Cinéma

Films à voir, salles et festivals à Paris

Cinéma

10 films à voir pour célébrer Paris

De Truffaut à Garrel en passant par Rivette, Carax ou Nolan : notre sélection des meilleurs films où la Ville Lumière resplendit au cinéma.

En savoir plus

Notre sélection des meilleurs films en salles

Cinéma

Le Trésor

Intrigue minimale mais comique de situation au summum.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

La Terre et l'Ombre

Un premier film colombien, languide et sensuel, d’une bouleversante sobriété.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Anomalisa

Inédit dans sa forme, interrogateur sur le fond, le nouveau film de Charlie Kaufman est une belle anomalie cinématographique.  

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Mysterious Object at Noon

Le premier long métrage d’Apichatpong Weerasethakul : un cadavre exquis surréaliste, malin et fascinant.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Spotlight

Ou comment un film, traitant d'un sujet grave et sensible, parvient à redonner foi en un monde meilleur.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Voir toute notre sélection des meilleurs films en salles

Dans l'actu

Le blog

Portrait de cinéaste : Miguel Gomes ('Tabou', 'Les Mille et Une Nuits') en 7 questions

Première édition de nos portraits chinois de cinéastes avec le génial Miguel Gomes, à l'occasion de la sortie en DVD de ses 'Mille Et Une Nuits'.

En savoir plus
Cinéma

Cinékids

Le rendez-vous des petits cinéphiles âgés de 18 mois à 7 ans, au Forum des Images.

En savoir plus
Le blog

Du cinéma gratuit au Studio Galande, avec 'Inferno d'August Strindberg'

Tous les lundis et mercredis soirs, Kafard Films et le Studio Galande proposent des séances gratuites pour 'Inferno d'August Strindberg' de Paul-Anthony Mille.

En savoir plus
Le blog

Depardieu à la Cinémathèque : 50 nuances de Gégé

Une appétissante rétrospective à la Cinémathèque française, jusqu’au 27 février.

En savoir plus
Le blog

Le CiNéMa Club, une salle de ciné gratuite sur internet

Une salle de cinéma, un film rare voire méconnu et puis vous, confortablement installé dans votre canapé ou dans votre lit. Ca a tout l’air d’un rêve. C’est une réalité depuis quelques semaines.

En savoir plus

Plus de films en salles

Cinéma

Beira-Mar ou l'âge des premières fois

Une 'Vie d'Adèle' au masculin, prenant pour décor le bord de mer brésilien. 

La note de Time Out
  • 2 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

The Danish Girl

Une belle histoire d'amour et de femmes qui pourrait damer le pion à 'Carol'.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Bang gang, une histoire d'amour moderne

Malgré son titre lorgnant vers le porno-chic (ou pas chic du tout, d'ailleurs), ‘Bang Gang’ cherche avant tout à montrer la fragilité intime de ses jeunes lycéens.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Cinéma

Back Home

Le nouveau long métrage, sobre et délicat, de Joachim Trier, le réalisateur du brillant et poignant 'Oslo, 31 août'.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Plus de films

Films à voir : sélections par genres

Cinéma

Les 100 meilleurs films français

Les 100 plus grands films du cinéma d'auteur français, de Georges Méliès à Leos Carax. Et inversement.

En savoir plus
Cinéma

Les 50 meilleurs films de science-fiction

Des Martiens, des manipulations génétiques et des ordinateurs pervers dans notre guide du film de SF.

En savoir plus
Cinéma

Les 50 meilleurs films d'horreur

Zombies, vampires, exorcismes, empalements et trépanations... Vous en reprendrez bien un petit coup ?

En savoir plus
Cinéma

Les 50 meilleurs films d'amour

Eh oui, les histoires d'amour, ça finit généralement mal... mais ça permet de faire de beaux films !

En savoir plus
Cinéma

Guide du film d'animation

Le meilleur du cinéma d'animation en quinze films incontournables

En savoir plus
Voir toutes nos anthologies de films par genres

Films à voir selon les envies

Cinéma

10 films à voir gratuitement si vous êtes fauchés

En savoir plus
Cinéma

10 films à voir pour arrêter de boire

En savoir plus
Cinéma

12 films à voir en attendant la fin du monde

En savoir plus
Cinéma

13 films à voir pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux

En savoir plus
Cinéma

10 films à voir pour les amateurs de bande dessinée

En savoir plus
Cinéma

10 films à voir la bouche pleine

En savoir plus
Voir toutes nos collections de films par envies

Interviews

Cinéma

Miguel Gomes

Après le superbe et nostalgique 'Tabou' en 2012, on se réjouit de retrouver Miguel Gomes tout au long de cet été avec 'Les Mille et Une Nuits', ambitieux projet en trois volumes qui fit l'événement de la Quinzaine des réalisateurs au dernier Festival de Cannes. Une trilogie incroyable pour un ensemble de plus de six heures, sur laquelle le cinéaste portugais, l'un des plus doués et audacieux de sa génération, est revenu avec nous.   Time Out Paris : Après le succès de ‘Tabou’, comment avez-vous conçu le projet, a priori très diffférent, de ce film-fleuve que vous avez vous-même qualifié d’« impossible » ? Miguel Gomes : Pour ‘Tabou’, j’avais deux envies de cinéma très différentes. La première était liée à l’observation du quotidien, à Lisbonne, à des histoires d’immeubles… Bref, à quelque chose de très proche de moi. Et d’un autre côté, j’avais un désir de cinéma en Afrique, presque d’un film hollywoodien des années cinquante. C’était deux directions très différentes, deux mondes qu’on n’associe généralement pas, mais que j’avais envie de réunir dans un même film. Là, c’est un peu la même chose qui s’est passée. D’une part, j’ai toujours eu une grande fascination pour les contes des ‘Mille et Une Nuits’, par leur promesse d’une narration infinie. Et parrallèlement, comme dix millions de Portugais, j’ai été confronté à une nouvelle logique imposée à notre société, broyée par une crise économique et sociale. De toute ma vie, je n’ai aucun souvenir d’une période comparable au

En savoir plus
Cinéma

Lisandro Alonso

Depuis le début des années 2000, le cinéaste argentin Lisandro Alonso creuse le sillon très personnel d'un cinéma onirique, au minimalisme singulier et radical. Pour son nouveau film, 'Jauja', le réalisateur a fait équipe avec Viggo Mortensen comme producteur et acteur principal pour accoucher d'un petit bijou de cinéma primitif et sensoriel (lire notre critique du film). Rencontre. A travers l’utilisation d’un format carré, la fixité de ses plans ou l'épure de ses dialogues, ‘Jauja’ paraît lorgner vers les origines du cinéma, évoquant parfois les films des frères Lumière. S’agissait-il d’une démarche délibérée, volontaire de votre part ? Concernant le format carré, ce n’était pas vraiment une volonté particulière : c’est un format qu’on a trouvé accidentellement, par hasard, suite à des erreurs de labo. Actuellement, le cinéma tend de plus en plus vers le divertissement de consommation rapide, que les technologies poussent vers le digital et la nouveauté permanente. En même temps, il est encore possible de travailler en noir et blanc, d’insérer des intertitres. Ou de choisir un format carré. Tout reste encore possible pour des films à contre-courant. Par ailleurs, je suis ravi de cette analogie avec les frères Lumière, qui représentent pour moi la définition-même du cinéma. C’est ce que j’admire le plus : un cinéma en totale expérimentation, un questionnement de toutes parts, sur tous les registres. Pour moi, le cinéma c’est d’abord ce questionnement, cette recherche. On

En savoir plus
Cinéma

Bertrand Bonello

Entre la sortie de 'Saint-Laurent' et son installation 'Résonances' au Centre Pompidou, on a croisé Bertrand Bonello pour parler avec lui de cinéma, de musique, de grâce et d'autobiographie. Rencontre.  On qualifie souvent votre cinéma d'« esthétique » ? Qu'est-ce que cela vous évoque ? C'est un drôle de débat, parce que le terme, au moins en France, peut avoir une connotation presque péjorative, qui fait appel à la publicité, avec un côté clip, factice, alors que l'esthétique, c'est d'abord juste une manière d'aborder le visuel. Même la non-esthétique, ou ce qui prétend s'en affranchir, est une forme d'esthétique. Plus roublarde, mais c'en est une. Plutôt que d'esthétique, on pourrait plutôt parler à votre sujet de cinéma sensoriel, qui travaille la sensualité de l'image, hors de tout message à proprement parler. L'idée, ce n'est pas d'avoir un sujet. A la limite, ce serait déjà d'avoir un lieu : le lieu de la maison close pour 'L'Apollonide', les lieux fréquentés par Saint Laurent pour ce film... Mais il s'agit en fait de parler d'autre chose, et à partir de ce lieu, de créer des moments. D'où une certaine durée des scènes, aussi, parce qu'elles ne peuvent pas seulement être là pour dire ce qui se passe et faire avancer l'histoire. L'histoire de Saint Laurent, très honnêtement, on ne peut pas vraiment dire qu'elle soit passionnante. Du coup, il faut créer des moments passionnants, précisément parce qu'il n'y a pas d'événement. C'était un des défis de l'écriture. Or, pour

En savoir plus
Cinéma

Vincent Macaigne

L'hypercatif trentenaire évoque pour nous le tournage de son nouveau film, 'Une histoire américaine' d'Armel Hostiou Depuis 2013, Vincent Macaigne est partout, que ce soit comme acteur de cinéma - dans 'Tonnerre' de Guillaume Brac ou 'Tristesse Club' de Vincent Mariette - ou metteur en scène de théâtre, avec son adaptation exubérante de 'L'Idiot' de Fédor Dostoïevski. Dans son nouveau film, 'Une histoire américaine' (lire ici notre critique du film), Macaigne incarne un trentenaire français perdu à New York dans le vain espoir de reconquérir son ex. Une belle occasion pour nous de rencontrer le surproductif Macaigne un samedi matin, entre le montage nocturne de son propre film et son départ pour un tournage en costumes en Pologne. Et d'évoquer avec lui cette mélancolique 'Histoire américaine', sa dynamique minimaliste et sa part d'improvisation. Interviews Jessica Hausner Réalisatrice, scénariste et productrice autrichienne, Jessica Hausner a également été membre du jury au Festival de Cannes en 2011 et à la Mostra de Venise en 2014. Son dernier film, au scénario farfelu et à l'interprétation de haut niveau, 'Amour Fou', a fait partie de la sélection « Un certain regard » du Festival de Cannes. Il retrace l'histoire d'un jeune poète romantique accablé par la vie et ses désillusions, qui décide de se donner la mort, mais refuse de l'affronter seul. Il cherche donc l'heureuse élue qui acceptera de le suivre dans ce suicide amoureux, grandement inspiré de celui du poète alleman

En savoir plus