Le top 10 de la semaine

Films, concerts, spectacles, expos, restos : le meilleur de la semaine par Time Out

0

Commentaires

Ajouter +

N'en déplaise à Joe, l'été indien n'existe pas que dans le nord de l'Amérique. La preuve avec ces températures en pleine ascension qui viennent consoler nos humeurs plutôt automnales. C'est le mois d'août après le mois d'août. Ce qui représente un avantage non négligeable : Paris est sorti de sa torpeur culturelle estivale. On profite donc du temps ET d'un agenda palpitant, rythmé par des concerts bien perchés, des expos photo entre suspense et rayons de supermarché, un festival plein d'humour installé sur une péniche, une librairie où l'on prend le temps de bien manger, un caviste qui ne fait que dans le cubi (idéal pour vos apéros entre amis) ou encore par la première ouverture de la Jeune Rue. Et pour ceux à qui le soleil filerait des boutons, il y a la série de Bruno Dumont à ne pas manquer sur Arte, et un film aussi doux que son nom l'indique. Bonne semaine à tous !

Une souris et des hommes

  • prix: 2/4

Pâtisserie, librairie, salon de thé et de déjeuner, Une Souris et des Hommes est un petit coin de repos incontestable dans Paris, entre plaisir du palais, des yeux et de l’esprit. Sur fond de musique jazz, avec sa déco lumineuse et épurée, la boutique a de quoi inspirer les familles et les jeunes travailleurs en manque de quiétude. Le coin librairie s’intègre en douceur à l’espace cantine, et propose une sélection personnelle de livres pour petits et grands. Livres de cuisine bien sûr, mais également romans, thrillers, ou encore dernières bandes dessinées sorties (entre autres aux éditions Marabout). Trois souriceaux bien énergiques... La suite

  1. 17 rue de Maubeuge, 9e
Plus d'infos

William Eggleston : From Black and White to Color

  • Note: 4/5

Des charriots entassés sur des parkings de supermarchés. Des Cadillac buvant jusqu’à plus soif à la station service locale. Des briques de lait identiques, serrées les unes contre les autres dans des frigos interminables. Et surtout, des gens. Des gens qui achètent de quoi boire, de quoi manger, de quoi remplir leurs réservoirs d’essence, qui dépensent, qui consomment. Bref, des gens qui vivent le rêve américain.Bienvenue dans le Sud des Etats-Unis, quelques années à peine après la guerre. Quand William Eggleston se met à parcourir sa région natale... La suite

  1. Fondation Henri Cartier-Bresson 2 impasse Lebouis, 14e
  2. Jusqu'au dimanche 21 décembre
Plus d'infos

P'tit Quinquin

On reproche souvent au cinéma français son caractère élitiste, son esprit de clocher et son étroitesse de vues. Un cinéma de fils et filles de, favorisant l'ego trip, les beaux quartiers ou à l'inverse le social bien-pensant, où les comédiens sont beaux et lisses, les réalisateurs classiques, les scénarios ennuyeux. Mais quand un cinéaste, Bruno Dumont, réalise pour la télévision une série en quatre épisodes totalement démente, à l'opposé de tout ça, il rencontre encore sur son chemin critiques acerbes et moues dubitatives. Si les journalistes ont dans l'ensemble fait un bon accueil à 'P'tit Quinquin', présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, d'autres pointent... La suite

  1. Diffusion sur Arte jeudi, à 20h50

Festival la Nouvelle Seine

Quel est le point commun entre ‘Augustin pirate des Indes', Sebastian Marx et Didier Super ? Une péniche sur berges joliment baptisée la Nouvelle Seine. Un petit paradis amarré à quelques houles de Notre-Dame. Pour fêter son premier anniversaire, la très chouette péniche organise son deuxième festival. Dix jours de spectacles et de concerts secoués par les mouvements de la Seine. Dans sa superbe salle installée dans la cale du bateau, on y découvrira les futurs grands noms du stand-up parisien (Bun Hay Mean, Sebastian Marx, Sophie-Marie Larrouy) mais aussi l’incroyable Amou Tati, la subversive Isabelle Alonso et le fou furieux Didier Super. Un festival très axé stand-up, mais qui s’offre le temps de deux soirées les services... La suite

  1. La Nouvelle Seine Péniche sur berges, face au 3 quai de Montebello, 75005
  2. Du jeudi 18 au dimanche 28 septembre
Plus d'infos

BiBoViNo

« Il faut qu'on célèbre ton permis de conduire, je sors un bon cubi de la cave ! » « Demain, je ne peux pas venir, j'ai une dégustation de vins en cubi avec un œnologue... » Voilà des phrases que vous n'avez pas dû entendre souvent. Le « cubi », fidèle compagnon des soirs de beuverie, des barbecues et des amis de l'apéro, n'a pas bonne presse quand on parle de grands vins. Il est d'abord aimé pour son volume, son côté pratique, sa rentabilité, jamais pour ses qualités gustatives. Qui sait ? Peut-être les mentalités changeront-elles un jour, sous l'impulsion de cavistes comme BiBoViNo. C'est en se promenant dans le marché des Enfants Rouges qu'on découvre cette... La suite

  1. 13 rue Charlot, 3e.

Tim Parchikov : Suspense

  • Note: 3/5
  • notre sélection

Mais qu'est-ce qui rend les photos de Tim Parchikov aussi mystérieuses ? Un camion garé sur le bas-côté, froidement éclairé par la lune. Une ombre qui se découpe, en kaléidoscope, sur le mur d'un escalier à l'écart de la ville. Une chaise, cernée par un halo lumineux, qui semble attendre que quelqu'un vienne s'y asseoir. Dans le fond, ces compositions n'ont rien de surprenant, et seraient même familières si Parchikov n'y avait insinué cette pointe de suspense qui, au fur et à mesure que l'on regarde l'image, devient de plus en plus prégnante. 
Cette empreinte d'une tension palpable, Parchikov parvient à la... La suite

  1. Maison Européenne de la Photographie 5-7 rue de Fourcy, 4e
  2. Jusqu'au dimanche 30 novembre
Plus d'infos

Mange tes morts

  • Note: 4/5

Entre fable initiatique, polar à la sauce Pieds Nickelés et docu-fiction chez les Manouches, ‘Mange tes morts’ réussit à slalomer avec une cohérence inattendue et un ton d’une drôlerie inédite, en marge d’une tension dramatique qui pourrait évoquer celle d’un ‘Ocean’s Eleven’ en mode gitan. Chez les Yéniches, communauté tsigane du nord de la France, l’horizon paraît violemment bouché. Deux seules possibilités s’offrent ainsi au jeune Jason Dorkel (Jason François), tout juste 18 ans : la religion ou la délinquance. Mais alors que celui-ci s’apprête à célébrer son baptême chrétien, son demi-frère, Fred (Frédéric Dorkel... La suite

  1. En salles le mercredi 17 septembre

Anahi

  • Note: 4/5

Par une soirée ensoleillée de septembre 2014, la Jeune Rue – le projet de Cédric Naudon, autant applaudi que raillé, qui vise à acheter et rénover 36 propriétés situées dans trois rues du 3e arrondissement – a à première vue un air mélancolique et négligé. Les rues du Vertbois et Volta ne jouissent en effet pas du même prestige que leurs voisines bouillonnantes d’activité du Marais – seuls quelques promeneurs s'y baladent tranquillement, tandis que les devantures de boutiques restent rabattues et les loquets des volets fermés comme des reliques. Mais à y regarder de plus près, les signes d'un changement y sont visibles... La suite

  1. 49 rue Volta, 3e
Plus d'infos

L’avis des utilisateurs

0 comments