Le Mur - Collection Antoine de Galbert

  • Art
  • Dessin
Notre sélection
1/8
© Marc Domage
2/8
© Marc Domage
3/8
© Marc Domage
4/8
© Marc Domage
5/8
© Marc Domage
6/8
© Marc Domage
7/8
© Marc Domage
8/8
© Marc Domage

Comme il y a quelques mois avec 'Théâtre du monde', la Maison Rouge s'applique une fois encore à bousculer nos habitudes en proposant une exposition loin des habituels parcours balisés. Cette fois, pour fêter les dix ans du lieu, c'est la collection de son fondateur, Antoine de Galbert, qui est l'objet de toutes les attentions - plus exactement une partie de sa collection, environ un millier de peintures, dessins, photographies ou petites sculptures, bref, tout ce qui peut se mettre au mur. Quant à l'accrochage en lui-même, il a été réalisé par un logiciel qui a choisi, aléatoirement, où se plaçait telle ou telle œuvre, selon sa taille et son numéro d'inventaire.

Le résultat de ce procédé basé sur le hasard ressemble à une frise immense et interminable, un « mur » d'art de trois mètres de haut, qui voit se côtoyer des pièces du monde entier et de tous les styles, Antoine de Galbert ayant bâti sa collection avec une curiosité et un iconoclasme évidents. Anders Petersen, Henry Darger, Jochen Gerner, Eadweard Muybridge, Gilbert & George, Jan Fabre, Hans Bellmer et plusieurs centaines d'autres artistes se frottent, se répondent, s'affrontent au fil d'un parcours dantesque où se tissent des liens inattendus entre des noms qui n'auraient eu que peu de chance de se rencontrer si la scénographie avait été froidement organisée.

Alors certes, l'exposition n'est pas parfaite : le choix de ne présenter aucun cartel qui détaillerait le nom de l’artiste et de l’œuvre, mais d'inviter les visiteurs à télécharger l'appli correspondante sur leur smartphone (moi j'en ai pas alors ça m'agace) ou à faire la queue aux rares bornes interactives qui permettent de savoir qui a fait quoi devient rapidement pesant. Mais, finalement, pas si gênant que ça : dans le fond, cet anonymat de façade concourt aussi à une certaine spontanéité. En s'affranchissant des noms, on se retrouve seul face à ce magma d'œuvres brutes, guidé par notre seul œil. Et l'on se met à vivre l'art libéré de toute contrainte, avec une fraîcheur délectable.

> Horaires : du mercredi au dimanche de 11h à 19h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h.

Average User Rating

2 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:0
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:1
  • 1 star:0
LiveReviews|1
2 people listening
MichelMillaud

Totalement d'accord avec votre opinion. Curieux et intéressant pour les visiteurs et bon moyen de déterminer les œuvres majeures qui forcément se détachent de cet ensemble hétéroclite.

Mais qu'en pensent les artistes,en particulier ceux exposés?