Eden

Cinéma, Drame
Recommandé
4 sur 5 étoiles
Eden

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Nouveau coup de casque du duo robotique Daft Punk. Un an et demi après avoir joué le parfait remake médiatique de 'Rencontres du Troisième Type' sur l'ensemble des plateaux télévisés français et américains, les rois versaillais de l'électronique créent à nouveau l’enthousiasme chez les amateurs de musique, de cinéma et de page people depuis l'annonce de leur présence sans masque aux côtés d'Air ou de Laurent Garnier dans le film 'Eden'. Présence qui, si elle est anecdotique sur le plan de la performance, vient avant tout offrir la bénédiction des pontes de la French Touch au film autobiographique co-écrit par Sven Løve, un ancien dj spécialisé en garage UK, et sa sœur la réalisatrice Mia Hansen-Løve. Homem-Christo offrant l'amen christique à une réalisation musicale technoïde, encore fallait-il y penser.

Malgré cette débauche de noms doux à l'oreille (auxquels on ajoutera ceux de Greta Gerwig, Golshifteh Farahani et des deux Vincent à la mode, Lacoste et Macaigne) dont l'accumulation finirait presque par rendre suspicieux, le quatrième long-métrage de la cinéaste française ne cède jamais à la tentation du biopic glamourisé. Sobre, élégant et musical jusque dans son approche esthétique, sans pour autant atteindre le génie graphique d''Only Lovers Left Alive', 'Eden' est une douce romance qui suit le personnage de Paul (Félix de Givry) des raves parisiennes du Fort de Champigny aux soirées du Queen. L'histoire évoque ainsi les états d'âme d'un amateur instable, à la manière d'un High Fidelity placé dans le bouillonnant et éphémère milieu de la techno parisienne, sans fioriture, mais pas nécessairement sans saveur.

Plus inspiré, de l'aveu d'Hansen-Løve, par 'Après Mai' (de son mentor Assayas) que par le pourtant très réussi '24 Hour Party People', 'Eden' se perd tantôt dans un bel et vibrant hommage aux morceaux qui ont bercé la fratrie réalisante pendant sa jeunesse, tantôt dans une contemplation ébahie où manque la virulence d'un Steve Coogan, d'un John Cusack ou d'un David Hemmings dans le 'Blow-Up' d'Antonioni (dont l'ambition est certes éloignée mais dont l'incroyable portée laisse aujourd'hui encore songeur). 'Eden', lui, joue dans un registre plus poétique, plus authentique, forcément plus hermétique. Une expérience musicale deux crans au-dessus de 'Tron' et 'Electroma', deux autres films du genre où apparaissaient également, mais avec moins de réussite, les Daft Punk. Non, l'esprit profond n'avance pas toujours masqué.

Publié :

Infos

Détails de la sortie

Crédits

Réalisateur
Mia Hansen-Løve
Acteurs
Greta Gerwig
Golshifteh Farahani
Félix de Givry