Nakagawa

1/9
© Charlotte Fouillet
2/9
© Charlotte Fouillet
3/9
© Charlotte Fouillet
4/9
© Charlotte Fouillet
5/9
© Charlotte Fouillet
6/9
© Charlotte Fouillet
7/9
© Charlotte Fouillet
8/9
© Charlotte Fouillet
9/9
© Charlotte Fouillet
Nord-Est de Paris

Une fois n’est pas coutume, ce restaurant japonais ne se planque pas aux alentours de la rue Sainte-Anne, mais à Belleville, en plein quartier chinois. On passe devant, presque par hasard. Et on se décide à entrer, happé par le léger fumet mêlant anguille grillée, soupe miso et tempura qui vient vous picoter l’appétit. A l’intérieur, une petite salle, avec vue sur l’église Saint-Jean-Baptiste, ou quelques places au comptoir, face au chef. A la carte du déjeuner, des menus basiques sushis-soupe-salade-riz entre 11 et 15 euros qui font la part belle à des assortiments un peu plus chers (entre 15 et 20 euros), mais plus variés.

Les niguiris (appelés plus communément sushis) sont vraiment excellents. On succombe au fondant et à la fraîcheur du saumon et de la crevette. Et attention, car ici le wasabi est déjà présent entre la tranche de poisson et le riz. Cela peut surprendre à la première bouchée (oui, ça pique), mais le goût du poisson est ainsi subtilement rehaussé. On trouve également quelques plats panés comme le tonkatsu (porc) ou les kara agué (beignets de poulet), des accompagnements un peu particuliers tels que le tofu frit, le concombre vinaigré ou… le natto.

Aaaah le natto ! Voilà une spécialité vraiment atypique, et c’est le moins que l’on puisse dire puisqu’il s’agit certainement de l’un des mets les plus bizarres de la cuisine japonaise (voire de la cuisine tout court). Obtenu par la fermentation de graines de soja, le natto est à la fois aigre et gluant. Si vous osez le commander, le serveur – probablement impressionné par votre témérité gustative –, se fera une joie de venir vous expliquer les origines de ce plat et la bonne marche à suivre pour le déguster.

Pour accompagner votre repas, on vous propose de la bière japonaise, du thé au riz ou au jasmin (que l’on vous ressert si votre verre est vide – pour 1,50 euros, il ne faut pas s’en priver), ou encore un excellent saké au goût bien fruité servi chaud au verre (2,50 € les 5cl), au pichet ou à la bouteille. Enfin par gourmandise, on se laisse tenter par les quelques desserts à la carte aux goûts emblématiques de la cuisine japonaise : glace au thé vert et haricots rouges, dorayaki (gâteau aux haricots rouges) ou encore délicieux gâteau au thé vert qui se marie merveilleusement bien avec la glace déjà citée.

Nakagawa est donc une très bonne surprise, un restaurant sympathique duquel on ressort véritablement repu pour une somme bien raisonnable (comptez une vingtaine d’euros par personne, pas plus).

Nom du lieu Nakagawa
Contact
Adresse 9 rue Lassus
19e
Paris

Heures d'ouverture Du lundi au samedi de 19h30 à 22h30. Fermé le dimanche
Transport Métro : Jourdain
LiveReviews|0
1 person listening