Les bars de nuit

Où trouver un bar ouvert après 2h ? Guide des rades pour prendre un dernier verre tardif

La rengaine, vous la connaissez. Il est 2h du mat', le bar du coin vient de vous mettre à la porte, et les godets que vous y avez bus vous plongent dans un état d'euphorie digne d'un gamin en passe de braquer un confiseur. Seulement, pas question de rentrer chez vous. Pas question non plus d'aller en boîte : vous n'avez plus un rond, vous êtes looké comme un routier de l'ex-RDA après un aller-retour à Odessa, et de toute façon, les clubs, c'est pas vraiment votre truc. Seule et unique solution : le bar de nuit. Le mirage au milieu du désert, la lumière au bout du tunnel. Si vous êtes le genre d'individu peu fréquentable auquel cette situation ne semble que trop familière, on vous offre ce petit guide de comptoirs insomniaques et richement irrigués. 10 phares inespérés qui, un jour, brilleront peut-être pour vous au fond de la nuit.

Bars

Le Connétable

A boire, escuyer ! Avec un tel nom (le connétable était un comte chargé des écuries royales) on s’attend à trouver une taverne moyenâgeuse en plein cœur du Marais. Et effectivement, on en est pas si loin : cet hôtel particulier du cardinal de Retz est une salle de caractère aux poutres apparentes, QG des noctambules de tous âges. Cette faune contemporaine vient boire un dernier verre, ou plutôt deux, trois… le bar ferme à l’aube, vous avez le temps de perdre le compte. En journée, le Connétable montre un tout autre visage : celui d’un restaurant chic du Marais. D’abord on ne se marche pas dessus, l’ambiance est feutrée, la clientèle plus âgée et la salle à l’étage est ouverte. Dans la plus pure tradition gastronomique française, le menu propose des viandes et des poissons bien en sauce (comme l’émincé de dinde aux cèpes) généreusement accompagnés de pommes de terre sautées à l’ail et de bon vin charpenté. Ici on aime les produits du terroir de qualité et on privilégie le goût plutôt que la diététique. L’addition est un peu salée, mais reste raisonnable pour le quartier. A 20h-21h presque tous les jours, des petits groupes de chanson française s'y produisent.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le 114

Voici les 100 meilleurs bars de Paris sélectionnés par Time Out Paris - cliquez ici pour voir la liste complète.Ce n’est pas parce qu’il existe déjà trente-six bars rock à Oberkampf qu’il ne faut pas se réjouir d’en voir apparaître un nouveau. Ouvert en partenariat avec Puma Social, mais aussi en association avec le récent magazine Plugged, le 114 arbore fièrement sa devise en devanture : « C’est comme chez toi, mais en mieux. » Des fauteuils moelleux et de larges canapés viennent appuyer cette affirmation, même si l’atmosphère n’est pas forcément aussi chaleureuse que l’accroche le prétend. En revanche, on ne peut que saluer l’idée qu’ont eue les créateurs d’inviter des groupes à se produire gratuitement sur la petite scène du bar. La programmation démontre un bon goût certain en matière de rock et de pop, et la sélection à l’entrée se fait en fonction d’une méthode éprouvée ; le premier arrivé est le premier servi. Niveau prix, on dépasse légèrement les standards du quartier, mais pas de quoi crier au scandale. Reste au 114 à se créer une véritable identité, en dehors de toute stratégie commerciale, ce qui devrait être juste une question de temps.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le 45 Tours

Before, after, before d'after et after de before, à vous de choisir ! Le 45 Tours est un bar parfait pour tout noctambule cherchant son bonheur dans le quartier de Faidherbe. Situé au 45 rue de Montreuil, ce troquet, qui sert aussi des en-cas, ouvre ses portes de 6h du matin à 2h du matin pour vos beaux yeux, qu'ils soient gonflés de sommeil ou injectés de sang. Malgré un happy hour aux prix extrêmement attractifs (pinte à 3,50 €, cocktails à 5 €, verre de vin, shooter et ricard à 2,50 €), l'atmosphère du lieu est résolument portée sur la nuit avec des programmations soignées, tournées essentiellement vers la musique électro & co. Les cocktails y sont alors affichés au prix de 8 €, les pintes à 6 € et il est même possible de commander des pichets (de bière 20 € ou de cocktail 40 €) pour les plus assoiffés. Dans cet espace sombre éclairé çà et là par des néons, tout vous enjoint à rejoindre les armées de zombies qui se trémoussent aux premières heures du jour ou de la nuit. Sans vouloir spoiler la prochaine saison de 'Walking Dead', notre petit doigt nous a dit qu'on y recrutait des figurants !

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Café Charbon

Dans la très festive rue Oberkampf, le Café Charbon est une institution qui attire les noctambules parisiens depuis plus d’un siècle. Créé en 1900 dans un quartier d’artisans, ce café Second Empire a le cachet des brasseries à l’ancienne avec son zinc, ses banquettes rouges, ses grands miroirs ternis et ses hauts plafonds. Au-dessus du bar, de magnifiques lampes en fer forgé articulées ont été débarquées d’un bateau de pêche au lamparo. Des DJ assurent un fond musical le week-end, dans un style Radio Nova qui satisfait tout le monde. Les soirs de week-end, le zinc est inaccessible et les serveurs sont débordés, surtout après 2h : ce bar reste ouvert jusqu'à 4h et attire tous les noctambules en quête d'un dernier verre.Mais le Café Charbon est avant tout une brasserie parisienne qui se respecte. On y sert des tapas à 6 € l'assiette (beignets de légumes à la fleur de sel, gravelax de saumon, chipirons frits, keftes de bœuf grillé à la menthe...), des salades et des plats classiques (tartare de bœuf, burger...). Quelques plats se détachent du lot, comme le ceviche de daurade et crevettes à la mangue ou le suprême de poulet au lait de coco et purée vanillée. La terrasse est particulièrement agréable en été, très ensoleillée. Pendant la longue happy hour de 17h à 20h, la pinte est au prix record de 1,70 € et les cocktails à 5,50 €. Autre réjouissance, on peut commander les cocktails pas très chers (entre 7 et 9 €), mais aussi au litre (à 22 € le pichet, on s'en sort bien). Sachez

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Restaurants

Café de la Presse

« Après avoir abrité pendant de nombreuses années les imprimeries de Paris et une usine redistribuant de l’énergie, le Café de la Presse souhaite aujourd’hui reconquérir son statut de force motrice du quartier. » Voilà ce que l’on peut lire sur la page Facebook de ce bar ouvert au printemps 2014. Une épitaphe pour la presse écrite, et un beau leitmotiv pour s’imposer dans les rues de Bastille.En tout cas, on ne peut déjà plus nier l’immense popularité de ce lieu, qui propose alcool, nourriture, culture et clubbing, tout en excellant dans chacune de ces disciplines. Tous les soirs, la foule, jeune et pétillante, déborde sur le trottoir. D’ailleurs, ce jour-là, c’est toute une équipe de joggeurs en leggings fluo qui sirote un verre avant de se lancer dans la course, donnant un air joyeusement excentrique à l’atmosphère du moment.La carte des réjouissances ne fait pas mentir cette bonne humeur ambiante : « bloc de foie gras en rubrique », « fusilli paparazzi champignons », « salade HuffPost » ou encore « pain brioche archivé ». Les jeux de mots s’affichent sans complexe et les plats qui s’amènent sont bons, généreux, pas stupéfiants non plus mais largement suffisants pour équilibrer avec bonheur la surdose d’alcool ingurgitée. Et permettre à nos estomacs enthousiastes de se trémousser sans risque devant le DJ de la soirée, ou de récupérer tranquillement devant une exposition de tatouage.Un des principaux charmes du Café de la Presse réside dans son large espace intérieur, habill

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Experimental Cocktail Club

Fini les sempiternels mojitos et caipirinhas. Après avoir testé les mixtures de l’Experimental Cocktail Club, vous tirerez un trait sur ces cocktails ennuyeux qui sont ce que le hamburger-frites est à la gastronomie française. Paris manquait de ce type d’endroits très en vogue à New York, les Mixology Bars qui réinventent les cocktails avec des alcools rares, des jus de fruits frais et des épices subtiles. Le Tommy’s Margarita Especial est par exemple un démentiel mélange de tequila Arette - 100 % agave, citron vert pressé, miel d’agave bio infusé à la vanille bourbon et clous de girofle. Le Bee’s Kiss est un équilibre entre rhum jamaïcain Appleton VX, crème, miel de fleurs bio et poivre concassé d’Indonésie.Si vous êtes novice, ruez-vous d’urgence dans ce discret bar du quartier de Montorgueil pour réveiller votre palais. Une fois les lourds rideaux pourpres poussés, on s’installe dans une salle aux pierres et poutres apparentes et à la déco baroco-design étudiée (lustres Stark, canapés capitonnés). Le spectacle est assuré par les bar tenders qui s’agitent avec leurs shakers. La semaine l’ambiance est feutrée, le week-end le bar est investi par des DJs et une foule de noctambules qui viennent y trouver refuge après 2h. Il devient alors impossible de trouver une place assise. Pas d'happy-hour.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Tambour

Ce bar d'apparence banale en journée devient le repaire de tous les oiseaux de nuit et des insomniaques du quartier jusqu’à 3 heures et demi du mat’. L’ambiance y est chaleureuse, quelquefois un peu « folklo » entre les soiffards accrochés au comptoir et les barmans, des gaillards bourrus. Mais on aime se mêler à cette faune nocturne sympathique. On a parfois plus l’impression d’être dans une taverne de marins qu’au centre de Paris ! La déco est un ramassis de panneaux routiers récupérés. Au Tambour, on peut venir satisfaire une pulsion d’andouillette, de pied de cochon ou d’entrecôte à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Pour accompagner ces plats rustiques, on boit une bouteille de vin « à la ficelle ». Les prix pratiqués sont logiquement élevés à des heures tardives.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Moka Goncourt

Allez, on ne va pas vous mentir, si un jour vous passez la porte du Moka, c'est que a) il est 6h du mat, vous n'êtes toujours pas couché et donc bien entamé b) il est toujours 6h du mat et vous avez eu la flemme de remonter la rue du Faubourg du Temple pour vous rendre au Zorba c) peu importe l'heure, crédule (et saoul ?) comme vous êtes, vous avez vraiment cru que la spécialité du lieu, c'était le moka (ce délicieux café cultivé au Yémen). Au croisement de l'avenue Parmentier et de la rue du Faubourg du Temple, ce bar de matinée légèrement creepy occupe un emplacement de choix si vous venez de prendre un apéro bien arrosé sur le canal Saint Martin ou si vous sortez de la Java. Et puisque vous avez accidentellement dansé sur les tables du Zorba le week-end dernier, le videur, ainsi que votre dignité, vous en interdisent désormais l'entrée. Qu'à cela ne tienne, le Moka vous tend les bras, à moins que ce ne soit sa drôle de faune bigarrée... Vous parler de ses barmen (souriants), de sa déco ou de ses breuvages (5,50 € la pinte de bière, 6,50 € le cocktail) n'a finalement pas grand intérêt puisqu'à l'heure où vous vous y rendrez, les serveurs seront tous vos copains, vous ne garderez probablement aucun souvenir de la déco (à part peut-être celle des toilettes) et votre gosier sera sans doute déjà bien altéré par tous les mélanges qu'il aura vu passer.  Néanmoins, et puisque votre motivation pour prolonger votre soirée semble inaltérable, nous ne pouvons que vous conseiller de

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus

Dame de Canton

L’ancienne Guinguette Pirate est aujourd’hui la Dame de Canton, normal car ce bateau est une superbe jonque chinoise tout en bois exotique qui a fait plusieurs fois le tour des océans dans une vie antérieure. Amarrée sur les quais de Seine depuis qu’elle a pris sa retraite, cette gracieuse Dame est aujourd’hui festive et musicale. La salle de concert et sa piste de danse tout en bois exotique, le carré du capitaine avec sa bibliothèque ancienne, la cale restaurant avec son boudoir romantique et cosy, son pont ensoleillé avec vue sur la Seine… on ne se lasse pas d'explorer le dédale de couloirs de ce bateau. La programmation musicale a en revanche évolué depuis sa reprise : auparavant orientée chanson française, la Guinguette Pirate avait vibré au son des guitares de M (Mathieu Chédid), Noir Désir, Thomas Dutronc, Bénabar, Sanseverino… Aujourd’hui on assiste davantage à des concerts avant-gardistes et insolites, avec des projets VJ sur écrans géants. On peut par exemple assister à une scène de chanson française « break beat théâtro-festive », des soirées jazz manouche électro-swing, tzigano-keupon, des nuits DJ électro-tropical candomblé, du thaï-funk nu disco-électro, ragga, kompas, des soirées mash'ups & bootlegs… ou encore des musiques du monde  alternatives dont vous n’aurez jamais entendu parler. Dans les cuisines de la cale sèche, la carte est très créative, avec par exemple un démoniaque risotto aux pleurotes et son coulis de crustacés au safran.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Requin Chagrin

Voici les 100 meilleurs bars de Paris sélectionnés par Time Out Paris - cliquez ici pour voir la liste complète.« Vieille prostituée » est le nom louphoque de ce bar en créole réunionnais. Au Requin Chagrin donc, on ricane volontiers entre étudiants fauchés, car ici, contrairement aux bars alentour hors de prix, on ne se ruine pas. On s’installe sur de hautes tables rondes dans une salle aux boiseries chaleureuses façon pub pour siroter une bière Guinness brune, une Hoegaarden blanche ou une Grim ambrée (avis aux connaisseurs) parmi un vaste choix de bières. Un plateau "dégustation" d'une douzaine de bières est proposé à 12 euros. On peut aussi opter pour un whisky, des cocktails maison ou des rhums arrangés (autre héritage antillais ?). Les soirs de matchs, les grands téléviseurs sont allumés et l’ambiance est ponctuée par les « hooo » et « haaa » des spectateurs. Au sous-sol se trouve une seconde salle avec un bar en U propice aux conversations croisées. La déco change au fil des soirées à thèmes qui sont programmées ici : événements sportifs, fêtes… Le week-end, l’endroit concentre tous les habitués qui n’ont pas envie d’aller au lit, et qui s’entassent debout ici jusqu’à 4h du matin. L’été, la petite terrasse extérieure est très plaisante, à côté des glouglous de la fontaine de la charmante place piétonne de la Contre-Escarpe.

La note de Time Out
  • 5 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 1 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Joséphine, caves parisiennes

Un an de travaux et plusieurs centaines de bouteilles empilées plus tard, Joséphine, caves parisiennes est né. Ce nouveau bar à cocktails maison, vins racés et whiskies rares est situé dans un quartier plutôt pauvre en lieux trendy (qui fleurissent partout à Paris), Ménilmontant. Une bonne idée des patrons du Cannibale voisin, qui n’ont pas lésiné sur la décoration, inspirée par la sensuelle Joséphine Baker et des tatoueurs américains avant-gardistes des années 1940. En entrant on est frappé par l’odeur de peinture et par la magnifique étagère murale en bois qui expose des bouteilles de vins, des whiskies japonais et toutes sortes de fioles d’apothicaires comme dans un petit musée. Au sol, un joli carrelage en mosaïque rappelle les bistrots chics parisiens art déco. Face à nous, un magnifique comptoir à l’ancienne est animé par deux serveurs aux petits soins : vestiaires gratuits, grands sourires, conseils… L'accueil est sans faute. Dans une seconde pièce plus cosy, de nombreuses banquettes confortables, un petit dancefloor et un autre bar (oui, c’est immense) promettent de belles soirées. C’est dans cette salle taillée pour les soirées que des DJ viennent poser leurs platines tous les jeudis, vendredis et samedis, passant du rock, du hip-hop, du disco ou de l'électro. Au sol, des dalles de verre laissent apercevoir une vraie cave, profonde et débordante de bouteilles. Autre surprise, derrière un immense miroir, une porte dérobée cache… un fumoir !  Passons à la carte, qui pr

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 5 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Point Ephémère

Le Point Ephémère est un ancien magasin de matériaux de construction de style art déco, idéalement piéton et près de l'eau, le long du canal Saint-Martin. Transformé en squat artistique de 1 400 m2 en 2004, le spot devient vite populaire et plus du tout éphémère grâce au soutien de la mairie de Paris. Cette pépinière organise expos, concerts et soirées de musique indé pointue plutôt branchée pop, rock, électro et hip-hop, à la portée des bourses juvéniles (10 à 20 euros l’entrée). On aime bien ce cadre berlinois avec ses centaines de graffitis, le béton nu, la verrière immense, des petites expos. On apprécie la terrasse chauffée et calme en hiver. Les prix sont raisonnables mais majorés à partir de 19h30 (la pinte passe de 5 à 6 € par exemple). L’été de 18h30 à 21h30, les apéromix attirent beaucoup de monde ; atteindre le bar relève alors de l’exploit. On peut y déjeuner et y dîner sur sa jolie terrasse ensoleillée, l'assiette sera bonne mais un peu chère pour la portion servie. On se pousse à chaque sortie d'ambulance des pompiers de la caserne voisine, mais on est bien assis au bord de l'eau. Voir tous les bars de Paris : cliquez ici. Voici les 100 meilleurs bars de Paris sélectionnés par Time Out Paris - cliquez ici pour voir la liste complète.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Clubbing

L'OPA

L’avantage de l’OPA, c’est qu’il ferme tard. L'entrée est gratuite avant minuit, 5 euros après, un happy hour est proposé de minuit à 1h, et le dancefloor est toujours chaud. Le seul obstacle possible reste le vigile si vous êtes mal habillé. La déco de ce loft change du bistrot français branchouille : mur de briques à la new-yorkaise, projections sur le mur pendant les soirées clubbing et flash lights à gogo. A l’étage vous trouverez un second bar, des banquettes design, un petit dancefloor et un fumoir exigu. Du mercredi au samedi, des groupes parisiens rock, folk, indé, punk, pop déchaînent une assemblée de jeunes au look BB Brunes à la mèche rebelle. Puis des DJ house, techno ou minimale investissent les platines, attirant les clubbers de Bastille en mal d’after jusqu'à l'aube. Certains soirs vous tomberez sur des sets hip-hop, funk, soul.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Zorba

Le Zorba est un bistroquet parisien en plein Belleville qui ouvre tôt, très tôt : à 5h du mat’, attirant les fêtards qui veulent s'envoyer un dernier verre et les commerçants du coin qui vont ouvrir leurs stores. Plus tard, les vieux du quartier se racontent les derniers potins, coude à coude avec les jeunes qui apprécient cette petite terrasse pour sa couleur locale. Le Zorba a gardé sa gouaille populaire à la babelvilloise, grâce à des prix crevant le plancher, et des alcools de qualité. Ici on peut toujours venir s’envoyer un petit calva des familles sans craquer son portefeuille. Certains soirs, des DJs posent leurs platines en haut ou dans le cave voûtée au sous-sol.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Soleil de la Butte

Le Soleil de la Butte connaît deux visages : le jour, ce restaurant pittoresque de la butte Montmartre attire les touristes comme le miel attire les abeilles grâce à sa terrasse ensoleillée au pied des escaliers, à l’abri de la pollution et des voitures. La nuit, il attire les noctambules du quartier en quête d’un dernier verre. Le week-end, les lieux sont ouverts jusqu’à l’aube. La carte est celle d’une brasserie parisienne classique avec des prix abordables, sans être exceptionnelle. mais on peut y déjeuner dans un cadre agréable et à toute heure (les cuisines sont ouvertes non-stop jusqu’à 1h du matin). Sa salle en sous-sol est louée à des musiciens et des petites troupes de théâtre ou d’humoristes pendant la semaine. Le week-end à partir de 22h et jusqu'à l'aube, elle devient l’antre des DJ’s qui y organisent leurs soirées. Le son est logiquement très inégal (tout dépend de qui se trouve derrière les platines), mais on vient volontiers y jeter une oreille, s'y jeter un dernier godet avant de rentrer se coucher.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 1 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Bonnie and Clyde

La rue Frochot, autrefois réputée pour ses bars à hôtesses, n’aura rien perdu à voir son ancienne routine semi-clandestine disparaître au profit d’établissements comme le Bonnie and Clyde. Même les habitants historiques du quartier, dont l’humeur se tend naturellement quand sont évoqués les bars nouveau-nés, gagneraient à descendre les escaliers qui mènent à ce bar en cave. Ici, le dandysme à l’anglaise se pare d’une chemise à fleur hawaïenne et d’un accent parisien tout droit sorti d’une comédie de Georges Lautner. Un endroit simple et convivial qui s’attache à l’esprit canaille et noctambule du quartier.Cause ou conséquence, ce bar souterrain peut se targuer d’être l’un des rares autorisé à garder son rideau ouvert jusqu’à six heures du matin le samedi, dans une nuit parisienne qui a pris la mauvaise habitude de fermer ses troquets dès deux heures. Avec sa lumière tamisée, ses néons orangés scintillant derrière le bar et sa sélection musicale toujours impeccable, le Bonnie and Clyde est l’endroit idéal à Pigalle pour faire durer la soirée jusqu’à l'aube dans une ambiance bon enfant et bon marché. On vous recommande chaudement l’indémodable gin tonic, servi contre à peine huit euros. Sans doute le moins cher du quartier à cette heure-ci.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus

Sir Winston

Bien installé dans un canapé Chesterfield en vieux cuir, vous avez l’impression d’être dans le salon de Sir Winston en personne, chasseur de fauves de la Compagnie anglaise des Indes orientales. Peau de panthère au plafond, bibliothèque de livres anciens reliés, meubles exotique, tapis, fumoir, bouddha doré… dans ce décor très élégant créé par Jonathan Amar, il flotte une atmosphère un brin coloniale très sophistiquée. A deux pas des Champs-Elysées, ce repère fréquenté par les "happy few" du quartier est aussi un bar de nuit ouvert jusqu'à 4h tous les jours, un bon plan pour prendre un dernier verre en soirée. La spécialité de la maison ? Une carte de plus de cinquante whiskies à faire pâlir un Ecossais, et un choix de cocktails créatifs pensés par le chef Barmaid Ahmad Beerahee. La carte du restaurant est variée, entre plats français traditionnels (entrecôte Angus pommes grnailles), burgers et plats fusion avec une touche asiatique (saumon poêlé, wok de légumes caramélisés à la citronnelle). Les prix sont en revanche prohibitifs (le premier burger est à 18,5 €). Ici on mise sur un fond jazzy ou world « lounge » mixé par des DJ pas trop envahissants, pour laisser s’entretenir la clientèle dans le calme et la volupté. Au sous-sol, l'univers est surprenant : des compartiments de train ont été transformés en petits boudoirs pour prendre l'apéritif à deux, souvent fréquentés par des hommes riches accompagnés de jolies filles. Le dimanche, le gospel brunch du Sir Winston est très populaire, car il est relativement peu cher, délicieux et musical.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 1 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le 138

Le « 138 » (rue du Faubourg Saint-Antoine) est un bar discret à quelques pas de Bastille, et un bon plan pour prendre un dernier verre après 2h sans devoir crier dans l’oreille de son voisin pour discuter, comme dans ces clubs à la musique trop forte. Le 138 est un vaste bar confortable à la lumière tamisée, au fond musical rock bien choisi et à la déco shabby chic faussement négligée. Quelques meubles vaguement baroques, des canapés en cuir capitonné dépareillés invitent à s’affaler à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. A l’entrée, un grand comptoir s’ouvre sur une salle tout en longueur, aux baies vitrées lumineuses en journée. Deux autres petites pièces en enfilade avec d’autres canapés mènent à un escalier puis à la cave où vous pouvez faire un dernier tour de piste de danse. En plus, le personnel est sympa et les cuisines sont ouvertes à toute heure pour préparer quelques plats simples (croque-monsieur, salade, tartines). Une carte de cocktails et de vins honnête et quelques bières bouteilles changeront les blasés du demi-pression, les prix restent raisonnables même s'ils sont majorés la nuit. Happy-hour jusqu'à 21h.

La note de Time Out
  • 4 sur 5 étoiles
En savoir plus
Bars

Le Troisième Lieu

La Cantine des Ginettes armées est un autre bastion lesbien de jeunes femmes assumées qui ici se lâchent et s’extravertissent. La spécialité de la maison : la bière Fargo aromatisée au miel en pichet. On peut aussi y manger sur le pouce plus pour se nourrir que pour déguster des mets raffinés. Le soir, des DJettes s’installent aux platines à l’arrière d’une caravane ramenée on ne sait comment jusqu’ici, dans son décor kitsch pétillant et coloré : un baby-foot, des strings qui sèchent au-dessus du comptoir. Au sous-sol, une cave décorée d'un sous-marin jaune qui fait office de dancefloor. Ambiance world en haut, électro-house en bas. Selon le soir, petite projection photo, DJ set, concert... Le week-end, les soirées durent jusqu'à l'aube, le Troisième Lieu est alors un bon refuge pour boire un dernier verre après 2h. Les hétéros et les mecs peuvent rentrer ici, mais les habituées seront clairement privilégiées les jours de foule. On a du mal à respirer quand l’ambiance est surchauffée et le videur n’est pas toujours sympa à cause des voisins râleurs quand vous sortez prendre un bol d’air.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus

Charlie Birdy - Boétie

Charlie Birdy ne fait pas référence à Charlie Parker mais au nom du perroquet de Winston Churchill. A deux pas des Champs-Elysées, ce vaste pub entre un loft new-yorkais et club colonial pour gentlemen anglais attire beaucoup de touristes étrangers. Il programme des concerts de jazz, blues, folk et funk très régulièrement, garder des prix raisonnables pour le quartier et présente l'avantage d'être ouvert non stop jusqu'à 5h du mat' tous les jours. On s'installe dans de confortables canapés Chesterfield pour assister à des live ou suivre des matchs de foot et de rugby sur des écrans géants. A la carte, l’indétrônable burger est une valeur sûre : moelleux à souhait, gigantesque et servi avec de bonnes frites. En revanche, pour l’authenticité des fajitas et tapas, il faudra repasser. Si vous avez soif, testez un des nombreux cocktails de la carte pendant l’happy-hour de 16 à 20h du lundi au vendredi, et améliorez votre anglais en compagnie des expats et des touristes. Si vous êtes pressés, repassez un autre jour car le service peut être lent.  Le Charlie Birdy est réputé pour son brunch musical Gospel & soul à 19 euros, assez copieux mais pas très raffiné. Avec cette formule "à l'américaine", on vous sert une boisson chaude, un jus de fruits, des mini-viennoiseries, pain, beurre, confiture, suivis d'un plat au choix : "potatoes burger" où des galettes de pommes de terre, oeufs brouillés, bacon, galette de pommes de terre, ou bagel saumon au cream cheese ou salade caesar. Puis un dessert pas follasson : cheesecake, pancake, moelleux au chocolat ou - plus original - une minestrone aux fruits frais.  Deux autres adresses de cette enseigne existent à Paris : Charlie Birdy Montparnasse et et Charlie Birdy Commerce, qui ne ferment à 5h que le week-end.

La note de Time Out
  • 3 sur 5 étoiles
Les utilisateurs disent
  • 3 sur 5 étoiles
En savoir plus
Afficher plus

Commentaires

1 comments
Les Cariatides
Les Cariatides

Bonjour, vous pouvez aussi boire un verre aux Cariatides, bar ouvert de 18h00 à 04h00 du matin tous les jours sauf dimanche (ferme à 02h00). En savoir plus www.lescariatides.com