Giuseppe Penone à Versailles

© EPV / Thomas Garnier
Giuseppe Penone, 'Tra scorza e scorza et Spazio di Luce', 2013
Libre

C’est désormais une tradition : cet été encore, la création contemporaine s’invite chez le Roi Soleil histoire de répandre un bon vent d’art frais sur le château de Versailles. Après Jeff Koons, Takashi Murakami, Xavier Veilhan, Bernar Venet et Joana Vasconcelos, c’est au tour de l’Italien Giuseppe Penone de dialoguer avec les lieux. Et tenter, pour quelque temps au moins, de secouer ces vieilles pierres assoupies dans le lointain souvenir d’une partie de chasse, d’une robe bouffante ou d’une coiffe en forme de pièce montée à la crème.

A mille lieues d'un style baroque badigeonné de feuille d’or, le travail de Giuseppe Penone s’est toujours inscrit dans le sillage frugal de l’arte povera pour interroger le rapport entre l’homme et son environnement, ou entre les artifices de l’art et la beauté de la nature. C’est donc sans grande surprise que l’artiste a choisi de se tenir à l’écart des appartements, où ne sont exposées que quelques œuvres, pour leur préférer le parc. Du jardin de Le Nôtre au Bosquet de l’Etoile, une armée d’installations végétales, de troncs d’arbres sens dessus dessous, d’écorces alignées comme des batteries de canons et de sculptures organiques a pris le domaine d’assaut. De quoi trancher avec la rigueur des jardins à la française – la raie toujours bien à droite et les feuilles toujours bien gominées – en y distillant un paysage échevelé et féérique. Avec Penone, la nature reprend ses droits à Versailles : domptée, oui, mais resplendissante d’imperfections.

> Horaires :
- Château : tous les jours sauf le lundi de 9h à 18h30
- Jardin : tous les jours de 8h à 20h30

LiveReviews|0
1 person listening