Suresnes Cités Danse 2014

Du 10 janvier au 2 février au théâtre de Suresnes Jean Vilar

0

Comments

Add +
  • Un casse-noisette

    © Camille Triadou

    Un casse-noisette
  • The Roots

    © Joao Garcia

    The Roots
  • Barbe-Neige

    © Dan Aucante

    Barbe-Neige
  • Barbe-Neige

    © Dan Aucante

    Barbe-Neige
  • Apache

    © Laurent Philippe

    Apache
  • Extension

    © Dan Aucante

    Extension
  • Soweto kids

    © Dan Aucante

    Soweto kids
  • The Roots

    © Joao Garcia

    The Roots

Un casse-noisette

© Camille Triadou

Il y a quelque chose d'impertinent à venir applaudir les danses urbaines dans un département aussi favorisé que les Hauts-de-Seine. Mais les clichés auraient eu assurément la vie trop facile, si le festival avait eu lieu au fin fond du 93 entre dalles de béton et mégots de joints. Le hip-hop en plein ghetto circonscrit par les murs qui l'ont vu naître. Mais voilà, c'est sur le sol de marbre du théâtre Jean Vilar de Suresnes, dans ce petit coin de banlieue tranquille qu'Olivier Meyer a imaginé cette manifestation inspirée et hors norme. Grâce à lui, chaque année depuis 1993 il souffle un vent nouveau sur la danse, ou plutôt sur les danses, plurielles et polymorphes.


Pour cette vingt-deuxième édition, la programmation affiche pas moins de cinq créations, chorégraphiées par John Degois, Amala Dianor ou encore Laura Scozzi. Des spectacles qui rappellent à l'enfance ('Barbe-Neige et les Sept Petits Cochons au bois dormant'), qui interrogent le processus créatif ('Ma nuit américaine'), ou qui abordent des thèmes fragiles et sensibles comme le corps blessé du danseur. Le langage chorégraphique utilise alors les corps et les émotions pour brouiller les pistes de la danse traditionnelle, cantonnée à son propre vocabulaire, pour explorer des territoires parfois très personnels, pour prendre la parole et la donner.


• Trois petits conseils pour l'édition 2014 :


1  • Ne rater pas 'Ma leçon de hip-hop' de Céline Lefèvre et Sylvain Groud. Surtout si vous rêvez d'une initiation gratuite


2 • Le 2 février, pour clôturer comme il se doit le festival, un bal hip-hop invite gratuitement danseurs et spectateurs à emboîter le pas pendant près de trois heures. Salle Aéroplane de 19h à 22h


3 • Les transports en commun vous terrifient ? Pas de panique, une navette gratuite part tous les jours de la place de l'Etoile à l'angle de l'avenue Hoche, 45 mm avant l'heure de représentation. Surtout, soyez ponctuel !


Notre sélection

© Dan Aucante

Barbe-Neige et les Sept Petits Cochons au bois dormant

Vous croyiez tout savoir sur les contes de fées ? Ravalez votre arrogance et plongez dans l’univers bariolé et loufoque de la chorégraphe et danseuse Laura Scozzi. Avec toute l’extravagance qui la caractérise, l’Italienne diplômée de l’école de mimodrame Marcel-Marceau a imaginé un spectacle pour huit danseurs qui dynamitent nos lectures d’enfance. Ici, Cendrillon perd sa pantoufle pour toujours pour se balader avec une barbe bleue, Blanche Neige a la peau noire et les trois petits cochons portent des imperméables beiges... Sur une musique enlevée du célèbre violoniste Niccolo Paganini, Laura Scozzi insuffle durant une heure dix, humour et folie à ces mythes qui ont façonné notre vision du bonheur.

  1. Théâtre Jean Vilar 16, place Stalingrad, 92150
  2. Du vendredi 10 au mardi 14 janvier
Plus d'infos

© Joao Garcia

The Roots

Revenir au point de départ. Retrouver la source. Renouer avec la mémoire… Après vingt ans à parcourir les différents visages de la danse, à mêler le hip-hop au kathak, Kader Attou, figure emblématique du hip-hop français, renoue avec ses souvenirs de jeune danseur dans ‘The Roots’. Une cour d’école, un fauteuil au bord de l’implosion, un tourne-disque et l’immense désir de danser. Pour fouiller dans ses souvenirs et se rappeler les émotions ressenties lors de tous ces pas dansés, le chorégraphe a fait appel à onze danseurs. Onze hommes en costard pour interroger la mémoire du hip-hop, s’essayant au breakdance, au popping, ou encore à l’electric boogaloo. Un voyage introspectif d’une sobriété magistrale.

  1. Théâtre Jean Vilar 16, place Stalingrad, 92150
  2. Du vendredi 17 au mardi 21 janvier
Plus d'infos

© Laurent Philippe

Apache

  • Note: 4/5
  • notre sélection

C’est autour de l’univers musical d’Alain Bashung qu’Hamid Ben Mahi a construit ‘Apache’, une pièce chorégraphique d’une heure où "Madame rêve" rythme les pas telluriques de cinq danseurs. Un « concert corporel », selon ses propres mots. Installé devant la façade en tôle ondulée d’une station essence, les acrobates vont pendant une heure se porter les uns les autres, se pousser, se repousser… Au gré des riffs de guitare et des crissements d’archet, une multitude de scénettes vont ainsi se détacher de ce tableau couleur sienne. Lire la suite

  1. Théâtre Jean Vilar 16, place Stalingrad, 92150
  2. Du vendredi 24 au dimanche 26 janvier
Plus d'infos

L’avis des utilisateurs

0 comments