Cinéma

Films à voir, salles et festivals à Paris

Cinéma

L'Etrange Festival

L'incontournable rendez-vous du cinéma déviant, du 3 au 13 septembre au Forum des Images.

En savoir plus
Cinéma

10 films pour la rentrée

Diaporama • Notre sélection des longs métrages les plus prometteurs des prochains mois.

En savoir plus
Cinéma

Expo Martin Scorsese à la Cinémathèque

A partir du 14 octobre, la Cinémathèque rendra hommage au réalisateur des 'Affranchis' et 'Taxi Driver, entre une grande expo et une rétrospective de ses films.

En savoir plus
Cinéma

Rencontre avec Miguel Gomes

Entretien avec le passionnant réalisateur des 'Mille Et Une Nuits' autour de son film-fleuve, à mi-chemin entre poétique et politique, fiction et documentaire, poésie sociale et contes de la crise économique.

En savoir plus

Notre sélection des meilleurs films en salles

Cinéma

Cemetery of Splendour

Que les amateurs du cinéma d’Apichatpong Weerasethakul se réjouissent : ‘Cemetery of Splendour’ prolonge avec autant de poésie que de cohérence l’œuvre du Thaïlandais.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Love

Gaspar Noé revient avec ses obsessions, et c'est toujours aussi bon.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Summer

Estival et sensuel, le long métrage d’Alanté Kavaïté s'affirme comme un parfait film de saison.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

La Isla mínima

Auréolé de dix Goya, un polar espagnol aux airs de ‘True Detective’ hanté par le franquisme.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Les Mille Et Une Nuits

Les deux premiers volets du génial film-fleuve de Miguel Gomes sont en salles. De Shéhérazade au Portugal en crise, c'est notre marathon ciné de l'été.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Voir toute notre sélection des meilleurs films en salles

Dans l'actu

Le blog

Cinéma en plein air avec le Festival Silhouette

Comme chaque année, les amateurs de courts métrages et les amoureux de cinéma à la belle étoile se retrouveront, dès la fin août, au parc de la Butte du Chapeau Rouge (19e).

En savoir plus
Le blog

Le reboot, cette science inexacte

Au fond, un reboot de film, c’est un peu comme si on tentait de se remettre avec une ex : l’espoir se ravive, la volonté se pare de son plus bel habit, bref, tout le monde y met un peu du sien pour faire mieux que la dernière fois. Tenter de surpasser l’histoire originale, c’est sans doute ce qu’ont voulu faire les producteurs des '4 Fantastiques', sorti mercredi dernier en salles, onze ans après la première adaptation. Au vu de l’accueil réservé à Miles Teller et ses sbires (mauvaises critiques, le réalisateur qui se lâche sur les conditions de travail, etc.), ces mêmes producteurs ont dû se dire qu’il aurait peut-être mieux fallu rester sur l’impression laissée par les roucoulements d’antan. Et pourtant, Sony, dans le rôle de l’éternel romantique, vient d’annoncer une série de reboots qui verront le jour à partir de 2016, notamment celui de 'Jumanji', film culte sorti en 1995 avec le très regretté Robin Williams. Quand on sait que la logique qui suit est généralement économique, le romantisme prend sacrément du plomb dans l’aile. Comment faire alors pour parvenir à trouver l’équilibre entre le respect de la formule passée tout en apportant un nouveau souffle ? Pour aider à s’y retrouver et pour inspirer ou non quelques producteurs zélés, Time Out vous propose une petite liste des reboots qui se sont attiré les foudres de la presse, voire celles des spectateurs, voire les deux, ou alors des éloges à n’en plus finir. A en donner la migraine aux scientifiques. 1/'The Amazing

En savoir plus
Le blog

Top 5 des prochains films attaqués par l'association Promouvoir

Il va désormais falloir montrer sa carte d’identité pour voir l’amour léché sur grand écran. Suite à une plainte de l’association chrétienne Promouvoir, 'Love', le sulfureux film de Gaspar Noé, a vu son visa d’exploitation suspendu par le tribunal administratif de Paris. A l'origine interdit aux moins de 16 ans, il sera désormais réservé aux plus de 18 ans. Au delà de la (nouvelle) quantité de salive dont vont user les défenseurs du film et ses détracteurs, l’attaque de Promouvoir n’est pas la première du genre.  En effet, son avocat et fondateur André Bonnet, défenseur des valeurs « judéo-chrétiennes » et proche de la Manif Pour Tous, semble avoir fait de l’interdiction des visas d’exploitation de films contraires à ces « valeurs » son cheval de bataille. 'Nymphomaniac' de Lars Von Trier, 'Saw 3D' de Kevin Greutert, 'Baise-moi' de Virginie Despentes : tous ont subi les foudres de Promouvoir et vu leur visa suspendu. Et quand on sait que 'La Vie d’Adèle' est également sous le coup de cette même suspension, on se dit qu’on ne risque pas de voir le nom d'André Bonnet disparaître tout de suite. On peut même s’estimer heureux que certaines œuvres soient passées entre les mailles du filet. Time Out s’est amusé à rédiger une liste non exhaustive des films qu’aurait pu attaquer l’association. Top 5.   1/ 'L’Inconnu du lac' d’Alain Guiraudie    © DR   Des naturistes, des hommes tout nus qui s’embrassent et une affiche interdite à Versailles : mais où était donc André Bonnet

En savoir plus
Le blog

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Woody Allen, sans jamais oser le demander

Faut-il encore présenter Allan Stewart Königsberg ? Ah, ça ne vous dit rien ? Si on vous dit qu'il a réalisé 'Annie Hall', 'Manhattan', 'La Rose pourpre du Caire', 'Match Point'... Oui, l'homme est plus connu sous le nom de Woody Allen. Ses lunettes à triple foyer, sa chevelure rebelle, ses chemises à carreaux, ses pantalons en velours à cannelures remontés jusqu'à la taille font de lui davantage qu'un cinéaste, un véritable personnage de fiction. Les mains fourrées dans les poches, il ne les sort que pour se gratter le front réfléchissant à son existence futile et angoissante. Woody Allen a longtemps incarné l'archétype de l'intellectuel new-yorkais, en proie aux torpeurs de la vie, maladroit lorsqu'il s'agit d'aborder les femmes. Dans ses films, il met ses acteurs en analyse, explore les tréfonds de l'âme jusqu'à plus soif, farfouille dans les mystères de la sexualité des hommes et les douleurs de l'amour. Né en 1935, Woody Allen aura 80 ans cette année. Sa longue carrière de réalisateur lui a apporté le respect de ses pairs mais, face au mythe, la réalité est parfois plus amère. Les aléas de sa vie privée l'ont ainsi mêlé à quelques scandales, notamment son mariage avec la fille qu'il a adoptée avec Mia Farrow et les accusations d'attouchements sexuels sur une autre fille adoptive, Dylan Farrow. Plus les rides de Woody Allen se creusent, et plus le mystère croît. A tel point que Judith Perrignon, journaliste, rom

En savoir plus
Le blog

Radio Classique fait son cinéma

Vous êtes du genre à écouter les B.O. de vos films préférés ? Ce concert organisé par Radio Classique est fait pour vous. Le 18 septembre prochain, rendez-vous au Grand Rex, habillez vos oreilles de leur habit de lumière et laissez-vous porter par ces pépites du septième art, interprétées par l'Orchestre National d'Ile-de-France, sous la direction du chef d'orchestre danois Thomas Sondergard. Mais « let the music do the talking » comme dirait Aerosmith, avec des extraits de bandes originales qui seront diffusées par Radio Classique, histoire de vous mettre l'eau à la bouche. 1- 'Death in Venice' de Luchino Visconti (1971) - Musique de Gustav Mahler   2- 'Apocalypse Now' de Francis Ford Coppola (1979) - Musique de Carmine Coppola (extrait de "The End" des Doors)   3- 'Le Dictateur' de Charlie Chaplin (1940) - Musique de Charlie Chaplin et Meredith Wilson (extraits musicaux de Johannes Brahms, Richard Wagner)     Quoi ? • Radio Classique fait son cinéma. Quand ? • Le vendredi 18 septembre 2015 à 20h. Où ? • Le Grand Rex, 1 boulevard Poissonnière, Paris 9e.  

En savoir plus

Plus de films en salles

Cinéma

Mission: Impossible - Rogue Nation

Existe-t-il un héros de film d’action moins intéressant qu’Ethan Hunt ?

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Absolutely Anything

Force est de constater que les Anglais sont capables des mêmes forfaits que les pires comédies françaises.

La note de Time Out
  • 2 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

While We're Young

Noah Baumbach nous avait habitués à mieux : son dernier long métrage accumule les clichés.

La note de Time Out
  • 2 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Nos futurs

Pio Marmaï et Pierre Rochefort dans un film adroit et bienveillant sur l’amitié et le passage à l’âge adulte.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Plus de films

Anthologies thématiques

Cinéma

Les 50 meilleurs films de science-fiction

Des Martiens, des manipulations génétiques et des ordinateurs pervers dans notre guide du film de SF.

En savoir plus
Cinéma

Les 50 meilleurs films d'horreur

Zombies, vampires, exorcismes, empalements et trépanations... Vous en reprendrez bien un petit coup ?

En savoir plus
Cinéma

Les 50 meilleurs films d'amour

Eh oui, les histoires d'amour, ça finit généralement mal... mais ça permet de faire de beaux films !

En savoir plus
Cinéma

Les 100 meilleurs films français

Les 100 plus grands films du cinéma d'auteur français, de Georges Méliès à Leos Carax. Et inversement.

En savoir plus
Cinéma

Les meilleurs films de 2014

Des suggestions des meilleurs films de l'année passée, à voir ou à revoir.

En savoir plus

Nos collections de films à voir

Cinéma

10 films gratuits à voir en streaming

En savoir plus
Cinéma

Guide du thriller au cinéma

En savoir plus
Cinéma

Guide du film d'animation

En savoir plus
Cinéma

Cinéma transgressif

En savoir plus
Cinéma

10 films à voir adaptés de bandes dessinées

En savoir plus
Cinéma

10 films à voir : Paris au cinéma, 1926-1967

En savoir plus
Voir toutes nos collections

Interviews

Cinéma

Lisandro Alonso

Depuis le début des années 2000, le cinéaste argentin Lisandro Alonso creuse le sillon très personnel d'un cinéma onirique, au minimalisme singulier et radical. Pour son nouveau film, 'Jauja', le réalisateur a fait équipe avec Viggo Mortensen comme producteur et acteur principal pour accoucher d'un petit bijou de cinéma primitif et sensoriel (lire notre critique du film). Rencontre. A travers l’utilisation d’un format carré, la fixité de ses plans ou l'épure de ses dialogues, ‘Jauja’ paraît lorgner vers les origines du cinéma, évoquant parfois les films des frères Lumière. S’agissait-il d’une démarche délibérée, volontaire de votre part ? Concernant le format carré, ce n’était pas vraiment une volonté particulière : c’est un format qu’on a trouvé accidentellement, par hasard, suite à des erreurs de labo. Actuellement, le cinéma tend de plus en plus vers le divertissement de consommation rapide, que les technologies poussent vers le digital et la nouveauté permanente. En même temps, il est encore possible de travailler en noir et blanc, d’insérer des intertitres. Ou de choisir un format carré. Tout reste encore possible pour des films à contre-courant. Par ailleurs, je suis ravi de cette analogie avec les frères Lumière, qui représentent pour moi la définition-même du cinéma. C’est ce que j’admire le plus : un cinéma en totale expérimentation, un questionnement de toutes parts, sur tous les registres. Pour moi, le cinéma c’est d’abord ce questionnement, cette recherche. On

En savoir plus
Cinéma

Thomas Salvador

Voici l'une des plus jolies surprises de ce début d'année 2015 : 'Vincent n'a pas d'écailles' de Thomas Salvador, tour à tour film d'auteur, comédie romantique et histoire de super-héros décalé, dont le protagoniste principal (interprété par le cinéaste lui-même) développe de fabuleux pouvoirs au contact de l'eau. Combinant une rare fraîcheur à une impeccable maîtrise sur le plan de la réalisation, 'Vincent n'a pas d'écailles' développe un ton délicieusement singulier, à la fois malin, distancié et extrêmement attachant. Rencontre avec son auteur, réalisateur et interprète, le discret et charmant Thomas Salvador (lire notre critique complète du film). Time Out Paris : Après avoir vu votre film, on se demande si vous avez rêvé, enfant, d’être un super-héros.  Thomas Salvador : Sans doute, oui. Petit, je lisais beaucoup de comics ; j’adorais les personnages de Marvel – mais pas seulement – et j’ai toujours aimé les gens qui sauvaient d’autres personnes. Peut-être est-ce parce que je m’appelle Salvador, et que ça veut dire « le sauveur » ? Peut-être que je porte ça, aussi. Mais c’est vrai qu'enfant, je rêvais beaucoup que je sauvais des gens. Le choix d’incarner Vincent s’est-il imposé de lui-même ? Oui et non. Oui au tout début, parce que j’ai pris l’habitude de jouer dans mes courts métrages, où il y a une dimension physique et corporelle, quelque chose qui m’excite en tant que spectateur. Quand j’ai commencé à écrire, c’était évident que je jouerais. Lorsque j’écris, j’ai u

En savoir plus
Cinéma

Vincent Macaigne

L'hypercatif trentenaire évoque pour nous le tournage de son nouveau film, 'Une histoire américaine' d'Armel Hostiou Depuis 2013, Vincent Macaigne est partout, que ce soit comme acteur de cinéma - dans 'Tonnerre' de Guillaume Brac ou 'Tristesse Club' de Vincent Mariette - ou metteur en scène de théâtre, avec son adaptation exubérante de 'L'Idiot' de Fédor Dostoïevski. Dans son nouveau film, 'Une histoire américaine' (lire ici notre critique du film), Macaigne incarne un trentenaire français perdu à New York dans le vain espoir de reconquérir son ex. Une belle occasion pour nous de rencontrer le surproductif Macaigne un samedi matin, entre le montage nocturne de son propre film et son départ pour un tournage en costumes en Pologne. Et d'évoquer avec lui cette mélancolique 'Histoire américaine', sa dynamique minimaliste et sa part d'improvisation. Interviews Jessica Hausner Réalisatrice, scénariste et productrice autrichienne, Jessica Hausner a également été membre du jury au Festival de Cannes en 2011 et à la Mostra de Venise en 2014. Son dernier film, au scénario farfelu et à l'interprétation de haut niveau, 'Amour Fou', a fait partie de la sélection « Un certain regard » du Festival de Cannes. Il retrace l'histoire d'un jeune poète romantique accablé par la vie et ses désillusions, qui décide de se donner la mort, mais refuse de l'affronter seul. Il cherche donc l'heureuse élue qui acceptera de le suivre dans ce suicide amoureux, grandement inspiré de celui du poète alleman

En savoir plus
Cinéma

Bertrand Bonello

Entre la sortie de 'Saint-Laurent' et son installation 'Résonances' au Centre Pompidou, on a croisé Bertrand Bonello pour parler avec lui de cinéma, de musique, de grâce et d'autobiographie. Rencontre.  On qualifie souvent votre cinéma d'« esthétique » ? Qu'est-ce que cela vous évoque ? C'est un drôle de débat, parce que le terme, au moins en France, peut avoir une connotation presque péjorative, qui fait appel à la publicité, avec un côté clip, factice, alors que l'esthétique, c'est d'abord juste une manière d'aborder le visuel. Même la non-esthétique, ou ce qui prétend s'en affranchir, est une forme d'esthétique. Plus roublarde, mais c'en est une. Plutôt que d'esthétique, on pourrait plutôt parler à votre sujet de cinéma sensoriel, qui travaille la sensualité de l'image, hors de tout message à proprement parler. L'idée, ce n'est pas d'avoir un sujet. A la limite, ce serait déjà d'avoir un lieu : le lieu de la maison close pour 'L'Apollonide', les lieux fréquentés par Saint Laurent pour ce film... Mais il s'agit en fait de parler d'autre chose, et à partir de ce lieu, de créer des moments. D'où une certaine durée des scènes, aussi, parce qu'elles ne peuvent pas seulement être là pour dire ce qui se passe et faire avancer l'histoire. L'histoire de Saint Laurent, très honnêtement, on ne peut pas vraiment dire qu'elle soit passionnante. Du coup, il faut créer des moments passionnants, précisément parce qu'il n'y a pas d'événement. C'était un des défis de l'écriture. Or, pour

En savoir plus