Paris dans la rue

Le pavé est battu...

1/12

© Time Out Paris / Nicolas Cloarec

2/12

© Time Out Paris / Emmanuel Chirache

3/12

© Time Out Paris / Kévin Berthon

4/12

© Time Out Paris / Virginia Rollison

5/12

© Time Out Paris / Elsa Pereira

6/12

© Time Out Paris / Kévin Berthon

7/12

© Time Out Paris / Kévin Berthon

8/12

© Time Out Paris / Elsa Pereira

9/12

© Time Out Paris / Emmanuel Chirache

10/12

© Time Out Paris / Emmanuel Chirache

11/12

© Time Out Paris / Emmanuel Chirache

12/12

© Time Out Paris / Kévin Berthon

Voilà un moment que nous arpentons les chaussées de Paris pour vous trouver des bonnes adresses de restaurants et de bars, que nous traversons la ville pour voir des expos, des concerts, des films, des spectacles… Et c’est au fil de toutes ces pérégrinations que nous est venue l’idée de vous parler des rues de la ville. De ce qui s’y passe, de ce qui s'y cache, de ce que l’on peut y voir, ou y manger. De toutes ces échoppes qui vendent leurs petits pains aux Parisiens pressés jusqu’aux artistes qui exposent leur travail sur les murs de la capitale, en passant par le théâtre, le jeu et quelques balades matinale, bucolique, cinématographique ou criminelle.

Street Food

La street food ? Un concept tout simple, vieux comme le monde ou presque, qui a mis un peu de temps à arriver chez nous mais qui a maintenant le vent bien en poupe. De la cuisine préparée et/ou vendue dans la rue (du moins quand la législation le permet), et faite pour y être facilement dégustée. Sandwichs, burgers, kebabs, mais aussi petits plats au packaging bien pensé... Bref, voilà nos adresses préférées. Sandwichs Petits plats d'ici et d'ailleurs Burgers, bagels et hot-dogs Kebabs, falafels & dürüms Pizzas Food trucks Voir aussi : Burgers Toutes nos 'buns' adresses ! Il en a fait du chemin ce sandwich, depuis les bateaux d'immigrés allemands qui quittaient Hambourg, au milieu du XIXe siècle, pour traverser l'Atlantique et vivre leur rêve américain. La viande était alors hachée, salée, mélangée à des oignons et parfois fumée pour supporter le voyage. L'histoire ne dit pas si le fameux steak était déjà affublé de ses deux fidèles tranches de pain, mais le hamburger finira, en tout cas, par dépasser le port de New York pour contaminer tout le pays. Plus tard, il se dispersera aux quatre coins du monde, notamment grâce à un certain clown au patronyme irlandais, érigé comme l'un des symboles les plus puissants de la culture américaine, jusqu'à devenir l'icône absolue de ses problèmes de malbouffe. Aujourd'hui, il surfe doucement sur une nouvelle vague. Amélioré, revisité, bien travaillé, préparé avec des ingrédients sains et locaux, il se forge une nouvelle image et se

En savoir plus

Street Art

La rue Ourcq, Paris 19 Véritables oasis chromatiques, les murs de tags font peut-être rager les petites mamies réacs, ils égayent pourtant un peu le paysage. Parce que c'est mignon l'ardoise des toits parisiens, mais bonjour la déprime quand le ciel bas et lourd vient y poser de gros nuages cendre. On remercie alors les peintres, qui armés de leurs bombes de peinture, viennent colorier les briques de la capitale. De la couleur à Paris, enfin ! Rue de l'Ourcq Pour commencer notre excursion dans le Paris des grapheurs, nous avons laissé traîner notre objectif du côté du 19e arrondissement, tout près de la Villette, à l'angle de l'avenue Jean Jaurès et de la rue de l'Ourcq. Le quartier n'est pas folichon et pourtant, on y croise des oiseaux, un ersatz de Dark Vador et des chevaux en pleine course. Bonne promenade !

En savoir plus
Par Tania Brimson

Jeux de rue

Nouvelles pratiques urbaines Existe-t-il plus grand terrain de jeux que la rue ? A cette question toute rhétorique, la réponse est, évidemment, non - hormis peut-être la forêt, mais enfin ce n'est pas le sujet. Car dans la rue, il y a des joueurs. Une multitude de joueurs. Ainsi, lors de l'arrivée du Tour de France, sur les quais de Seine devant la place de la Concorde, des ados fumeurs de joints jouaient au chat et à la souris avec la brigade fluviale - et comme souvent, les félins ont gagné la partie. Autre exemple, à l'époque où ils n'avaient pas un rond, les surréalistes imaginaient mille-et-un moyens de passer leurs après-midis de désœuvrement en improvisant des jeux plus ou moins poétiques, imaginant par exemple des formes de balades aléatoires à travers Paris, dont le principe était on ne peut plus simple : suivre les plus jolies filles qu'ils voyaient à l'horizon, en passant de l'une à l'autre sans se faire repérer (ce qui peut demander une certaine réactivité). Pour à la fin, leur offrir une fleur. Mignon, n'est-ce pas ? Aujourd'hui, des lascars à Châtelet font d'ailleurs a peu près la même chose. En zappant juste l'étape fleuriste - ce qui rend le truc souvent moins charmant, certes.Clandestinité Bref, la rue ne demande qu'à être occupée, mise en scène... Ce qui nous renvoie à la fois aux situationnistes, à l'organisation britannique « Reclaim the Streets », aux Anonymous de Wall Street et aux fameuses zones autonomes temporaires (ou T.A.Z pour « Temporary Autonomou

En savoir plus

Théâtre de rue

Mort au quatrième mur ! Vous avez le velours carmin en horreur. Selon vous, le théâtre n'a rien à faire sur les scènes privilégiées des théâtres nationaux mais se jouent à même le bitume, à hauteur d'homme. Un espace citoyen pour du théâtre populaire, comme l'avait rêvé Jean Vilar. On ne vous mentira pas, si Paris peut se flatter d'avoir une offre monumentale en matière de spectacle vivant, quand il s'agit de théâtre de rue elle n'a pas vraiment de quoi se vanter. Quelques festivals (une trop maigre poignée) se partagent ainsi le « créneau » proposant aux parisiens des manifestations de quartier gratuites, de qualité et à ciel ouvert. Profitez-en, pendant qu'il en est encore temps. Du côté des festivals Le Printemps des rues Ceux qui connaissent déjà le Printemps des poètes peuvent se frotter les mains. Son homologue théâtreux existe, ce depuis plus de quinze ans ! Festival hors norme : trois jours, quinze compagnies et plus de quarante créations à applaudir, le Printemps des rues installe ses tréteaux dans le 10e arrondissement exclusivement, sur les quais de Jemmapes, au creux du jardin Villemin ou encore aux portes de l’hôpital Saint-Louis. Imaginé par l’association Le Temps des Rues, en partenariat avec l’association CRL10, le festival offre une vision hétéroclite du spectacle vivant : contes, promenades, installations, danses sont ainsi proposés, et à moindre coût puisque toute la manifestation est gratuite. Bien joli, ce mois de mai, n’est-ce pas ? + d'infos Parade(s)

En savoir plus

Paris bucolique

Cette petite rue qui fleure bon le noisetier, cette placette que l'on croirait tout droit sortie d'un village de la Creuse, ce jardin qui déborde d'herbes folles... Pas la peine de vous pincer, vous ne rêvez pas, vous êtes toujours à Paris. Promenons-nous dans les bois... Balades champêtres Photographies du Paris caché Tout l'été, Time Out Paris vous guide dans les ruelles colorées de la capitale. Des idées de promenade ou des propositions de détours, à vous de voir... Promenade autour de l'église orthodoxe Saint-Serge, 19e Il existe à Paris seize églises orthodoxes, dont la fameuse cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky située dans le 8e arrondissement. Beaucoup moins connue, la paroisse Saint-Serge cache ses charmes boisés au fond d'un passage de la rue de Crimée, sur le chemin qui mène aux Buttes-Chaumont. Inutile de dire qu'il est rare que des promeneurs égarés s'y perdent. L'église et son jardin partagé sont comme un secret qui se transmet par le bouche à oreille, une discrétion qui garantit le bon vivre du lieu, où les orthodoxes russes côtoient certains habitants du quartier qui ont investi la parcelle pour faire pousser des fleurs, des plantes aromatiques, des roses trémières et tout ce qui leur passe par la tête. Ce n'est qu'en vertu de la bienveillante tolérance des religieux qu'on s'y promène et qu'on y jardine, car l'endroit n'est pas public. Les bancs et les allées accueillent donc les passants respectueux, lui fournissant au passage un peu de fraîcheur et quelques fe

En savoir plus

Les rues de Paris au cinéma

Dossiers et interviews Les 100 meilleurs films français Les 50 meilleurs films d'horreur 12 films apocalyptiques Les meilleurs films de 2013 Les 20 meilleurs films de 2013 A venir • La Vie d'Adèle Magnifique, 'La Vie d'Adèle' se pose comme une évidence, à l'image de certains films d'Eustache, de Renoir, d'un réalisme époustouflant mais dans le monde d'aujourd'hui. Plongée dans ce film-fleuve de trois heures – qui passent comme une lettre à la poste –, Adèle (Adèle Exarchopoulos, inconnue éblouissante) traverse l'adolescence. Lycéenne curieuse, elle lit Marivaux et s'initie à l'amour. D'abord avec un lycéen gentiment banal, puis avec Emma, une étudiante des Beaux-Arts aux cheveux bleus (Léa Seydoux, magnétique et animale), avec laquelle elle vivra une passion complice et sensuellement intense. Lire la suite Camille Claudel 1915 Disons-le tout de suite : d’une rigueur qui ferait aisément passer ‘Amour’ pour une comédie romantique, ‘Camille Claudel 1915’ se révèle, d’un bout à l’autre, aussi magistral qu’éprouvant (comme ça, au moins, vous voilà prévenus). Plongeant une Juliette Binoche époustouflante, magnifique de retenue, dans un hôpital psychiatrique parmi d’authentiques aliénés, Bruno Dumont y relate le quotidien de l’ancienne sculptrice, âgée de 49 ans au début de sa longue période de réclusion – qui durera jusqu’à sa mort en 1943. Ici, il faut rappeler que les récents films de Dumont n’ont cessé de creuser... Lire la suite Only God Forgives Pour beaucoup (trop ?) de sp

En savoir plus

Commentaires

0 comments