Edwin

1/9
© EChirache
2/9
© EChirache
3/9
© EChirache
4/9
© EChirache
5/9
© EChirache
6/9
© EChirache
7/9
© EChirache
8/9
© EChirache
9/9
© EChirache
11e arrondissement

Si la marque de prêt-à-porter ne s’est installée à Paris qu’en octobre 2013, Edwin existe au Japon depuis plus de soixante ans. Passionné de denim américain, son créateur M. Tsunemi a d’abord commencé par importer des jeans des Etats-Unis, avant de se lancer dans la fabrication en 1961. Devenu une référence ultime en la matière, Edwin cartonne dans son pays natal, laissant l’international Lee Cooper bien derrière. Encore peu connue en Europe, la marque nippone ne mise pas sur une boulimie de boutiques pour se faire connaître, mais sur un carnet d’adresses limité et une réputation bien établie. 

Après Londres, c’est donc à Paris, rue de Charonne, que la griffe tokyoïte a élu domicile. Une déco minimaliste constituée de béton ciré et de bois brut où des créateurs européens triés sur le volet poursuivent le travail avant-gardiste de M. Tsunemi (le stone washing, c’est lui). Des jeans au doux nom de colorants alimentaires (ED88, ED47…), des chemises avec imprimé palmier, des bermudas pour s’aérer le mollet… Si Edwin joue sur le caractère exclusif de ses fringues en faisant appel notamment à des artistes très différents du tatouage au garage Blitz Motorcycles, les prix restent convenables : t-shirt autour de 45 euros, chemise à 110 euros et chinos à 100 euros. Quant aux denims, la fourchette va de 90 à 350 euros pour un beau jean (quasi) éternel. Cerise sur le gâteau, la boutique de la rue de Charonne propose quelques beaux spécimens de longboards de l’excellent workshop français State of Grace.

Nom du lieu Edwin
Contact
Adresse 33 rue de Charonne
11e
Paris

Heures d'ouverture Du lundi au vendredi de 14h à 19h, le samedi de 11h à 19h
Transport Métro : Ledru-Rollin

Average User Rating

2 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:0
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:1
  • 1 star:0
LiveReviews|1
0 people listening
Emilie Marcelle H

Hello ! C est très bizarre cet article qui ne cite pas la tatoueuse en photo à savoir Roberel, qui a également créé le dessin sur la planche. C'est elle qui invite State of Grace chez Edwin ces temps ci.