Cinéma

Films à voir, salles et festivals à Paris

Cinéma

Les meilleurs films de 2015

Notre premier bilan de l'année cinéma, à mi-parcours et en 25 films.

En savoir plus
Cinéma

Entretien avec Peter Strickland

Cinéma de genre, sadomasochisme et papillons... Rencontre avec le réalisateur de 'The Duke of Burgundy'.

En savoir plus
Le blog

Rencontre avec Sebastian Schipper, le réalisateur du film événement 'Victoria'

Meilleurs film, réalisateur, actrice, acteur, photographie... Aux "César" allemands, 'Victoria' a tout raflé.

En savoir plus
Cinéma

18 films pour le 18 juin

Autour du traditionnel "appel du 18 joints", notre top 18 des meilleurs films de défonce.

En savoir plus
Le blog

'Mad Max : Fury Road', hommage au cinéma muet ?

Retour sur la beauté visuelle du film et sa science dans l'art de filmer l'énergie cinétique.

En savoir plus

Notre sélection des meilleurs films en salles

Cinéma

Victoria

En un seul magistral plan-séquence réalisé sans trucages, le film étire ses 2h25 sans faillir. Un polar vibrant de réalisme.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Les Mille Et Une Nuits

Le premier volet du génial film-fleuve de Miguel Gomes est en salles depuis le 24 juin. Entre Shéhérazade et le Portugal en crise, c'est le marathon de l'été.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Une seconde mère

Un épatant duo d’actrices pour ce beau film brésilien entre comédie sociale et drame familial, à la tonalité douce-amère.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

The Duke of Burgundy

Après le malin ‘Berberian Sound Studio’, Peter Strickland revient avec un hommage formaliste et classieux à la sexploitation des '70s.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Voir toute notre sélection des meilleurs films en salles

Dans l'actu

Le blog

La seconde nuit du PIFFF prend ses Quartiers Interdits au Grand Rex

Dégainez vos colts, accrochez votre bandana autour du cou, machouillez votre tabac à chiquer, rechargez votre pistolet laser, ce samedi soir c’est la Nuit Quartier Interdit vol. II.

En savoir plus
Le blog

'Wake in Fright' : le chef-d'œuvre ivre et solaire de Ted Kotcheff.

Sortie en DVD de la version restaurée de 'Wake in Fright', film-culte de Ted Kotcheff et monument de dérive hallucinée, dans un bled paumé au milieu du désert australien.

En savoir plus
Le blog

Grand Ecart, le retour de l’apéro-quiz cinévore

Le mardi 30 juin, au Forum des images, rendez-vous pour un grand quiz cinéma. Alors, quel film ?

En savoir plus
Le blog

Kenneth Anger à Paris

Un coffret DVD de neuf films essentiels du mage du cinéma underground américain psychédélico-mystique-queer. Et le retour en salle de son 'Inauguration of the pleasure dome'. Rendez-vous avec le grand monsieur Colère.

En savoir plus
Cinéma

Fête du cinéma

Du dimanche 28 juin au mercredi 1er juillet inclus, la Fête du cinéma rempile avec ses séances à 4 €. Notre sélection de films à voir en salles pour l'occasion.

En savoir plus

Plus de films en salles

Cinéma

Love & Mercy

Le biopic sur Brian Wilson, le compositeur et génie maudit des Beach Boys, avec Paul Dano et John Cusack.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Masaan

Bien loin du cinéma bollywoodien, un film qui nous plonge au cœur des problématiques actuelles de l’Inde.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Vice-Versa

La psychologie expliquée aux enfants, par le réalisateur de ‘Là-Haut’ et ‘Monstre & Cie’.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Un Français

Au-delà des polémiques, le film de Diastème est davantage qu'un simple 'American History X' à la française.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Plus de films

Anthologies thématiques

Cinéma

Les 50 meilleurs films de science-fiction

Des Martiens, des manipulations génétiques et des ordinateurs pervers dans notre guide du film de SF.

En savoir plus
Cinéma

Les 50 meilleurs films d'horreur

Zombies, vampires, exorcismes, empalements et trépanations... Vous en reprendrez bien un petit coup ?

En savoir plus
Cinéma

Les 50 meilleurs films d'amour

Eh oui, les histoires d'amour, ça finit généralement mal... mais ça permet de faire de beaux films !

En savoir plus
Cinéma

Les 100 meilleurs films français

Les 100 plus grands films du cinéma d'auteur français, de Georges Méliès à Leos Carax. Et inversement.

En savoir plus
Cinéma

Les meilleurs films de 2014

Des suggestions des meilleurs films de l'année passée, à voir ou à revoir.

En savoir plus

Nos collections de films à voir

Cinéma

10 films gratuits à voir en streaming

En savoir plus
Cinéma

Guide du thriller au cinéma

En savoir plus
Cinéma

Guide du film d'animation

En savoir plus
Cinéma

Cinéma transgressif

En savoir plus
Cinéma

10 films à voir adaptés de bandes dessinées

En savoir plus
Cinéma

10 films à voir : Paris au cinéma, 1926-1967

En savoir plus
Voir toutes nos collections

Interviews

Cinéma

Lisandro Alonso

Depuis le début des années 2000, le cinéaste argentin Lisandro Alonso creuse le sillon très personnel d'un cinéma onirique, au minimalisme singulier et radical. Pour son nouveau film, 'Jauja', le réalisateur a fait équipe avec Viggo Mortensen comme producteur et acteur principal pour accoucher d'un petit bijou de cinéma primitif et sensoriel (lire notre critique du film). Rencontre. A travers l’utilisation d’un format carré, la fixité de ses plans ou l'épure de ses dialogues, ‘Jauja’ paraît lorgner vers les origines du cinéma, évoquant parfois les films des frères Lumière. S’agissait-il d’une démarche délibérée, volontaire de votre part ? Concernant le format carré, ce n’était pas vraiment une volonté particulière : c’est un format qu’on a trouvé accidentellement, par hasard, suite à des erreurs de labo. Actuellement, le cinéma tend de plus en plus vers le divertissement de consommation rapide, que les technologies poussent vers le digital et la nouveauté permanente. En même temps, il est encore possible de travailler en noir et blanc, d’insérer des intertitres. Ou de choisir un format carré. Tout reste encore possible pour des films à contre-courant. Par ailleurs, je suis ravi de cette analogie avec les frères Lumière, qui représentent pour moi la définition-même du cinéma. C’est ce que j’admire le plus : un cinéma en totale expérimentation, un questionnement de toutes parts, sur tous les registres. Pour moi, le cinéma c’est d’abord ce questionnement, cette recherche. On

En savoir plus
Cinéma

Thomas Salvador

Voici l'une des plus jolies surprises de ce début d'année 2015 : 'Vincent n'a pas d'écailles' de Thomas Salvador, tour à tour film d'auteur, comédie romantique et histoire de super-héros décalé, dont le protagoniste principal (interprété par le cinéaste lui-même) développe de fabuleux pouvoirs au contact de l'eau. Combinant une rare fraîcheur à une impeccable maîtrise sur le plan de la réalisation, 'Vincent n'a pas d'écailles' développe un ton délicieusement singulier, à la fois malin, distancié et extrêmement attachant. Rencontre avec son auteur, réalisateur et interprète, le discret et charmant Thomas Salvador (lire notre critique complète du film). Time Out Paris : Après avoir vu votre film, on se demande si vous avez rêvé, enfant, d’être un super-héros.  Thomas Salvador : Sans doute, oui. Petit, je lisais beaucoup de comics ; j’adorais les personnages de Marvel – mais pas seulement – et j’ai toujours aimé les gens qui sauvaient d’autres personnes. Peut-être est-ce parce que je m’appelle Salvador, et que ça veut dire « le sauveur » ? Peut-être que je porte ça, aussi. Mais c’est vrai qu'enfant, je rêvais beaucoup que je sauvais des gens. Le choix d’incarner Vincent s’est-il imposé de lui-même ? Oui et non. Oui au tout début, parce que j’ai pris l’habitude de jouer dans mes courts métrages, où il y a une dimension physique et corporelle, quelque chose qui m’excite en tant que spectateur. Quand j’ai commencé à écrire, c’était évident que je jouerais. Lorsque j’écris, j’ai u

En savoir plus
Cinéma

Vincent Macaigne

L'hypercatif trentenaire évoque pour nous le tournage de son nouveau film, 'Une histoire américaine' d'Armel Hostiou Depuis 2013, Vincent Macaigne est partout, que ce soit comme acteur de cinéma - dans 'Tonnerre' de Guillaume Brac ou 'Tristesse Club' de Vincent Mariette - ou metteur en scène de théâtre, avec son adaptation exubérante de 'L'Idiot' de Fédor Dostoïevski. Dans son nouveau film, 'Une histoire américaine' (lire ici notre critique du film), Macaigne incarne un trentenaire français perdu à New York dans le vain espoir de reconquérir son ex. Une belle occasion pour nous de rencontrer le surproductif Macaigne un samedi matin, entre le montage nocturne de son propre film et son départ pour un tournage en costumes en Pologne. Et d'évoquer avec lui cette mélancolique 'Histoire américaine', sa dynamique minimaliste et sa part d'improvisation. Interviews Jessica Hausner Réalisatrice, scénariste et productrice autrichienne, Jessica Hausner a également été membre du jury au Festival de Cannes en 2011 et à la Mostra de Venise en 2014. Son dernier film, au scénario farfelu et à l'interprétation de haut niveau, 'Amour Fou', a fait partie de la sélection « Un certain regard » du Festival de Cannes. Il retrace l'histoire d'un jeune poète romantique accablé par la vie et ses désillusions, qui décide de se donner la mort, mais refuse de l'affronter seul. Il cherche donc l'heureuse élue qui acceptera de le suivre dans ce suicide amoureux, grandement inspiré de celui du poète alleman

En savoir plus
Cinéma

Bertrand Bonello

Entre la sortie de 'Saint-Laurent' et son installation 'Résonances' au Centre Pompidou, on a croisé Bertrand Bonello pour parler avec lui de cinéma, de musique, de grâce et d'autobiographie. Rencontre.  On qualifie souvent votre cinéma d'« esthétique » ? Qu'est-ce que cela vous évoque ? C'est un drôle de débat, parce que le terme, au moins en France, peut avoir une connotation presque péjorative, qui fait appel à la publicité, avec un côté clip, factice, alors que l'esthétique, c'est d'abord juste une manière d'aborder le visuel. Même la non-esthétique, ou ce qui prétend s'en affranchir, est une forme d'esthétique. Plus roublarde, mais c'en est une. Plutôt que d'esthétique, on pourrait plutôt parler à votre sujet de cinéma sensoriel, qui travaille la sensualité de l'image, hors de tout message à proprement parler. L'idée, ce n'est pas d'avoir un sujet. A la limite, ce serait déjà d'avoir un lieu : le lieu de la maison close pour 'L'Apollonide', les lieux fréquentés par Saint Laurent pour ce film... Mais il s'agit en fait de parler d'autre chose, et à partir de ce lieu, de créer des moments. D'où une certaine durée des scènes, aussi, parce qu'elles ne peuvent pas seulement être là pour dire ce qui se passe et faire avancer l'histoire. L'histoire de Saint Laurent, très honnêtement, on ne peut pas vraiment dire qu'elle soit passionnante. Du coup, il faut créer des moments passionnants, précisément parce qu'il n'y a pas d'événement. C'était un des défis de l'écriture. Or, pour

En savoir plus