Le Drapeau de la Fidélité

Restaurants , Français Vaugirard
Notre sélection
  • 4 sur 5 étoiles
  • 4 sur 5 étoiles
(6 Appréciations)
34 J'aime
Epingler
© NC / Time Out

Pour trouver une petite place ici, il faudra jouer des coudes, se contenter d’un bout de table peut-être, et venir tôt (la cuisine ferme à 20h30, l’établissement à 22h). Mais le jeu en vaut largement la chandelle. Ouvert depuis 1985, ce restaurant caché dans une ruelle du 15e arrondissement n’a quasiment pas augmenté ses prix en vingt-cinq ans (la bière à 1,50 euros, qui dit mieux ?).

Le patron, Monsieur Quan, ancien professeur de philosophie vietnamien, propose une cuisine simple et copieuse dans un décor hautement improbable. Les murs boisés sont tapissés de romans et d’essais métaphysiques, l’ancien drapeau de l’Etat du Vietnam flotte fièrement au-dessus du bar (le tenancier, débarqué en France en 1976 avec le statut de réfugié politique, n’est pas franchement fan des communistes) et l’interrupteur des toilettes déclenche une radio qui, pour accompagner votre moment d’intimité, crache le meilleur de la variété française des années 1980.

Un joyeux bordel donc, mais peu importe, ici on aime la convivialité et la bonne humeur. Côté assiette, tout est à 6 euros (5 pour les étudiants et les chouchous du cuisinier) : bo-bun aux spaghettis, assortiment de nems, porc au caramel, entrecote et frites, etc. Les quelques plats au menu sont sans prétention mais maîtrisés et généreux. D’autant plus qu’ici, il ne s’agit pas seulement de se remplir la panse (même si vous sortirez largement repu).

En effet, si l’envie vous prend de vous nourrir l’esprit, les essais philosophiques de Monsieur Quan figurent également sur la carte, et attention, car l’homme aurait trouvé « la panacée universelle à tous les maux du genre humain »…

Nom du lieu Le Drapeau de la Fidélité
Contact
Adresse 21 rue Copreaux
15e
Paris

Heures d'ouverture Du lundi au samedi de 15h à 22h
Transport Métro : Volontaires
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?

Average User Rating

4.3 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:5
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:1
LiveReviews|6
NaN people listening
Stef
1 of 1 found helpful

Tu as raison Monsieur Chapeau le Bo Bun est vraiment excellent, et à ce prix là ya même pas à hésiter! ;) Par contre, effectivement, il faut venir tôt pour avoir la chance de trouver de la place.

Linh-Lan D
tastemaker

Le Drapeau de la Fidélité c'est une institution. Rares sont les patrons d'établissements qui réfléchissent avec leur coeur à Paris. Pham Cong Quan est l'un d'entre eux. Son dada, c'est le capitalisme humanitaire, en gros il aime tout le monde et il pense que l'amour va guérir de tous les maux - il a en partie raison. Dans ce petit café-librairie aux étagères un peu poisseuses, où la radio se met à brailler à fond dans les toilettes, les étudiants désargentés, les ouvriers et les bobos se côtoient. Non on ne vient pas pour déguster de la sublime cuisine fusion, ici c'est à la bonne franquette. Les prix sont restés inchangés depuis l'an dix. Pham Cong Quan nourrit les étudiants (plats à 5 euros seulement), ce n'est pas de la grande cuisine mais c'est roboratif. Perso ma préférence va aux spaghetti carbonara ou au porc au caramel, comme à la maison. On vient avant tout pour l'ambiance, pour rigoler avec son voisin et discuter philosophie dans un français un peu maladroit avec l'adorable patron. Je vous invite à regarder ce petit reportage pour le connaître mieux. http://www.dailymotion.com/video/xuxehn_pham-cong-quan-portrait-d-un-refugie-politique-vietnamien_news 

PS : c'est ouvert tous les jours, parce que M. Pham Cong Quan est un gros bosseur.

EmixamTobas

C'est un peu au milieu de nulle part, tu passes en fin d'aprèm dans une petite rue devant une start up en rdc où deux types jouent au ping pong puis t'arrives là devant. L'impression d'entrée à la tête de sanglier, le bar miteux dans Harry Potter où il réunit l'ordre du Phoenix. Sauf que la tête de sangliée a pour gérant le frère de Dumbledore. Ici, c'est à peu près pareil. Vieux carreaux, vieille déco, vieux tenanciers et vieux bouquins. Et là, tu te marres, tu discutes bien, tu bouffes bien pour le prix et puis zou, c'est un très bon moment au final.

Clotilde G

Mon repaire en cas de fainéantise culinaire le soir après le travail et mon péché mignon. Mention spéciale aux sous-marin, mélange de bière et de calva.    

Alexis B
0 of 2 found helpful

Très enthousiaste au vu des critiques, très déçu en sortant...
Des nems secs et tièdes, des morceaux de steak haché visiblement industriels dans le bo bun, une serveuse qui pose tous les couverts sur le bord de la table (on se débrouille soi-même aussi pour se passer les plats), et qui peine à nous renseigner sur la carte, ne parlant apparemment pas très bien le français...

Certes le prix est imbattable, mais la qualité des plats et le service ne sont pas à la hauteur.

Ceci n'est pas une vengeance, une critique venant de la concurrence, ou un quelconque témoignage de mauvaise foi, simplement mon avis, partagé par mes 3 convives

Plus de lieux

De nos partenaires