Ajoutez à votre coupes de coeur
0 J'aime

Trouver un bon restaurant chinois à Paris

Nos meilleures adresses pour manger chinois à Paris

Restaurant chinois Paris / © Time Out
On associe souvent, et un peu trop rapidement, la cuisine chinoise à ses mets les plus connus : nems, canard laqué, nouilles, riz cantonais, etc. Pourtant la gastronomie de l'Empire du Milieu est aussi diversifiée que son territoire est vaste : à chaque province, ses spécialités. Alors, où faut-il se rendre pour satisfaire une pressante envie de restaurant chinois ? Paris compte de nombreuses cantines dédiées à cette belle cuisine. Toutes ne se valent pas, certes. Mais, entre les restaurants où la carte est aussi longue que la muraille de Chine et les petites échoppes qui se consacrent à leurs spécialités régionales, les sinophiles gourmets trouveront quand même quelques belles choses à se mettre sous la dent. Et pour continuer votre tour de l'Asie et découvrir des plats aux saveurs complètement différentes, n'hésitez pas à faire une pause gourmande au Japon, en Thaïlande, au Vietnam ou en Corée.

Nos tables préférées :

Ravioli Chinois Nord-Est

Des raviolis, encore des raviolis, rien que des raviolis ! Ce minuscule restaurant chinois, caché dans une petite rue de Belleville, a fait du ravioli sa grande spécialité. 

En savoir plus

Li Ka Fo

Des canards bien ragoûtants suspendus en vitrine, comme pour appâter le chaland. Dans cette cantine chinoise de l’avenue de Choisy, on mange bien et de façon copieuse.

En savoir plus

Au Ciel

Ce restaurant de spécialités chinoises, planqué au cœur de la rue de Charonne, est surtout connu pour ses très bonnes fondues, originaires de la même contrée.

En savoir plus

La Taverne de Zhao

Ici, on fricote à la mode de X’ian, la capitale de  la province du Shaanxi. Et dans ce berceau de la civilisation chinoise, on aime les recettes ancestrales, mitonnées au pot. 

En savoir plus

L'Orient d'Or

Dans ce restaurant chinois, le piment est roi et le jeune chef est originaire de la région du Hunan, connue pour abriter la cuisine la plus audacieuse de l’Empire du Milieu.  

En savoir plus

La Mer de Chine

Beignets d’œufs de 100 ans, poulet croustillants au citron, tripes farcies aux crevettes… Les téméraires, et les autres, devraient apprécier cette cuisine chinoise bien exécutée. 

En savoir plus

Wen Zhou

Si sa devanture ne paye pas de mine, ce restaurant chinois est une valeur sûre à Belleville. Ne loupez les délicieuses brioches au porc (cha siu bao), à 90 centimes. 

En savoir plus

Zenzoo

Une petite cantine tawainaise le soir pour déguster des plats savoureux et parfumés et un salon de thé l’après-midi, pour faire le plein de bubble teas. 

En savoir plus

Délices de Shandong

Ce restaurant chinois du 13e arrondissement met à l’honneur la cuisine du Shandong, une province au sud de Pékin dont la gastronomie est particulièrement riche.

En savoir plus

Chez Van

Dans ce petit restaurant chinois, on fait bouillir les nouilles et les marmites, pour les accorder à tous les goûts : ragoût d’agneau, boyaux de porc, sautées aux crevettes… 

En savoir plus
Afficher plus

Plus de restaurants asiatiques :

Restaurants japonais

Voici un petit guide pour découvrir les bonnes tables japonaises de la capitale, que vous soyez à la recherche de plaisirs simples, de haute gastronomie ou d'authenticité. Faire la fine bouche Toyo Toyo tient son nom du chef, Toyomitsu Nakayama, qui fut l’ancien cuisinier particulier du couturier japonais Kenzo Takada. On y retrouve notamment quelques belles assiettes et des tableaux signés par le créateur. Le lieu est assez vaste, avec un long comptoir de quatorze couverts, quelques tables et un petit salon particulier tout au fond du restaurant. L’établissement est situé à deux pas de la poissonnerie du Dôme, souvent citée comme la meilleure de Paris. C’est évidemment là que Toyo se fournit. La viande, elle, vient de chez Hugo Desnoyer, les légumes de chez Joël Thiébault… Bref, vous l’aurez compris, la qualité des produits est au rendez-vous dans cette cuisine qui marie librement produits japonais et français. Au menu : des plats signature comme la paëlla façon Toyo (aux poissons et aux fruits de mer viennent s’ajouter des algues nori déchirées en gros morceaux et parsemées sur le plat pour le parfum et le croustillant), un carpaccio de veau assaisonné à l’algue tororo cette fois (une grosse algue râpée en fins filaments qui fondent littéralement en bouche), des gnocchis dans un consommé qui change subtilement d’arôme selon la saison, ou encore un curry au filet de poisson pané, savant métissage de bouillabaisse et de curry japonais. De préférence, demandez une place au co

En savoir plus

Restaurants vietnamiens

Il y a plusieurs choses qui caractérisent un Parisien. Il y a, par exemple, cet air cynique et désabusé, cette malveillance absolue envers les touristes, cet amour inconditionnel pour les brunchs trop chers ou cette étrange inclination pour les expositions du Grand Palais. Et au milieu de toutes ces tares, il y a le bo bun. Oui, parce que le Parisien est un animal pressé et souvent fauché (probablement à cause de tous ces samedis passés à bruncher avant d'aller au Grand Palais). Et parce que le bo bun, ce plat à base de boeuf, de nems, de nouilles, de pousses de soja, de citronnelle, de cacahuètes et de coriandre est aussi savoureux que bon marché. Bien sûr, la gastronomie vietnamienne recèle d'autres mets plus délicieux les uns que les autres, comme la soupe pho (qui fait d'ailleurs des miracles contre la gueule de bois) ou le banh mi, ce sandwich vietnamien qui combine astucieusement baguette française et saveurs asiatiques. Alors, que vous soyez à la recherche d'un bon bo bun pour satisfaire vos pulsions primaires de Parisien ou d'une belle table pour faire voyager vos papilles, voici notre carnet d'adresses spécial Vietnam.  Tout notre dossier sur la fête du printemps Accueil Programme Légendes & coutumes Restaurants chinois Restaurants vietnamiens Le Drapeau de la Fidélité Pour trouver une petite place ici, il faudra jouer des coudes, se contenter d’un bout de table peut-être, et venir tôt (la cuisine ferme à 20h30, l’établissement à 22h). Mais le jeu en vaut largeme

En savoir plus

Restaurants thaïlandais

Plus proche de la cuisine birmane ou laotienne que de la cuisine chinoise, japonaise ou coréenne par exemple, la gastronomie thaïlandaise prend une place de plus en plus importante dans le cœur des gourmets européens. Et on comprend aisément pourquoi : des ingrédients qui font mouche (curry, menthe, citronnelle, coriandre, basilic rouge, papaye, fruits de mer, etc.), des parfums et des saveurs qui s'expriment dans tous les sens, des épices savamment dosées, des recettes variées, un sens de la décoration aussi kitsch qu'irrésistible... Comment ne pas succomber ? D'autant plus que bien souvent ces petits plats sont aussi bons que bon marché. Alors, ça vous donne envie de vous asseoir à la table d'un bon restaurant thaïlandais ? Paris en compte quelques uns, ça tombe bien. Lao Siam Ce restaurant ne vient pas d’ouvrir ou d’être restauré. Il ne s’agit pas non plus d’une petite perle nichée dans une mystérieuse ruelle à l’abri de la foule. Non, voilà une adresse incontournable, que beaucoup d’entre vous connaissent sûrement déjà, mais que l’on n’avait pas pris le temps de chroniquer à Time Out Paris. Mais puisqu’il y a quelques jours à peine, en remontant la piste d’un Cirque Electrique, nous nous y attablions une fois de plus, l’occasion était toute trouvée. Dans cette cantine, beaucoup plus vaste qu’elle n’y paraît, on se régale à la mode thaïlandaise ou laotienne. La carte est longue comme une chanson de Led Zeppelin... La suite Reuan Thaï Amateurs d'épices et de sauces coco, Re

En savoir plus

Où manger de bons sushis ?

Blueberry Rose, orange, vert… Ici, les couleurs s’étalent partout, de la déco aux assiettes. Le poisson cru à la japonaise fait sa révolution façon pop (et top) ! Pour commencer et se mettre tout de suite dans l’ambiance, on goûte à l’un des cocktails de la maison – le Tokyo dès l’aube, par exemple – qui associent à des parfums bien connus comme le Martini blanc ou le saké, des goûts plus inattendus comme celui du shiso violet. Le résultat est frais, fruité et léger.On peut donc passer aux choses sérieuses : les makis, la grande spécialité du Blueberry. Servis par six, et répondant à des noms plus loufoques... Lire la suite Nakagawa Une fois n’est pas coutume, ce restaurant japonais ne se planque pas aux alentours de la rue Sainte-Anne, mais à Belleville, en plein quartier chinois. On passe devant, presque par hasard. Et on se décide à entrer, happé par le léger fumet mêlant anguille grillée, soupe miso et tempura qui vient vous picoter l’appétit. A l’intérieur, une petite salle, avec vue sur l’église Saint-Jean-Baptiste, ou quelques places au comptoir, face au chef. A la carte du déjeuner, des menus basiques sushis-soupe-salade-riz entre 11 et 15 euros qui font la part belle à des assortiments un peu plus chers (entre 15 et 20 euros)... Lire la suite Isami C’est au beau milieu du cœur historique de la capitale que se cache l’un de ses meilleurs restaurants de sushis. Comme si les poissons crus proposés ne voulaient pas s’éloigner trop du cours d’un fleuve. C’est donc sur les

En savoir plus

Commentaires

4 comments
Maniquant L
Maniquant L

...une petite rectification, les nems et rouleaux de printemps sont exclusivement vietnamiens, ça n'empêche pas que les autres pays asiatiques tels la Chine, le Laos.. etc,, ont des plats plus que délicieux...

sylvie c
sylvie c

Je vous recommande Le Lys d'Or (2 rue de chaligny 75012) est des meilleurs restaurants chinois pour moi. Le décor est incroyable (ruissellement des fontaines et plantes partout) et la carte propose mille et un mets savoureux pour tous les goûts et à des prix très raisonnables. Tout est parfait de l'accueil à l'addition avec un petit thé vert offert !

Ltong
Ltong

"Les restaurants chinois et vietnamiens, c'est un peu comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber... " C'est très limite votre remarque, dans chaque cuisine qu'elle soit française, indienne, chinoise ou ???, on ne sait pas sur quoi on peut tomber !! Merci de ne pas banaliser la méfiance auprès des restaurants asiatiques et de créer des stéréotypes réducteurs