Le cinéma du futur ?

Gastronomique et participatif : les nouvelles pratiques du cinéma US

0

Comments

Add +

DR


Plombées par le téléchargement illégal, les salles de cinéma sont obligées de se réinventer. Pendant que certaines voient leur futur en 3D, d'autres misent sur un atout plus basique : la nourriture. Aux Etats-Unis, on appelle ça « cinema eatery » : vous arrivez, vous commandez, vous mangez pendant le film.

Qui n'a jamais fait de soirée film-plateau repas, ou invité ses amis à regarder "Top Chef" autour de l'apéro ? Si vous rêvez de faire la même chose dans une salle de cinéma, devant le dernier blockbuster ou un film indé bulgare, sachez qu'aux Etats-Unis, c'est possible, à travers différentes initiatives qui visent à ramener un peu de convivialité dans les salles obscures.

Le système est bien rôdé. Sur le comptoir en face du spectateur, un petit tas de feuilles blanches et un stylo pour passer commande. Entre les rangées de sièges en velours rouge, les serveurs, courbés et chargés de plats, courent discrètement dans l'obscurité, sans jamais gêner la vue. Le concept est résumé en quelques images sur le site de la chaîne de cinémas américaine Cinebarre.



Comme devant la télé

Au menu de ces « cinema eateries », une variété de plats et de boissons à faire rêver les spectateurs-boulimiques compulsifs : burgers, macaronis, tarte aux pêches, mais aussi vins et bières à profusion. Pratique pour les adeptes du drinking game, ou jeu à boire (exemple : buvez à chaque fois que vous entendez le mot « force » dans 'Star Wars'). Utile aussi pour tous ceux qui, traînés de force par leur petite sœur, souhaitent survivre au dernier 'Alvin et les Chipmunks'.

La chaîne Alamo Drafthouse, basée au Texas et créatrice du concept, va encore plus loin, avec des menus spécialement élaborés selon les films : civet de lapin à la hobbit pour 'Le Seigneur des anneaux', un « 5 dollar-milkshake » tout droit sorti de 'Pulp Fiction', et même un cocktail « Redrum » en référence à 'Shining'... Une recette qui marche, puisque la chaîne est sur le point d'ouvrir trois nouvelles salles, à San Francisco , Washington DCet New York.

Le "deuxième meilleur cinéma du monde"

L'autre facette de ces cinémas, c'est leur aspect participatif. Au Cinebarre, à la place des pubs M&M's en début de séance, on visionne des courts métrages réalisés par les spectateurs eux-mêmes. Les romantiques, eux, peuvent carrément faire projeter leur demande en mariage sur grand écran.

Au Alamo Drafthouse, classé deuxième meilleur cinéma du monde par CNN, vous pouvez également envoyer vos blagues à l'écran pendant le film, surtout s'il est mauvais, faire doubler un navet par une troupe de comédiens en direct (voir ci-dessous le détournement de 'Twilight' par l'équipe de Master Pancake, en VO), ou encore crier vos répliques préférées pendant des projections spéciales « Quote Along ».

Toutefois, les films ne sont pas les seuls mis à l'honneur, et des programmes télé sont projetés occasionnellement, comme la dernière saison de 'Glee', ou le mariage du prince William et de Kate Middleton.


Un concept qui évolue


Dans les années 1980, le film musical culte 'Rocky Horror Picture Show' faisait déjà chanter et danser les fans, déguisés pour chaque projection. Trente ans après, les salles de cinéma n'ont plus peur de rien. Il y a deux ans, c'est ainsi le cinéma interactif qui a fait son apparition avec 'Last Call'. Dans ce film d'horreur nouvelle génération, l'héroïne poursuivie appelle des membres du public sur leur portable pour leur demander conseil. Les spectateurs, ayant donné leur numéro de téléphone au préalable, peuvent ainsi influer sur l'évolution du film.



Chut !

Le participatif a pourtant ses limites. L'Alamo Drafthouse a récemment fait le buzz avec sa nouvelle campagne de pub fusillant les gens qui parlent, envoient des SMS ou twittent pendant un film. La vidéo, diffusée en début de séance, se moquait du message vocal outré d'une cliente, virée de la salle pour avoir utilisé son portable pendant la projection.

Car oui, au Alamo, les petits papiers blancs vous permettent non seulement de commander un dessert mais aussi d'attirer l'attention sur le comportement désagréable de votre voisin. Et si les serveurs du cinéma reçoivent une plainte, ils ont le droit de vous virer à la texane, sans remboursement. Quant aux enfants de moins de 6 ans, sources primaires de nuisance sonore, ils sont tout simplement refusés.

Là encore, la chaîne de cinéma sait faire preuve d'inventivité, avec des messages d'avertissement provocateurs souvent hilarants. Un réglement strict dont on pourrait bien s'inspirer en France, quand cinéma l'après-midi rime souvent avec commentaires des uns et ronflements des autres.


L’avis des utilisateurs

0 comments