Pierre Huyghe

  • Art
  • Art vidéo
/ © Pierre Huyghe
Untilled, 2011–2012

Personne pour vous expliquer le sens de la visite. Pas de parcours, pas de cartels, pas d’explication. On entre dans l’aile sud du Centre Pompidou comme on progresserait dans une terre vierge et fluctuante – circonspects, pas certains de savoir où l’on met les pieds. Une dune de sable fuchsia, un jeu de Pong géant qui illumine le plafond, des murs blancs perclus de petits trous d’où jaillissent des fourmis : Huyghe nous déstabilise pour nous aider à délaisser nos habitudes de spectateur – nous forcer à faire confiance à notre perception, nos sensations. Le lévrier à la patte rose (il vit ici avec son maître le temps de l’exposition) qui se balade nonchalamment dans la galerie et longe la patineuse qui tourne sur son estrade noire achève de nous faire perdre pied : le monde organique de Pierre Huyghe est un paysage ambigu et charnel peuplé d’êtres hybrides, dont l’horizon s’éloigne sans cesse. L’exposition n’est plus un instant arrêté, mais une étape, s’appuyant sur ce qu’il y avait avant (l’artiste a gardé les cimaises de l’exposition sur Mike Kelley qui le précédait), et rappelant, à travers ces vies humaines, animales et végétales qui se côtoient entre ces murs que rien ne s’arrêtera quand le musée fermera ses portes.

Ce qui compte, c’est le dépaysement, l’oubli du monde extérieur. La beauté fugace de ces instants où les connexions surgissent entre les œuvres, où un homme à tête de faucon vient nous distraire d’une vidéo sur une expédition en Antarctique. Pourtant, devant la qualité des films (prenez le temps de les regarder) de celui qui a racheté les droits d’un personnage de manga pour le libérer de l’industrie culturelle, on ne peut s'empêcher de penser que le reste s'apparente à un décorum coloré et divertissant, une posture d'artiste contemporain iconoclaste comme on en voit trop souvent. Le chien à la patte rose, la salle d'exposition qui empiète sur l'extérieur et la patineuse qui tourne paraissent accessoires. Si bien qu'au final, cet ensemble disparate et trop hermétique peine à convaincre.

> Horaires : tous les jours de 11h à 22h, nocturne le jeudi jusqu'à 23h, fermé le mardi.

LiveReviews|0
2 people listening