Le top 10 de la semaine

Films, concerts, spectacles, expos, restos : le meilleur de la semaine par Time Out

0

Comments

Add +

© Time Out Paris


Que se profile-t-il à l’Horizon cette semaine ? Ne demandez pas au Blind Pig, lui, d’ordinaire si sympathique, se vexerait et deviendrait bougon. On serait alors obligés de l’emmener au Tai Chi puis de le convier à partager l’ApéRock. Posez plutôt la question à l’étrange Mister Babadook, qui vous indiquera les toiles d’une Aranéide et en tant que grand Maestro vous accompagnera au concert des No Money Kids. Lorsque vous en aurez assez qu’il se prenne pour Henri Langlois en filmant frénétiquement les musiciens, emmenez-le voir Tiki Pop. Donc, que se profile-t-il ? Notre sieste. Et oui, on est déjà dimanche. 



 


Rester perché • Horizon

  • Gratuit

Il n’y a pas que les super-héros qui savent voler ! Pour le comprendre, il faut découvrir la performance aérienne de la trapéziste Chloé Moglia qui prend ses « quartiers d’été » en haut du chapiteau installé aux quatre coins de l’Ile-de-France. Un spectacle singulier qui donne lieu à une expérience unique et spectaculaire à six mètres au-dessus du sol. L’artiste mettra son talent au service d’une très humble prouesse : faire sentir ce qui se passe en l’air et avec l’air. Après une formation au Centre national des arts du cirque, elle s’est faite connaître du grand public via l’association Rhizome, en explorant les beautés de l’apesanteur... La suite

  1. Eglise Saint-Eustache Rue du Jour, 1er
  2. Jusqu'au vendredi 1er août
Plus d'infos

Miss Peur • Mister Babadook

  • Note: 4/5

Il existe manifestement deux types de films de genre. Au moins. D’une part, ceux qui relèvent directement du cinéma d’exploitation (blaxploitation, chambara, giallo, slasher…), et se contentent en général de jouer sur des codes génériques pour le pur plaisir de la manipulation de symboles. Ce qui peut être chouette. Et d’autres films, qui choisissent également d’adopter un genre spécifique, mais pour mieux le transgresser, le vampiriser, et exprimer une singularité, une vision intime ou sociale, derrière son apparente superficialité industrielle. D’un côté, si l'on veut, Tarantino. De l’autre, Hitchcock. Or, pour son premier long métrage... La suite

  1. Sortie mercredi 30 juillet

Homme orchestre • Maestro

  • Note: 4/5

Réconcilier la poésie du cinéma d’auteur et la comédie grand public : le nouveau film de Léa Fazer avait a priori tout du pari casse-gueule. Et pourtant, ‘Maestro’ tient fort bien la route. A partir d’un scénario autobiographique du regretté Jocelyn Quivrin, traitant de sa rencontre et de son travail avec Eric Rohmer sur son dernier film, ‘Les Amours d’Astrée et Céladon’ (2006), Léa Fazer réussit en effet à retranscrire à la fois l’élégance littéraire et la légèreté charmeuse des films de Rohmer, tout en y ajoutant une jolie dose d’humour bon enfant. Pio Marmaï y incarne Henri, jeune acteur de 27 ans fumiste et roublard, fan de films d’action... La suite

Bières, burgers & Rock'n'roll • L'ApéRock

  • Note: 4/5

Guillaume Bouvelot est un rocker de l’ancienne école, du genre au cœur tendre. Avec ses favoris, son accent de Parigot et ses bagouses, on devine rapidement qu’il n’écoute pas Francis Cabrel ou Rihanna. Son truc à lui, c’est plutôt Iggy Pop, Elvis, Rory Gallagher, Black Sabbath, Lynyrd Skynyrd… des groupes qu’il diffuse à longueur de journée dans son restaurant ouvert fin 2013, l’ApéRock. Après sept années passées dans la restauration classique à Levallois, Guillaume migre dans un beau quartier de Paris, à Ternes dans le 17e arrondissement, un endroit... La suite

  1. 7 rue Bayen, 17e
Plus d'infos

Energies renouvelables • Tai chi au bord de l'Ourcq

  • Gratuit

Ciel, Terre, Homme et même Eau. De 10h à midi, les êtres et éléments se réunissent pour répondre à l’appel du tai chi. La paisible odeur du matin se diffuse sur les quais de l’Ourcq, nos yeux embués se placent face aux quais et respirent véritablement pour la première fois de la journée (voire même de l’année). On tend les bras, on s’ouvre enfin pour se reconnecter à son corps. Dans un flot de douceur, on hume l’odeur de savon du vieux monsieur d’à côté que le vent porte jusqu’à nous ; il est concentré, on a envie de faire comme lui. Alors on écoute le professeur, puis on... La suite

  1. Canal de l'Ourcq
  2. Jusqu'au dimanche 17 août
Plus d'infos

Chacun sa toile • Aranéide

Des fils tendus qui découpent le ciel. Une toile tissée à cinq mètres du sol. Pour son spectacle ‘Aranéide’, la chorégraphe Myriam Gourfink a invité la trapéziste Clémence Coconnier à explorer une forme de danse délicate et lente, dans laquelle chaque micro-mouvement compte. Une chorégraphie à la fois aérienne et animale déroulée sur une structure en kevlar, véritable toile d’araignée dépliée dans les airs. Les gestes esquissés sont précis, les appuis solides et la danse un brin inquiétante. Arachnophobes s’abstenir.

  1. Le Carreau du Temple 2 rue Eugène Spuller, 3e
  2. Du mardi 29 juillet au samedi 2 août
Plus d'infos

Tip Top • Tiki Pop

  • Note: 3/5

Apparu dans les toiles de Gauguin ou les récits de Loti, London et Stevenson, le fantasme des mers du Sud s'étend dès les années 1930 à la musique et au cinéma américains. Rêve gorgé de douceur, de soleil et de jolies demoiselles hâlées à moitié à poil, cette mode contamine rapidement tous les pans de la culture populaire au cours des années 1950-60. Encore traumatisée par les combats sur les plages du Pacifique contre les Japonais, l'Amérique voit en cet Eden pittoresque un antidote cathartique.De Marlon Brando à Elvis (grand absent de cette exposition, bizarrement), des bars en forme de hutte aux motels ou aux bowlings... La suite

  1. Musée du quai Branly 37 quai Branly, 7e
  2. Jusqu'au dimanche 28 septembre
Plus d'infos

Cinéma toqué • Le Musée imaginaire d'Henri Langlois

  • Note: 3/5

Parce que rien ne remplacera jamais le visionnage des films, les expositions de la Cinémathèque se retrouvent souvent dans une position délicate. Quand elles ne s'attaquent pas à des sujets aussi riches que l'expressionnisme allemand, ou aussi atypiques que ‘Brune/Blonde’, elles frisent parfois le bonus DVD ou la biographie pas très intéressante. Cette fois, avec Henri Langlois (1914-1977), le parcours fonctionne plutôt bien : même s'il glisse parfois vers l'hagiographie, cet hommage au fondateur de la Cinémathèque, qui aurait eu cent ans cette année, permet de parler... La suite

  1. Cinémathèque française 51 rue de Bercy, 12e
  2. Jusqu'à Dim août 3
Réservez

Tout est bon dans le camion • The Blind Pig

  • Note: 4/5
  • prix: 2/4
  • notre sélection

Depuis que Kristin Frederick a allumé la mèche avec son Camion qui fume, le phénomène « food truck » a carrément explosé dans la capitale. Le problème, c’est que la législation n’a pas forcément suivi. Résultat ? On se retrouve avec des dizaines et des dizaines de camions relégués aux extrémités de la ville. Heureusement, les choses bougent un peu. Les autorisations administratives semblent se décoincer légèrement et l’on voit apparaître quelques lieux dédiés à accueillir ces cantines sur roues. Comme au Pavillon des Canaux, par exemple, où un food truck... La suite

  1. 5 rue des Guillemites, 4e
Plus d'infos

Rock the Ca$hbah • No Money Kids

  • Gratuit

Les No Money Kids sont les tenants d’un son blues-rock moderne, lo-fi et accompagné de samples, bien que toujours bluesy. Ce duo prouve en quelques secondes qu’il sait remarquablement groover et qu’il a aussi des choses à dire dans ses chansons, comme les très bons "Bullshit" et "Old Man", évocations de l’exclusion et de la misère sociale. Evidemment, les comparaisons avec les White Stripes ou les Black Keys iront bon train, même si la slide d’un titre comme "Man" rappelle aussi Led Zeppelin. Avec leur premier EP qui est paru le 22 mars dernier, les No Money... La suite

  1. La Féline 6 rue Victor Letalle, 20e
  2. 02 août 2014
Plus d'infos

Et aussi !


L’avis des utilisateurs

0 comments