Le top 10 de la semaine

Films, concerts, spectacles, expos, restos : le meilleur de la semaine par Time Out

Vous la sentez ? Reniflez mieux. Ha, vous la sentez maintenant, cette petite odeur d'humidité rance, mêlée de bonnes résolutions et de cuir neuf pour cartable d'école. C'est l'odeur de la rentrée, cette charognarde souriante prête à dévorer nos souvenirs de vacances en un coup d'incisive. A Time Out, on ne baisse pas les bras pour autant, alors on continue à vous dénicher nos dix bons plans hebdomadaires sans faillir, mais en versant quand même une petite larme qui coule le long de notre bronzage qui blanchit déjà. Pas grave, samedi soir on fêtera la fin de l'été à LaPlage de Glazart et on fera comme si que.

A rayer de sa to do list • Le Club Rayé

Vous ne pouvez pas rater le Club Rayé. Littéralement. Lorsqu'on se promène dans la rue Saint-Sauveur, il est tout bonnement impossible de ne pas remarquer cette enseigne digne de Broadway, avec ses stores noirs et blancs aux fenêtres, ses serveurs en tenue élégante et sa petite terrasse chic et arborée. Il faut dire que ce bar à cocktails vaut le détour. L'ambiance de ce lieu unique en son genre rappelle celle des pianos-bars américains.

En savoir plus
Montorgueil

Trois jours et acouphènes • Rock en Seine 2015

Avec ses soixante concerts en trois jours, Rock en Seine est un des festivals d'Ile-de-France les plus massifs, un antidépresseur musical qui se déroule chaque année à la fin de l'été pour nous aider à mieux affronter la rentrée. Aller à Rock en Seine, c'est allier le plaisir de se perdre dans ce dédale de taillis géométriques, à celui de sauter dans la boue au milieu de la foule sur les meilleurs sons du XXIe siècle.

En savoir plus
Par Emmanuel Chirache

Certains l'aiment drôle • La Semaine UGC de la Comédie

Cinq multiplexes à travers la France (à Paris, Lyon, Lille, Bordeaux et Toulouse) accueilleront du 26 août au 1er septembre la Semaine de la Comédie UGC. L'occasion de voir ou revoir pour 4 € les films qui vous ont fait rire cette année, ou peut-être pas du tout, donc vous pourrez toujours y retourner pour vérifier. En plus de ces projections d'hier et d'aujourd'hui, à vous les inédits et avant-premières pour 6 €.

En savoir plus
Par Hannah Benayoun

Parce qu'elle le vaut bien • Ellsworth

Pour beaucoup, un repas intimiste au Verjus a quelque chose de spécial. C’est même un endroit où les étrangers réservent plusieurs semaines à l’avance lorsqu’ils viennent à Paris. Mais le lieu, malgré sa charmante cave à vin, pourra paraître cher à certains. C’est donc avec joie que l’on a appris en 2015 l’arrivée de sa petite sœur, Ellsworth (ainsi nommée en l’honneur d’un des grands-pères des fondateurs du Verjus). Ici, rien n’est trop cher, tout est décontracté et chic.

En savoir plus

Songe d'été • Le Rêve d'un homme ridicule

Un songe peut-il fondamentalement changer une personne ? Alors que Freud n’avait que 22 ans, Dostoïevski s’intéressait déjà à l’interprétation des rêves. Sa nouvelle 'Le Rêve d’un homme ridicule' en 1878 permet de découvrir une œuvre du maître russe au théâtre sans avoir à réserver sa journée complète. En une petite heure, Jean-Paul Sermadiras, seul comédien sur scène, s’impose durant toute la représentation et emporte avec lui les spectateurs.

En savoir plus
Théâtre de Belleville, 11e arrondissement Jusqu'au samedi 12 septembre 2015

Faux doc, vraie claque • Derrière le mur, la Californie

Voilà un film qui répond assez à la définition de l’OFNI (Objet Filmique Non Identifié), entre faux documentaire, esthétique du found footage, montage de documents culturels, tranches de vies réelles ou imaginaires et références historiques. En résumé, ‘Derrière le mur, la Californie’ se présente comme l’histoire d’un trio d’ados délurés dans l’Allemagne de l’Est des années 1970.

En savoir plus
En salles

L'ami Corée • Guibine

Notre sélection

La rue Saint-Anne, véritable paradis pour les amateurs de restauration asiatique, regorge de nombreuses pépites. Guibine, cantine coréenne spécialisée dans les barbecues, en est une. De jour comme de nuit, l’adresse ne désemplit jamais et, une fois la porte passée, vous êtes pris au piège. Un fumet appétissant s’échappe des casseroles, chatouille vos narines et fait grogner votre panse.

En savoir plus
Opéra

Ne soyez pas en • Retard magazine prolonge les vacances

Au Pavillon des canaux, l’excellent rendez-vous de l’été « Pop meufs » touche bientôt à sa fin. Snif. Pour fêter les derniers coups de soleil et la fin du tube de crème solaire, le petit immeuble du quai de la Loire a misé sur les double rainbows et les poneys magiques en invitant la fine équipe de Retard magazine. Un webzine culturel et informel où l’on parle du potentiel féministe de 'La Reine des neiges' comme de la qualité de vie à Austin, Texas.

En savoir plus
Par Elsa Pereira

Nota bene • Nata Lisboa

Autrefois, il n’existait en Europe qu’une seule adresse capable de servir de vrais bons pasteis de nata (des petits gâteaux portugais à base de crème aux œufs). Légèrement tièdes, saupoudrés de cannelle et à la pâte feuilletée croustillante. Et il fallait non seulement voler à Lisbonne pour s’en offrir mais également aller jusqu’à l’extrême ouest de la capitale portugaise. C’était là-bas que se trouvaient les vrais natas : à la Pastelaria de Belém.

En savoir plus

Denis, nous voilà • Denis Maréchal (re)joue

C’est sur une musique des Red Hot Chili Peppers et sous une salve d’applaudissements que Denis Maréchal entre en scène. Un plateau jalonné par des lettres géantes qui forment ensemble le mot « Joue ». Car si une chose est certaine c’est que tout au long de son spectacle Denis Maréchal joue : de son charme, des mots, autant que des situations. Mais voilà, malgré un physique à la Harry Roselmack et un sens de l’humour élastique, Denis n’a pas d’enfant.

En savoir plus
Théâtre Le Temple, 11e arrondissement samedi 29 août 2015

Commentaires

0 comments