MO'FO 2014

Le plus petit des grands festivals

0

Commentaires

Ajouter +

Du vendredi 24 au dimanche 26 janvier

Janvier : gueule de bois, réveillons mal digérés et tops de l'année passée. Voilà à quoi pourrait ressembler ces premières semaines de 2014 : des restes, des restes et encore des restes. Heureusement pour nous, le MO'FO veille et prouve une fois de plus que la musique vivra un peu plus longtemps que votre dernière dinde aux marrons. Alors si vous bloquez depuis six mois sur cette compil' de rock psyché circa 1967, et que vous êtes persuadé qu'elle constitue la pierre angulaire de la musique moderne, venez faire un tour au « plus petit des grands festivals ». Un vrai bon plan pour découvrir des artistes talentueux, sur deux scènes (+ une) et trois soirées, et renouveler sa discothèque dans une ambiance décontractée et unique, comme souvent aux Mains d'Œuvres de Saint-Ouen.

  • Happy Jawbone Family Band © DR

  • Orval Carlos Sibelius © DR

  • Jessica Pratt © DR

  • The Obits © DR

  • Electric Electric © DR

  • Cobra © DR

  • TV Ghost © DR

  • Cass McCombs © DR

  • Frank Fairfield © DR

  • Jeffrey Lewis © DR

  • Son Of © DR

Happy Jawbone Family Band © DR

Jessica Pratt, "Night Faces"

Vendredi 24 (de 19h à 3h), ça attaque fort aux Mains d'Œuvres. On vous conseille particulièrement les Happy Jawbone Family Band, apôtres d'une pop lo-fi sauvage et rêveuse qui n'est pas sans rappeler le très bon 'Monster Head Room' des Ganglians. Pour continuer sur ces touches Technicolor, dans une veine plus aérienne toutefois, on se laissera porter par Orval Carlos Sibelius et les excellents titres de 'Super Forma', album qui a tourné en boucle sur pas mal de platines en 2013. Pour finir, LA bonne surprise de cette première soirée sera sans doute le concert de Jessica Pratt. L'Américaine donne dans une folk très personnelle et sensible, évoquant parfois l'Incredible String Band. Preuve que les fleurs poussent même en hiver.

TV Ghost, "Wired Trap"

Fiévreux, intense et un peu déglingué : voilà à quoi ressemblera ce samedi 25 (de 18h à minuit) dans les bras du MO'FO. Pas grand-chose à éviter (à part peut-être Rhume - de saison - et Blackmail), surtout des groupes rares et/ou de qualité : les Ricains de The Obits, auteurs du passionnant 'I Blame You' en 2009, qui versent dans un rock nineties classique mais efficace (label Sub Pop oblige). Rayon français, les furieux d'Electric Electric donneront un coup de fouet à cette soirée avec leur math rock obsédant (ah, "La Centrale" !), alors que Cobra devrait plaire aux moins de 12 ans (mais pas que) avec son punk metal hautement débile et réjouissant. Les sceptiques pourront toujours se rabattre sur TV Ghost et leur post-punk noir, guitares bancales et ambiances maussades comprises.

Jeffrey Lewis & The Rain, "WWPRD"


Atterrissage en douceur (bravo au pilote) en ce dimanche 26 (de 17h à minuit), avec principalement des groupes et artistes pop et folk pas trop énervés mais souvent intéressants comme Cass McCombs ou le très roots Frank Fairfield. Pour ceux qui voudraient plus de rock, plus de volume et finir le week-end sur un coup d'éclat, le MO'FO en aura encore sous la semelle avec Jeffrey Lewis & The Rain ou les Son Of. Dimanche, jour idéal pour flâner et profiter des nombreuses activités dans le hall, comme un massage, des stands de disques, une kermesse pour bidouilleurs, un atelier pour les enfants, et bien sûr la cuisine du chef Winnie. Sûr que lundi vous aurez des choses à raconter à la machine à café.


A noter l’installation vivante à base d’instruments et d’animaux réalisée par le groupe Mein Sohn William, qui donnera également un concert chaque soir (jauge limitée à 100 personnes).


>>> Billet 1 jour de 20 à 25 euros, pass 3 jours de 50 à 55 euros. Le programme complet et plus d'infos par ici.


Continuer avec...

Rencontre avec Jiess, D.A. du MO'FO (édition 2013)

Intimement lié à son lieu d'accueil et à sa dynamique, le festival MO'FO propose cette année encore une programmation sur trois jours et deux scènes (MO' et FO') dans les murs de Mains d'Œuvres. A l'affiche, principalement des découvertes indé (rock, folk, pop, etc.), pour le plus grand plaisir des curieux ; aux commandes, Jiess, directeur artistique sur le festival et programmateur à l'année sur de nombreux événements à Paris et en Province. Nous l'avons rencontré pour évoquer le MO'FO bien sûr, mais aussi son métier et le regard qu'il porte sur l'industrie musicale aujourd'hui. Lire la suite


L’avis des utilisateurs

0 comments