Le top 10 de la semaine

Films, concerts, spectacles, expos, restos : le meilleur de la semaine par Time Out

0

Commentaires

Ajouter +
'La Maison au toit rouge' de Yôji Yamada

'La Maison au toit rouge' de Yôji Yamada

Attention, les enfants, il y a du lourd cette semaine. Du très lourd, même. D'abord avec deux expos mastodontes. A ma droite, l'imparable, l'incoutournable, l'immense Diego Velázquez au Grand Palais. Face à lui, quelques challengers, bien costauds aussi, du côté du musée Jaquemart-André, 'De Giotto à Caravage'. Autant dire que les amateurs de peinture classique risquent fort la crise de tachycardie. Quant aux aficionados d'arts vivants, c'est avec un grand et beau festival de cirque contemporain qu'ils ont rendez-vous : le bien nommé Hautes Tensions risquant de son côté de chambouler les pacemakers. Ceci dit, pour reprendre son souffle, rien de tel alors qu'un bon bar à cocktails, une romance japonaise, un peu de déco vintage, un concert de synth-pop... voire un docu-fiction sur un étrange Jack l'éventreur tunisien. Beaucoup de sorties cette semaine, donc... A moins de jouer les déserteurs...

Faites la cuisine, pas la guerre • Les Déserteurs

  • Note: 4/5
  • prix: 3/4

La seule chose que l'on pourrait reprocher aux Déserteurs, c'est d'être exactement comme l'on s'y attendait : dans un quartier avec juste ce qu'il faut de cool, de populaire mais surtout de néo-bourgeois (autour de Ledru-Rollin), baignant dans une mentalité de bistrot gastro parfaitement dans l'air du temps, et mettant en scène des jeux de saveurs qui réjouiront les amateurs de "Top Chef" et autres avatars, et de son vocabulaire à base de « croquant » ou de « rondeur » qui nous fait croire qu'il est impossible de réaliser un plat de qualité sans yuzu ou combava. Lire la suite

  1. 46 rue Trousseau, 11e
Plus d'infos

Maestros • De Giotto à Caravage

  • Note: 4/5

Tandis que de plus en plus d'expositions se contentent de dérouler des monographies bêtement chronologiques et d'afficher les plus grands noms possibles pour attirer tout le monde, il convient, une fois encore, de tirer son chapeau au musée Jacquemart-André. Pour 'De Giotto à Caravage', l'hôtel particulier du boulevard Haussmann propose un parcours original doublé d'une vraie réflexion, qui nous permet de (re)découvrir tout un pan de l'art italien autour de la figure originale du critique et collectionneur Roberto Longhi (mort en 1970). Celui qui fut, pour l'anecdote, le prof de Pasolini à l'université de Bologne... Lire la suite

  1. Musée Jacquemart-André 158 boulevard Haussmann, 8e
  2. Jusqu'au 20 juillet
Plus d'infos

Amours clandestines • La Maison au toit rouge

  • Note: 4/5

Japon, milieu des années 30 : quittant sa campagne natale pour travailler à Tokyo, la jeune et timide Taki (Haru Kuroki) devient femme de chambre dans le paisible foyer de Tokiko (Takako Matsu), de son mari Masaki (Takataro Kataoka) et leur jeune fils de six ans. Mais bientôt Tokiko tombe sous le charme d’Ikatura (Hidetaka Tsumabuki), un collègue doux et rêveur de son mari, avec lequel elle entame une relation clandestine sous le regard mi-gêné mi-complice de Taki. Plus de soixante ans plus tard, à la mort de celle-ci, son petit neveu Takeshi retourne sur les traces de... Lire la suite

  1. En salles mercredi 1er avril

Cirque électrique • Hautes Tensions

Petite révolution artistique du côté de Hautes Tensions. Désormais, on ne retrouvera plus de battles de hip-hop au programme, mais une sélection 100 % cirque contemporain. « Le dialogue s’est révélé peu fécond à l’expérience et surtout, chacune des deux disciplines s’est sentie un peu à l’étroit au sein du même événement », explique Frédéric Mazelly, directeur de la programmation culturelle du Parc. A chacun donc son festival, Hautes Tensions devenant au début du printemps un rendez-vous dédié au cirque, et le Villette Street festival en mai une rencontre entièrement dévolue au hip-hop. Une importante refonte qui ne sacrifie en rien ni la qualité du festival... Lire la suite

  1. Parc de la Villette
  2. Du 31 mars au 12 avril

On the rocks • Le Ballroom du Beefclub

  • Note: 4/5
  • prix: 3/4

Ça y est, vous atteignez enfin le Ballroom, le dernier établissement du trio qui se cache derrière l’Experimental Cocktail Club. Pour entrer, vous devrez emprunter une porte noire banalisée puis descendre l’escalier en colimaçon situé sous le restaurant du Beefclub. Ici, à l’abri des regards, vous tomberez sur une petite salle aux lumières tamisées. Les murs de brique rouge, le plafond décoré de moulures et la superbe collection de spiritueux et liqueurs alignés derrière le comptoir créent un cadre idéal pour ce bar à cocktails souterrain aux airs de speakeasy chic... Lire la suite

  1. 58 rue Jean-Jacques Rousseau, 1er
Plus d'infos

Balafreur de fesses • Le Challat de Tunis

  • Note: 4/5

En 2003, Tunis est le cadre d'une légende urbaine qui ne parvient pas, à l'époque, de notre côté de la Méditerranée. Sur une mobylette, un homme armé d'un rasoir balafrerait les fesses des femmes trop légèrement vêtues à son goût. Entre scénario de film d'horreur et comédie de mœurs, l'histoire reste longtemps dans un coin de l'esprit de Kaouther Ben Hania. Après deux courts métrages de fiction – 'Moi, ma sœur et la chose' (2006) et 'Pot de colle' (2013) – très remarqués en festivals et le documentaire 'Les imams vont à l'école' (2010), la réalisatrice... Lire la suite

  1. En salles mercredi 1er avril

Monument baroque • Velázquez

  • Note: 4/5

Quand on pense au siècle d'or espagnol, on pense forcément à Velázquez. 'Les Ménines', 'Le Triomphe de Bacchus' ou le portrait de son esclave Juan de Pareja sont autant de chefs-d'œuvre du Sévillan né en 1599, qui ont marqué la peinture au fil des siècles, jusqu’au modernisme. Edouard Manet, par exemple, tenait l'Espagnol comme le plus grand peintre qui ait jamais existé – et l'un des précurseurs de l'impressionnisme –, tandis que Francis Bacon louait « le parfait équilibre entre l'image idéale qu'on lui demandait de reproduire et l'émotion qui submergeait le spectateur ». L'Irlandais signa d'ailleurs... Lire la suite

  1. Grand Palais (nef et galeries) 3 avenue du Général Eisenhower, 8e
  2. Jusqu'au 13 juillet
Plus d'infos

Humiliés et offensés • Boesman et Léna

  • Note: 3/5

Afrique du Sud, années 1960. Apartheid. Trois personnages, un lieu, une nuit. Avec cette pièce écrite en 1969, l'Afrikaner Athol Fugard, connu pour son opposition au régime, aborde ce pan de l'histoire à travers un angle très resserré. Du crépuscule à l'aube, nous suivons Boesman et Lena, couple de « bruns » (de métis) errant dans la caillasse après avoir été expulsés du bidonville où ils vivaient. Alors que la nuit tombe, Boesman (interprété par Christian Julien), homme usé et violent, focalise son attention sur la construction d'un abri. Lena (Nathalie Vairac), elle, parle sans... Lire la suite

  1. Théâtre de la Tempête Route du Champ de Manœuvre, 12e
  2. Jusqu'au 12 avril
Réservez

Design nordique • BobidaVintage

  • prix: 2/4

A une centaine de mètres du métro Robespierre trône BobidaVintage, temple du mobilier scandinave et comme son nom l’indique, de décoration vintage. Superbement aménagée, la boutique impressionne et on ose à peine y entrer tant tout à l’air précieux et relativement cher. Fort heureusement, on s'aperçoit qu'il n’en est rien une fois les portes de la boutique passées. D’abord émerveillés par la qualité des différents éléments (canapés, commodes, lampes, miroirs, chaises…), les amateurs de design seront ensuite charmés par les prix modiques. Comptez 690 € pour une enfilade scandinave teck des... Lire la suite

  1. 50 rue Robespierre, 93100
Plus d'infos

Back to the • Future Islands

Groupe de synthpop formé en Caroline du Nord en 2006, Future Islands sera sur la scène de la Cigale le 2 avril. Emmené par Samuel T. Herring au chant, ce trio nostalgique possède quelques superbes titres à son actif, comme le très beau "Before The Bridge", minimaliste et mélancolique, ou encore l’intense "Tin Man". Il revient en 2014 après plusieurs années de silence avec  'Single', un nouvel album signé sur le label anglais 4AD, réjouissant et taillé pour le live. On attend donc ce concert avec impatience.

  1. Cigale 120 boulevard de Rochechouart, 18e
  2. Jeudi 2 avril
Réservez


L’avis des utilisateurs

0 comments