Arch Woodmann + Splash Wave

Notre sélection

Impossible de ne pas se poser la question lorsqu’on tombe, un peu par hasard, sur le palmarès des Victoires de la musique : mais pourquoi donc privilégier chaque année des artistes qui vendent déjà des brouettes de disques ? C2C, Dominique A, Camille et consorts ont-ils vraiment besoin du soutien de cette institution ? Et pourquoi des artistes comme Arch Woodmann, après deux excellents albums et un EP tout aussi réussi en 2012, restent aussi peu (re)connus dans l’Hexagone ? Peut-être parce que sa musique (tout à fait accessible au demeurant) est moins consensuelle, sorte d’hybride entre NLF3, un Andrew Bird survitaminé et la pop impressionniste de The Sea And Cake. Si vous cherchez de quoi nourrir votre imaginaire et transporter un peu vos conduits auditifs, on ne peut que vous conseiller l’écoute d’un album comme ‘Mighty Scotland’ (par ici), superbement composé et produit, preuve du talent du bonhomme. Accompagné de trois autres musiciens, il jouera le 1er mars à la Mécanique Ondulatoire, pour la sortie de son troisième album auto-intitulé, avec en première partie Splash Wave. L’occasion idéale pour les découvrir, dans une ambiance conviviale et pour seulement 10 euros. Mais de rien.