Les 40 meilleurs marchés de Noël de Paris
Les 40 meilleurs marchés de Noël de Paris icon-chevron-right
Les meilleurs restaurants d'Afrique de l'Ouest à Paris
Les meilleurs restaurants d'Afrique de l'Ouest à Paris icon-chevron-right
9 patinoires pour se la jouer Candeloro à Paris
9 patinoires pour se la jouer Candeloro à Paris icon-chevron-right

Dernières critiques

Les Vinaigriers
icon-location-pin Canal Saint-Martin
Les Vinaigriers

Marre de ces restos bistronomaniaques aux gimmicks faciles (coucou l'avocado toast) ? Voilà un spot qui gagne à être connu. Avec sa façade rustique en colombages et torchis, ses poutres blanches et son lustre cristal comme chez mamie, ça vous change des sempiternelles ampoules suspendues. Viva ! La table a ouvert il y a 6 ans, changé de chef l’année dernière, et propose depuis une cuisine originale, appliquée et de saison, tout ça à des tarifs très réglo. Le soir, on échappe à l’hiver grâce à cet œuf parfait alliant magret, profonde mousse de scamorza, ce fromage italien ultra-goûtu, et piment fumé qui croque (9 €). Bingo aussi pour l'automnale foccacia de châtaigne (7 €). La suite ? Un beau maigre, poisson blanc à la texture proche d'un bar, courge rôtie, sauce jap' punzu (21 €). Et surtout ce canard (le produit roi de l'adresse), traité en deux façons : délicat magret et tourte robuste, assortis tous deux d'une mousse de foie gras, et de carottes toupies (20 €). Mais la plus belle surprise vient peut-être du vin, tendance bio, comme ce fantastique Chenin blanc (6 € le verre). Apothéose au dessert : une tarte chocolat et fève tonka cernée par le caramel et les copeaux coco, aussi fine que vicieuse (8 €). Avec ça, un service souriant, et qui cerise sur le gâteau, ne se presse pas pour vous chasser. Ça tombe bien, la salle est cosy, et comme disait Edith P

Le 1905
icon-location-pin Le Marais
Le 1905

Ça swingue au premier étage ! On connaissait déjà Les Vins des Pyrénées, un vieux bistrot qui servait de repères aux canailles illustres : Charles Baudelaire, Jeanne Duval, Paul Cézanne, Jim Morrison… Sis pile en face de Homies et leur bar à vins Magnum. Mais depuis plusieurs mois c’est à l’étage qu’on vient s’enivrer avec un nouveau bar caché : le 1905. 1905, c’est bien l’année où le temps semble ici s’être arrêté. Moelleux canapés en cuir, petits fauteuils en velours, buffets en bois et abat-jours en tous genres. Une déco feutrée et chicos pour ce bar aux allures d’appartement de dandy. Dans le salon, accoudé au bar, on commande un Homme pressé revigorant (Gin, Campari, thym, Limoncello, tonic) aux serveurs en bretelles ou costume trois pièces. On se dandine sur des airs de swing un exquis Casque d’or à la main (Champagne, liqueur de litchi, framboise, rose). On passe au petit salon pour fumer une cigarette, lové sur une méridienne, en sirotant un mystérieux Médicis (Gin, Velvet, thé matcha, budo sanso, citron, ginger beer). Pour la fin de soirée, on contemple le ciel étoilé avec un délicat Vol de Nuit (rhum, cassis, coriandre, citron, vanille) sur la terrasse chauffée, oasis de verdure au milieu des toits parisiens. Le 1905, une bulle décadente et enivrante hors du tem

Chicago
icon-location-pin Chaussée-d'Antin
Chicago

Chicago, les années 20. Roxie Hart et Velma Kelly ont quelques ennuis avec la justice (c’est ça de tuer des gens). Sur leur route Billy Flynn, un avocat qui en plus de les défendre ,leur ouvrira grand les portes de la gloire. Success story made in Broadway, Chicago débarque à Paris pour un marathon qui nous emmène jusqu’en juin 2019. La belle affaire. C’est que cette histoire-là commence à bien faire. Créé en 1975, Chicago n’a cessé de subir de nouvelles adaptations depuis 1996, sans vraiment réinventer le genre. Plus cabaret que comédie musicale, on a encore du mal à croire que ce show se soit retrouvé dans le magnifique Théâtre Mogador. Car c'est le genre de spectacle qu’on devrait regarder/écouter du coin de l'œil, en buvant et en mangeant au Moulin-Rouge.   Ici pas de décor, à peine quelques accessoires, des chanteurs-comédiens-danseurs qui n’ont pas peur du statisme. Et que dire de ce mur de musiciens qui rétrécit le devant de scène (donc les danses et les groupes) à leur minimum ? Les chorégraphies du génial Bob Fosse (ou ce qu’il en reste) ont elles gravement souffert du passage du temps. Ça fait un moment que le charleston attend son retour de hype, et ce n’est pas pour demain la veille. On est loin des âges d’or aux grands décors, grandes foules et grands costumes. Chicago reste un sexy pas malin avec des décolletés aussi ouverts que les voix. Sans la moindre touche burlesque. Par

Sain boulangerie
icon-location-pin Canal Saint-Martin
Sain boulangerie

Boulanger ? Cuisinier ? Les deux ! Canal Saint-Martin, le chef Anthony Courteille, mitron de formation, vient de transformer son restaurant Matière à… en une boulange appelée Sain. Un nom en forme de manifeste, dans l’air du temps, qui sonne farines anciennes et bonnes graines. Ici, on vous promet un pain qui fait du bien ! Alors, promesse tenue ? Dans la boulange, fournil ouvert, mais qui laisse pas beaucoup d’espace à la clientèle (au moins, on est sûr que tout est fait sur place. Du coup, on s’attarde pas et on file se poser le long du canal voisin boulotter notre butin. Les viennoiseries, d'abord : toutes au levain (rare !) avec un croissant (1,30 €) et un roulé à la noisette (1,80 €). C’est bien cuit et beurré, plutôt agréable, même si les feuilletages sont un peu tassés. Le pain paraît plus intéressant, et les recettes sont carrément originales : ok, là on voit que le boulanger est aussi un chef ! Pain persil noisette panais, pain curcuma bergamote courge butternut… Sympa, mais on se demande bien avec quoi on va pouvoir marier tout ça ! On se laisse tenter par un pain miso cacahuète sésame (4,50 €) qui fait le job : bon et original. On essaie aussi le Saint-Martin (9,50 € entier aux graines). Croûte bien craquante et riche en graines, mais mie bien dense quand même. Calé pour la journée ! Une alternative

Billili
icon-location-pin SoPi (South Pigalle)
Billili

Thomas Brachet et Tristan Renoux, sympathiques tauliers des Arlots, sont devenus papas, au sens propre comme au figuré. Billili ? La contraction des prénoms de leurs filles. Dans ce qui fût jadis un resto jap' sans âme, ils ont dégainé leurs quilles et retroussé leurs manches. Pierre apparente, parquet, grandes baies vitrées pour mater la rue : tout simple, tout bon. Pour reprendre un verre, ça se passe au comptoir central, ou assis à l'une des tables en bois. Ici, pas de résa : premier arrivé, premier servi. Et autant dire que c'est le temple de la bonne jaja, à siffler sur place ou à emporter (droit de bouchon de 8 € par bouteille).  L'ardoise ? Canaille en diable ! Si vous ne deviez choisir qu'une seule chose, ah non impossible, allez deux : la terrine Billili (8 €), fondante et puissante, et la mousse au chocolat (7 €), dense, texturée... Sublime, forcément sublime. Tristan, homme-bouteille prodigue, débouche à tout va ce soir-là, et nous en confie une belle : il fait du vin de garage en proche-banlieue ! Le zigue ramène ses raisins du Ventoux et vinifie 300 bouteilles seulement par an, une cuvée de copains. « Je te ferai goûter quand j'en aurai » (j'y compte bien !).Il a surtout le chic pour dénicher des pépites pas bues partout : coup de foudre OH MON DIEU pour ce blanc incroyable qu'il nous tend

Les Chouettes
icon-location-pin Le Marais
Les Chouettes

Face au Carreau du Temple, ce décor spectaculaire vaut à lui seul le détour : une ancienne usine style Eiffel reconvertie en resto cosy, avec 20 mètres de haut sous verrière. Boiseries, fauteuils velours et cuir... D'étage en étage on prend ses aises, on se sent bien bien bien ! A ne pas rater ? La bibliothèque du deuxième étage, où bouquiner devant la cheminée ! Au piano, Benjamin Mathieu, Marseillais élevé à bonne école (Alain Ducasse à Monaco, Eric Frechon au Bristol) joue une partition sans fausses notes. Des classiques de brasserie simples mais bien maîtrisés : œuf parfait velouté de potiron, avec mouillette au lard confit (10 €); côte de cochon ibérique flanqué d'une ravigoante purée de panais, radis glacé, jus corsé réveillé au kumquat (28 €)... Un bon plan également le dimanche à l'heure du brunch (34 €) !

Ducasse sur Seine
icon-location-pin Chaillot
Ducasse sur Seine

Faites-le sortir par la porte, il revient par la fenêtre ! Fini la Tour Eiffel et le Jules Verne ? Qu’à cela ne tienne, il en faut plus pour décourager Alain Ducasse. Entrepreneur boulimique, le voilà déjà de retour aux pieds de la Dame de fer avec le Ducasse sur Seine. Un bateau mouche qui ne craint pas la concurrence : repas gastronomiques mitonnés par une brigade de 36 toques, bateau 100% électrique, intérieur haute couture tout en transparence signé Maurizio Galante et Tal Lancman… Et le plus beau décor du monde : la Ville lumière. A la barre ce soir : Ulysse — ça ne s’invente pas. L’odyssée culinaire commence.  Au fil de l’eau et des monuments, les plats s’égrènent comme des arrêts. Hôtel des Invalides : daurade royale en gravlax et betterave, tout en douceur. Musée d’Orsay : homard bleu sublimé par une vinaigrette coraillée. Notre-Dame : turbot, marinière de coquillages et purée de haricots blancs, tout en finesse. Île Saint-Louis : petit pâté chaud de pintade et fois gras et son jus d’abats, terriblement gourmand. Palais du Louvre : coup de fouet acide/amer avec une coupe d’agrumes et son granité au Campari. Grand Palais : le dessert fétiche, le Paris tout chocolat, intense. Côté vin : le sommelier récite un véritable concerto. De quoi aller à l’abordage d’une ou plusieurs étoiles.

Pane Olio e Pomodoro
icon-location-pin Folie-Méricourt
Pane Olio e Pomodoro

Pour qui ? Les amoureux de la cuisine italienne della mamma, celle qui est copieuse et qui a du goût. Plat culte ? Les gnocchis à la crème de truffe (18 €) Pane Olio e Pomodoro ? Du "pain, de l’huile, et de la tomate" ! C'est la recette de la bruschetta de base. Dans ce petit resto italien du 11e arrondissement, décoré façon épicerie avec ses bouteilles de vins au mur, on vous sert des produits de la Sardaigne natale de Stefano, le taulier, également aux manettes de Terre Rosse, un peu plus loin sur l'avenue Parmentier. Le credo : de bons produits et des assiettes ultra copieuses. En ce mois de décembre, on fête la truffe ! Produit de saison par excellence. On craque donc en entrée pour la bruschetta Taleggio, Prosciutto, Porcini e Tartuffo (15 €), généreuse et odorante, alliant truffe, champi, jambon fumé et fromage de la Botte. Pour continuer sur notre lancée toute-truffe, on enchaîne avec des linguine à la truffe fraîche (24 €) servies à même la casserole : crémeuses, onctueuses, et encore une fois copieuses, trèèès copieuses ! Fâchés avec la Tuber melanosporum ? Rabattez-vous sur les linguine aux gambas (19 €), sauce tomate, ail et persil, qui ne nous ont pas déçues non plus. Normalement, vous ne devriez plus avoir faim pour les desserts, et c’est tant mieux car ils sont plutôt oubliables.

L’arche perdue - Victory Escape Game
icon-location-pin Le Marais
L’arche perdue - Victory Escape Game

Perdus quelque part dans une jungle d’Amérique du Sud, vous voilà avec votre lasso à la recherche de l’arche perdue d’Apocalyptico. Et ça vaut quand même la peine de sortir la machette et de faire chauffer sa lampe torche, puisque si vous trouvez la statuette dorée c’est vie éternelle assurée. Le genre de garantie qui justifie bien un détour par l’Amazonie. Ici vous êtes en terre inconnue, dans une ambiance parfaitement exotique. Pas si inconnue parce qu’il suffit d’avoir vu le fameux film d’Indiana Jones (Les Aventuriers de l’arche perdue, 1981) pour avoir quelques repères et dérouler l’aventure comme un chasseur de trésor expert. Oui les connaissances cinés ça sauve dans la forêt. On se croirait pour de vrai dans la jungle, avec la sensation d’être les premiers à rouvrir les tombeaux. Et c’est rare d’avoir cette si forte impression de voyage dans un escape. Du coup rien que pour ça, ça serait bête de ne pas y faire un tour.  Le reste se sont des mécaniques magnifiquement intégrées aux environnements et aux décors, des jeux de piste et de puzzle plus que des énigmes de l’enfer. On finit toujours par mettre la main et les idées sur des objets qui ont tout à faire là. Stop les cadenas, les codes et autres accessoires sortis de nulle part. Et puis pas de serpent ou de mauvais tour de momie : vous pouvez vous y rendr

Le Carrousel
icon-location-pin Saint-Georges
Le Carrousel

Dans cet ancien cabaret construit en 1926 pour Joséphine Baker, où ont défilé Jean Cocteau, Edith Piaf, Charles Trénet ou encore Dalida, on vient chercher la quiétude dans le brouhaha qui entoure le Moulin Rouge. A la vaste salle principale (tables hautes, déco indus' et murs grattés), on préfère l’intimité de la terrasse fermée, plus tamisée, idéale pour une conversation chaleureuse entre amis perdus de vue depuis un bail. La parade infaillible pour délier les langues ? Les cocktails maison servis au comptoir et sans chichis, comme le traditionnel Moscow Mule, présenté dans une Mason Jar (10 €). On craque surtout pour la création au cidre, censée nous embarquer sur la plage – c’est là, nous assure-t-on, qu'aurait été conçu le "Kri Letche". Un joli ménage à trois composé de cidre bio Fils de Pomme, citron vert et Schweppes premium au ginger beer. Léger comme une brise bretonne ! Pour faire redescendre la pression, on peut aussi opter pour l’une des six bières à la carte – Tripel Karmeliet, Punk IPA, St Stefanus… (6-7,50 € la pinte). Entre deux gorgeons, on tapasse un trio de rillettes fondantes à tomber (13 €), et un toast moelleux comme tout au saumon fumé (11 €). Le gros intérêt de l'endroit, outre sa capacité d'accueil (200 personnes) ? Les tireuses à bières automatiques en l

icon-chevron-right
icon-chevron-right

Les dernières actus

Bonne nouvelle : le Time Out Market devrait débarquer à Londres

Actualités

Bonne nouvelle : le Time Out Market devrait débarquer à Londres
Après Klimt, Van Gogh débarque à l’Atelier des Lumières

Actualités

Après Klimt, Van Gogh débarque à l’Atelier des Lumières
Une délirante expo mettra à l'honneur le trésor de Toutânkhamon en 2019

Actualités

Une délirante expo mettra à l'honneur le trésor de Toutânkhamon en 2019
Que mangent les chefs pour Noël ? Cinq cuisiniers étrangers nous racontent leur repas traditionnel

Actualités

Que mangent les chefs pour Noël ? Cinq cuisiniers étrangers nous racontent leur repas traditionnel
Une rame de la ligne 13 a été remplie de paille ce week-end !

Actualités

Une rame de la ligne 13 a été remplie de paille ce week-end !
Ce dimanche, festin géorgien et vins nature au Ground Control !

Actualités

Ce dimanche, festin géorgien et vins nature au Ground Control !
En 2019, Star Wars débarque en ciné-concert à la Philharmonie !

Actualités

En 2019, Star Wars débarque en ciné-concert à la Philharmonie !
Ce week-end, 10 000 jouets à partir de 1 € pour le Noël d’Emmaüs Défi

Actualités

Ce week-end, 10 000 jouets à partir de 1 € pour le Noël d’Emmaüs Défi
Ce week-end à Pantin, énorme braderie de fringues de luxe pour la bonne cause !

Actualités

Ce week-end à Pantin, énorme braderie de fringues de luxe pour la bonne cause !
A l'approche de Noël, grande chasse aux VRAIES pièces d'or dans Paris !

Actualités

A l'approche de Noël, grande chasse aux VRAIES pièces d'or dans Paris !
icon-chevron-right
icon-chevron-right

A ne pas rater cette semaine

Avec Regards d’artistes, le Mémorial de la Shoah la joue art contemporain
Art Avec Regards d’artistes, le Mémorial de la Shoah la joue art contemporain

En partenariat avec le Mémorial de la Shoah. Après l’expo "Shoah et bande dessinée", le Mémorial de la Shoah se penche sur le regard de la création artistique depuis les années 1980. Avec l’exposition "Regards d’artistes. Œuvres contemporaines", le musée interroge la mémoire et son rôle sur la progressive disparition de l’individu. Plus le temps de buller, voici venu le temps de se faire une expo ! Après une expo plus que réussie autour du 9e art, voilà que le Mémorial de la Shoah propose, du 12 décembre au 10 février prochain, une bonne dose d’art contemporain. Pour l’occasion, le Musée fait les choses en grand puisque pour la première fois depuis sa réouverture en 2005, une expo investit la totalité du spot. Articulée autour de cinq œuvres et installations, "Regards d’artistes. Œuvres contemporaines" va au-delà de la simple transmission mémorielle, pour évoquer la disparition de l’être humain. On touche à l’intime le plus profond en mobilisant chaque sens comme un outil de compréhension. On pense notamment à Nuremberg 87, cette œuvre où la voix de l’actrice Angela Winkler déclame les noms de victimes de la Shoah, le tout sur des images du stade de Nuremberg. Quand chaque lettre prononcée se fait devoir de mémoire.  Egalement déroutant, le série filmo-photographique Réservoir 1 (série Effroi) de Natacha Nisic. On y découvre des clichés et des séquences filmées à l’intérieur du camp d’Auschwitz-Birkenau, le tout accompagné de sonores pris à l’intérieur du lieu. Cela donne

Nos meilleurs plans pour vivre la magie de Noël à Disneyland Paris
Que faire Nos meilleurs plans pour vivre la magie de Noël à Disneyland Paris

Plutôt que se fader Le Retour de Mary Poppins, si on allait à Disneyland cette année ? La saison de Noël (du 10 novembre au 6 janvier) est la plus belle du parc. Avec ses illuminations, ses installations d’hiver et son lot de festivités. Et ce mois de décembre est tout particulier, on y fête les 90 ans de la célèbre souris, ça serait bête de ne pas en être ! Difficile de faire le choix parmi la cinquantaine d’attractions ? Voici un parcours, quelques conseils pratiques, des plus et des moins, histoire de vous simplifier le schmilblick. Notre configuration : deux adultes, deux parcs, un jour. En amoureux ça marche aussi, pour profiter des attractions inaccessibles aux moins de 1m02. Alors "Joyeux Noël à la patate nouvelle !" dans la première attraction touristique d’Europe.   Les indispensables Rapetou : * FastPass : si vous n'allez pas à Disneyland en période creuse, c’est FastPass obligé. Ce précieux sésame vous donne un accès rapide à certaines attractions (10 min d’attente contre minimum 45 min sans !) Notre choix : l’Ultimate FastPass pour 9 attractions réparties sur les deux parcs. En haute saison le ticket d’or est à 90 €, mais c’est la seule façon de rendre agréable et fluide votre journée. Sinon prévoyez deux jours. * Application Disneyland Paris : une appli gratuite qui intègre une carte bien pratique des deux parcs. Avec ça des infos essentielles : les horaires (des attractions, restos, boutiques et spectacles), les temps d’attente et les rénovations indésirable

L’arche perdue - Victory Escape Game
icon-location-pin Le Marais
L’arche perdue - Victory Escape Game

Style : Indiana Jones, première missionNombre de joueurs : de 3 à 6 (optimal 3)Difficulté : FacileTaux de réussite : 60%English version : Yes !Durée : 60 minutes Perdus quelque part dans une jungle d’Amérique du Sud, vous voilà avec votre lasso à la recherche de l’arche perdue d’Apocalyptico. Et ça vaut quand même la peine de sortir la machette et de faire chauffer sa lampe torche, puisque si vous trouvez la statuette dorée c’est vie éternelle assurée. Le genre de garantie qui justifie bien un détour par l’Amazonie. Ici vous êtes en terre inconnue, dans une ambiance parfaitement exotique. Pas si inconnue parce qu’il suffit d’avoir vu le fameux film d’Indiana Jones (Les Aventuriers de l’arche perdue, 1981) pour avoir quelques repères et dérouler l’aventure comme un chasseur de trésor expert. Oui les connaissances cinés ça sauve dans la forêt. On se croirait pour de vrai dans la jungle, avec la sensation d’être les premiers à rouvrir les tombeaux. Et c’est rare d’avoir cette si forte impression de voyage dans un escape. Du coup rien que pour ça, ça serait bête de ne pas y faire un tour.  Le reste se sont des mécaniques magnifiquement intégrées aux environnements et aux décors, des jeux de piste et de puzzle plus que des énigmes de l’enfer. On finit toujours par mettre la main et les idées sur des objets qui ont tout à faire là. Stop les cadenas, les codes et autres accessoires sortis de nulle part. Et puis pas de serpent ou de mauvais tour de momie : vous pouvez vous y rendr

Une énorme expo Star Wars débarque cet hiver à Paris !
Actualités Une énorme expo Star Wars débarque cet hiver à Paris !

En ce Noël sans épisode Star Wars, la saga appartiendra plus que jamais aux fans ! Du 14 décembre au 10 mars prochain, une immense exposition sur l’univers George Lucas se déroulera du côté de l’espace Expo Lafayette-Drouot. Et cette fois-ci, pas de bisbilles entre le créateur originel et Disney, l’expo mettra en lumière la plus grande collection privée d’Europe, appartenant à un Espagnol de 40 ans, Daniel Prada. Cela donne une exposition gigantesque où près de 600 œuvres seront exposées, entre maquettes, sculptures et autres œuvres spécialement confectionnées par des artistes du monde entier. Parmi les choses à ne pas rater, il faudra surtout aller se balader dans l’unique reproduction au monde de la salle du trône de l’empereur ! De quoi basculer du côté obscur de la force artistique. Autres pièces à ne pas manquer, en taille réelle : un Jabba Le Hutt (5 mètres de long !), un Han Solo congelé dans la carbonite ou un droïde de reconnaissance unique au monde. Bref, vous l'avez compris, tout, il y aura tout dans dans cette expo pour tenter d'oublier le dernier épisode Solo en date... Quoi ? Exposition Les Fans contre-attaquentQuand ? Du 14 décembre 2018 au 10 mars 2019Où ? Centre Expo, Lafayette Drouot, 44 rue du Faubourg Montmartre, 9eCombien ? De 11, 50 à 18 €

La plus grande patinoire intérieure éphémère du monde est de retour au Grand Palais
Actualités La plus grande patinoire intérieure éphémère du monde est de retour au Grand Palais

Dès qu’il s’agit de grandiose, le Grand Palais n’est jamais très loin. Du 16 décembre au 9 janvier prochain, vous pourrez de nouveau patiner sous la Nef du Grand Palais à l’occasion de la 4e édition du Grand Palais des Glaces. Et quand on parle de grandiose, on ne rigole pas dans la mesure où cette patinoire, avec ses 3 000 m2 de glace, est la "plus grande patinoire intérieure éphémère du monde". Rien que ça.                          Ouverte tous les jours entre 10h et 2h du matin, cette patinoire démesurée devrait encore une fois accueillir des centaines de milliers de visiteurs. Rois de la glisse d'une journée, vous pourrez notamment admirer l’immense ours polaire imaginé par le sculpteur Richard Orlinski, qui sera installé en plein milieu de la piste. "Petit" détail :  il mesurera 7 mètres de haut. Davantage grizzly que Petit ours brun. Pour ce qui est des animations, la Grand Palais des glaces régalera les fêtards venus profiter des Dj sets nocturnes et les gosses profitant de l’espace spécialement imaginé pour eux. Par contre, côté casse-dalle, on restera clairement sur notre faim puisque les fourneaux seront tenus par le Café Jules. Oubliez les hot-dogs et tentez plutôt les crêpes et les gaufres, vous aurez sans doute plus de chance d’y trouver du plaisir. Dernière précision : alors que l’on sait que le Grand Palais fermera pendant plusieurs années à partir de 2020, on se dit que cette édition du Grand Palais des Glaces risque d’être la dernière avant une paire d’anné

Michael Jackson : On the Wall
icon-location-pin Champs-Elysées
Michael Jackson : On the Wall

Arrêtez-tout : dix ans après sa mort, voilà que Michael Jackson est célébré en moonwalk dans une immense rétrospective au Grand Palais ! On the wall (vous avez saisi la référence) rendra ainsi hommage au Roi de la pop avec un nombre monstrueux de documents, vidéos, photos et – bien entendu –  musique. Mieux encore, la star planétaire sera célébré par tout un tas d’artistes (David LaChapelle, Candice Breitz, Andy Warhol…) Bref, le kif. Et comme dirait Michael : « Hiihiihii ! »

Sugar Sammy
icon-location-pin République
Sugar Sammy

Pour qui ? Ceux qui n’ont pas peur de se mettre aux premiers rangs.Voir quoi ? Le roi de l’impro. Outre-Atlantique, Sugar Sammy est une célébrité. Mais parce que ses frontières étaient devenues trop étroites pour sa belle gouaille, Samir Khullar a décidé de venir poser ses valises en France. Résultat : sucess story à L’Alhambra et jury pour La France à un incroyable talent. Alors plus une soirée à perdre pour prendre part à l’ascension. Sur scène, c’est ambiance de stand up à l’américaine. Lumières de la ville en toile de fond et style bien moderne. Pourtant sous ses airs de play-boy urbain, Sugar Sammy est un humoriste d’investigation. Avant de proposer son spectacle, il a vécu des mois en France pour comprendre et pouvoir toucher où ça fait mal. Il parle évidement de sa rencontre avec les français (surtout les parisiens) ; il traite sans demi-mesure des écarts de vie et de langue. Son arme de prédilection ? Un art de l’impro bien aiguisé pour une interaction avec le public intense.  Si d’habitude on prend les coups sans répondre, ici on parle, on fait partie intégrante du processus. Lui ne fait pas qu’utiliser nos mots, il nous fait construire ensemble. Alors on répond à ses questions, on interagit avec les autres, on tente de faire rire. Sugar se laisse lui-même prendre au jeu, aux pièges qu’il tend ici et là. Sa spontanéité est parfaite. Si ça paraît facile, Sugar est en fait un vrai technicien, et ses outils n’enlèvent rien à l’envergure d’un spectacle qui se fait san

Joueurs, Mao II, Les Noms
icon-location-pin 17e arrondissement
Joueurs, Mao II, Les Noms

Pour qui ? Les marathoniensVoir quoi ? Don DeLillo sous ecstasy Après Roberto Bolaño et Michel Houellebecq, Julien Gosselin s’attaque à l’écrivain américain Don DeLillo. Joueurs, Mao II, Les Noms : trois romans adaptés en trois pièces, visibles séparément (les mardis, mercredis et jeudis soirs), ou en version intégrale de neuf (!) heures, le samedi, aux Ateliers Berthier (la deuxième salle de L’Odéon, dans le 17e). Dans ce spectacle entièrement filmé et retransmis en direct sur écran géant, Gosselin ne recule devant aucun cliché du théâtre contemporain : format avignonesque, acteurs à poil qui se roulent par terre en hurlant dans une langue imaginaire, musique assourdissante, etc. Seulement, cette fausse trilogie nous rappelle qu’au service d’un réel propos, les gestes théâtraux les plus outranciers peuvent être pertinents. Là où la provocation relève souvent de la pose, celle de Gosselin bouleverse par sa sincérité. Son admiration pour les textes de DeLillo transpire dans ce spectacle, qui leur offre une caisse de résonance inédite. Dans la bouche des acteurs, en surimpression sur les écrans ou écrasés par la musique, les mots débordent et nous transportent. « Notre offrande est le langage » sont d’ailleurs les derniers prononcés sur scène. Mais le spectacle se poursuit après l’ultime phrase, dans une transe hypnotique. Ce double final illustre bien le refus du metteur en scène de choisir entre texte et performance. Et c’est ce qui rend son théâtre si intense. Les mots n

Mission Eclipse - Virtual Adventure
icon-location-pin Sentier
Mission Eclipse - Virtual Adventure

Style : Mini Dead SpaceNombre de joueur : de 2 à 4 (optimal 4)Difficulté : FacileTaux de réussite : 50%English version : Yes!Durée : 35 minutes L’équipe d’un vaisseau a disparu. Quelques années de sommeil cryogénisé plus tard, vous voilà sur place pour enquêter. Et autant vous dire que si vous voulez rentrer sur Terre sain et sauf, il va falloir donner du vôtre. Surtout que quelques hostilités se cachent dans le noir.  Pas d’inquiétude, si ça sonne comme un mix dangereux entre Alien et Dead Space : Mission Eclipse n’est pas un jeu d’horreur. Eh oui, le label grand public oblige à quelques concessions. Pas de sursaut, pas d’arme, juste ce qu’il faut de stress pour avoir envie de courir un peu.   Parce que oui, courir c’est possible. Fini la VR casque et manettes, ici on ajoute backpack et détecteurs aux chevilles. Du coup la totalité de votre corps est modélisé dans le jeu, ce qui rend la session plus jouissive que jamais. Une immersion complétée par un scénario qui sépare votre équipe en deux groupes. D’un côté celui qui explore le vaisseau "abandonné", de l’autre celui qui prépare non sans problème le voyage retour. Cette phase asymétrique est réaliste et bien prenante, et surtout merveilleusement orchestrée. Niveau difficulté c’est toujours un peu la même chose avec la VR. Il faut le temps de s’habituer aux mécaniques et physiques virtuelles, mais pour les non-débutants, la route se trace sans une embûche. Ce qui n’enlève rien à l’épique. Car une chose est sûr : le fut

Grayson Perry : vanité, identité, sexualité
icon-location-pin 6e arrondissement
Grayson Perry : vanité, identité, sexualité

Inconnu au bataillon en France, Grayson Perry est une star en Grande-Bretagne : des émissions de TV sur Channel 4, lauréat du prix Turner en 2003... Artiste trans passé maître dans l'art de détourner la céramique et la tapisserie, ce critique acerbe de la société britannique est connu pour ses apparitions dans les expositions en tant que "Claire", son alter-ego travesti, habillé de robes kitchissimes. Alléluia ! La Monnaie de Paris tape fort en offrant au quinqua trublion sa première rétrospective française. Intitulée "Vanité, identité, sexualité", elle reflète un parcours de fantaisies brillantes. Grayson commence à s’habiller en femme dès l’âge de douze ans et configure très vite ses besoins de spectacle. Quête de soi, espoirs et croyances que l’on porte dans les sexualités, mais aussi argent, couleurs, fétichismes : tels sont les thèmes récurrents d'une œuvre foisonnante.  Son travail est toujours parfaitement rattaché à ses histoires de vie et à ses interrogations-convictions. Ses créations aux multiples formes et textures sont un grand foutoir charmant qui prouve l’intensité de sa réflexion. Et la Monnaie de Paris un château d’ancien temps qui montre par ses murs les folies de son prince. Il n’y a qu’à voir les géantes tapisseries générées par ordinateur, les costumes de bal, les céramiques détournées. Ça et sa moto. Mais le fil rose de l’exposition reste toujours sa lutte pour les consciences. D’

icon-chevron-right
icon-chevron-right

Le meilleur de Paris

Les 100 meilleurs restaurants à Paris
Restaurants Les 100 meilleurs restaurants à Paris

Les 100 meilleurs bars à Paris
Bars Les 100 meilleurs bars à Paris

101 choses à faire à Paris
Que faire 101 choses à faire à Paris

Guide des clubs
Clubbing Guide des clubs

Les 100 meilleurs hôtels de Paris
Hôtels Les 100 meilleurs hôtels de Paris

Petit guide des friperies
Shopping Petit guide des friperies

Guide du street art
Art Guide du street art

Les meilleurs bars pas chers
Bars Les meilleurs bars pas chers

Le meilleur du brunch à Paris
Restaurants Le meilleur du brunch à Paris

Les musées incontournables
Art Les musées incontournables

icon-chevron-right
icon-chevron-right