Festival Chopin

DR

A l'aube de sa 30e édition, le Festival Chopin semble bel et bien inépuisable. Peu de compositeurs peuvent se targuer d'une telle longévité. Mais quel est le secret de cette réussite ? Peut-être que lorsqu'il s'agit de romantisme, le grand public ne se trompe pas. Chopin, c'est avant tout la délicatesse des émotions mise à la portée de tous. Sonates  en mineur, valses, nocturnes sont autant de représentations de notre belle et sombre condition humaine : émerveillement face à un paysage, nostalgie de l'enfance, fraîcheur des premières amours... L'élégance noire et blanche du touché du piano, et les mélodies tantôt solaires, tantôt hivernales ne se boudent pas. Comment ne pas se laisser bercer ? Soyons reconnaissant envers ce festival qui n'a pas peur des clichés et nous offre du Chopin dans une Orangerie remplie de chandelles, au milieu du paisible parc de Bagatelle. Rien à redire, les organisateurs savent y faire.

Mais c'est aussi l'homme à la santé fragile, l'immigré polonais que l'on met ici en avant. Car derrière la musique, se trouve un personnage attachant. La remarque ferait peut-être bondir les musicologues, mais Chopin semble aussi être adoré pour sa figure d'antihéros, dont la virilité musicale et personnelle est le cadet de ses soucis. La moulure de la main délicate du pianiste au musée de la Vie romantique, en est d'ailleurs peut-être l'incarnation. Pourtant, la fragile et courte existence de Chopin contraste avec l'énorme influence que le pianiste a eue sur ses successeurs. Celle-ci est donc partie prenante du festival rebaptisé « les pianos russes dans les pas de Chopin », notamment avec les œuvres des compositeurs russes et ukrainiens Liadov, Scriabine ou Bortkiewicz.

 

Téléphone de l'événement 01.45.00.22.19
Site Web de l'événement http://www.frederic-chopin.com/