L'Ourcine

Ajoutez à votre coupes de coeur
0 J'aime
Time Out
L'Ourcine
Quartier Latin et Sud de Paris

« Bons produits » ne rime pas toujours avec « repas réussi ». Si les éléments semblaient réunis pour s’offrir un dîner goûtu et audacieux – de la devanture qui annonce « Cuisine de cuisinier, vins de vignerons » (on n’en attendait pas moins) à la réputation du lieu –, c’est au final un peu précipitamment et surtout très déçus que l’on quitte le 92 rue Broca. Et pour cause, l’ambiance et la déco, déjà, n’y sont pas, ce malgré les récents travaux de réaménagement : lumières trop vives, mobilier un peu cheap (en regard des prix pratiqués), salle agréable sans plus… Bref, pas de quoi traîner à L’Ourcine après y avoir mangé, pour faire passer les solides avec un digestif, par exemple. Passons, puisque l’important reste l’assiette et la cuisine (de cuisinier, hein), qu’on espère à la hauteur de ses prétentions.

Après un amuse-bouche bienvenu en forme de bisque de poisson avec ses herbes et quelques petits croûtons, s’invitent les ravioles de tourteaux et la rillette de lapin. Combo gagnant pour en prendre plein les papilles, tant les saveurs s’avèrent riches et relevées (coriandre et citronnelle d’un côté, vinaigre de banyuls de l’autre). Les entrées présagent une belle maîtrise, nous voilà lancés sur la route des saveurs et presque conquis – malgré un Saumur rouge au pichet servi frais, juste passable –, quand les poissons viennent (s’)échouer sur notre table : tournedos de saumon et dos de cabillaud, de quoi réconcilier durablement l’Ecosse et la Bretagne, poissons gras et maigres. La fraîcheur est là, les assiettes se tiennent bien, mais… quel manque de goût, et quel fossé avec les entrées ! Alors on comprend pourquoi une coupelle de gros sel trône entre les assiettes depuis le début du repas, comme si le condiment pouvait masquer des plats fades et des sauces trop grasses, malgré la qualité des produits travaillés (délicieux légumes).

Et le dessert ne relève pas le niveau : une pralinette au chocolat de fin de service, réduite à sa portion congrue. Sans parler du sorbet lait-menthe sorti du congélo trop tard, et vite devenu une soupe à l’eau immangeable. On aurait pourtant aimé l’aimer, cette adresse, mais voilà : L’Ourcine ne mérite sûrement pas un détour par le 13e, d’autant que les tarifs (34 € le menu) ne sont pas accessibles à tous. Dans le même esprit bistrot et produits de qualité (mais des plats bien plus originaux et mieux travaillés), préférez Les Saisons et son chef Jonathan Lutz !

Nom du lieu L'Ourcine
Contact
Adresse 92 rue Broca
13e
Paris

Heures d'ouverture Du mardi au samedi de midi à 14h30 et de 19h à 23h
Transport Métro : Les Gobelins
Prix Menu midi à 24 euros, le soir à 34 euros
LiveReviews|0
2 people listening