Tiago Santana : Sertão

Notre sélection
© Tiago Santana / Courtesy de la galerie Fait & Cause
'Catolé, état de Ceará', 2003
Libre

Le Sertão. Ses paysages arides, ses animaux efflanqués, ses gamins aimantés au bitume, un ballon cloué aux pieds. Qu'ils paraissent loin, les gratte-ciel de São Paulo et le strass du carnaval de Rio. Egarée au fin fond du nord-est brésilien, sec et pauvre, la terre natale de Tiago Santana bat au rythme de son bétail engourdi et de ses rues poudreuses, engluées par le soleil. Guidé par son flair et sa vocation documentaire, le photographe autodidacte a écumé les régions de Pernambouc et de Ceará, leurs villages, leurs foyers, leurs pâtures, sculptant une nuée d’instantanés dans la poussière brûlante du Nordeste. Avec un peu de terre et de sueur, il est allé modeler des tronçons de vie, capturés sur le vif. Une vie d’un noir et blanc épais et revêche comme du vieux cuir, qui se dévoile par bribes à la galerie Fait & Cause, au fil d’une quarantaine de tirages.

Denses, les contrastes creusent les vergetures des terres déshydratées et craquèlent la peau des vieillards, impassibles face au mouvement qui, alentour, émet de petites décharges furtives. Surgissant çà et là parmi les grains poivre et sel, un chapeau, un museau de cheval ou une patte de chien éclate sous l’objectif. Ces premiers plans intrusifs, tronqués, fusent dans tous les sens et bondissent sous le regard pour laisser transparaître, au loin, des scènes figées dans l’immobilité d’un moment. Aux vues panoramiques, Santana préfère une myopie habile et intimiste, allant toujours chercher le champ le plus rétréci, la synecdoque la plus éloquente. Ricochant d’un angle à l'autre, il travaille ses vues plongeantes et peaufine ses prises en contre-plongée, sondant sa terre natale avec l’œil du moustique, à l’affût d’un épiderme sur lequel se poser. Rien ne lui échappe, tout est bon à prendre. De chaque scène, aussi triviale, âpre ou fuyante soit-elle, le photographe prélève une beauté brute, dénuée de sentimentalisme. A chacun, alors, de laisser son regard virevolter de saynète en saynète. Pour recoller les morceaux de ce monde catapulté dans un tourbillon grisant.

Téléphone de l'événement 01.42.74.26.36
Site Web de l'événement http://www.sophot.com/fr/actus/index.php
LiveReviews|0
1 person listening