent à en perdre leurs mains. Le prophète est là.  « Eric Zemmour » crie Fary, coupant court aux acclamations du public. Ça sent le combat d’actu et la bagarre de mots. Pas d’accrochage pourtant, ce n’est pas le projet d’Hexagone. Le titre est emprunté à une chanson clash de Renaud, critique de la France dont on ne verra ici pas la couleur. Les seules couleurs sont celles des peaux dont l’humoriste parle sans cesse. Dictature des schémas et ressorts comiques usés. Sans trop froisser il parle de la France qu’il aime et rythme le tout par ses histoires de vie. Résultat, trop d’intime sérieux et larmoyant. Cette mise en valeur du moi dans la carrière de Fary est troublante. On sait pour lui l’importance des identités et de leurs constructions (il parle de ses tatouages, ses vêtements, sa coiffure, etc.), mais il délaisse souvent les enjeux et l’intérêt des raisonnements universels. Sa force comique est de toujours trouver le moyen de parler de soi.    Le site du spectacle précise alors, comme pour le défendre : « Il n’a de réponse à aucune de ces questions, mais il se les pose. » Pourtant Fary construit des vérités et parle de l’absence des penseurs auxquels

icon-chevron-right
icon-chevron-right

Le meilleur de Paris

Les 100 meilleurs restaurants à Paris
Restaurants Les 100 meilleurs restaurants à Paris

Les 100 meilleurs bars à Paris
Bars Les 100 meilleurs bars à Paris

101 choses à faire à Paris
Que faire 101 choses à faire à Paris

Guide des clubs
Clubbing Guide des clubs

Les 100 meilleurs hôtels de Paris
Hôtels Les 100 meilleurs hôtels de Paris

Petit guide des friperies
Shopping Petit guide des friperies

Guide du street art
Art Guide du street art

Les meilleurs bars pas chers
Bars Les meilleurs bars pas chers

Le meilleur du brunch à Paris
Restaurants Le meilleur du brunch à Paris

Les musées incontournables
Art Les musées incontournables

icon-chevron-right
icon-chevron-right