Fête du cinéma

Du 28 juin au 1er juillet 2015

Du dimanche 28 juin au mercredi 1er juillet inclus, la Fête du cinéma rempile pour sa trentième et unième édition, pour laquelle toutes les séances, sans exception, seront à 4 €.

Du coup, Time Out ne résiste pas à l'envie de vous concocter sa sélection du moment, pour vous orienter vers les meilleurs films actuellement en salles.

Plus d'infos sur le site officiel de l'événement.

Notre sélection des meilleurs films

Comme un avion

Décalé, drôle et subtil, on retrouve avec plaisir l'univers de Bruno Podalydès, en pleine crise de la cinquantaine.

En savoir plus
En salles

Les Mille Et Une Nuits

Le premier volet du génial film-fleuve de Miguel Gomes est en salles depuis le 24 juin. Entre Shéhérazade et le Portugal en crise, c'est le marathon de l'été.

En savoir plus

Victoria

En un seul magistral plan-séquence réalisé sans trucages, le film étire ses 2h25 sans faillir. Un polar vibrant de réalisme.

En savoir plus

Une seconde mère

Un épatant duo d’actrices pour ce beau film brésilien entre comédie sociale et drame familial, à la tonalité douce-amère.

En savoir plus
En salles

The Duke of Burgundy

Après le malin ‘Berberian Sound Studio’, Peter Strickland revient avec un hommage formaliste et classieux à la sexploitation des '70s.

En savoir plus

Valley of Love

Isabelle et Gérard paumés en plein désert de la Vallée de la Mort, dans l’attente d’une improbable épiphanie. Et où Depardieu ressuscite.

En savoir plus
En salles

Trois souvenirs de ma jeunesse

Après l’escapade américaine de ‘Jimmy P. – Psychothérapie d’un Indien des Plaines’, Arnaud Desplechin revient au bercail dans sa ville natale de Roubaix, avec ces ‘Trois souvenirs de ma jeunesse’ qui fleurent bon l’autobiographie et un attachant retour du cinéaste à ses sources, entre marivaudage... Lire la suite

En savoir plus
En salles

L'Ombre des femmes

Enigmatique et poétique (comme souvent chez Philippe Garrel), le titre de ce nouveau long métrage, ‘L’Ombre des femmes’, prend tout son sens au fur et à mesure que le film se dévoile : celui d’un féminisme ouvert, tendre et généreux dans les relations amoureuses, où... Lire la suite

En savoir plus
En salles

Un Français

Avant même sa sortie, nombre de journalistes débattaient déjà sur ce film en raison de son sujet : les skinheads. Deuxième long métrage de Diastème, ‘Un Français’, qui suit Marco (Alban Lenoir, dans une prestation parfaite) de 1985 à 2013, frappe fort. Le réalisateur voulait en effet quelque chose de plus « organique qu'intellectuel », où la psychologie aurait toute sa place, d'où une violence sans retenue et un réalisme débordant. Originellement pensée comme un roman sur le développement de la haine en France, l’histoire s’est vite orientée vers le support cinématographique, plus adapté à la narration. Marco vit chez ses parents et est engagé dans un groupe de « Nazi-Klan ». Sa bande et lui tabassent Arabes, homosexuels, Noirs et autres groupes minoritaires qui passent sur leur chemin. Diastème souhaitait une brutalité éprouvante et n’hésite pas à montrer du sang et du sexe. Le spectateur suit un personnage en quête de repères évoluant au fil de ses rencontres, qui avec la maturité prend peu à peu conscience de ses actes. Le dilemme n’est alors plus intérieur mais apparent. Peut-on suffisamment faire la part des choses et côtoyer des individus ayant des idées extrémistes ? Contrairement à la situation médiatique actuelle, le film ne cherche ni à effrayer ni à condamner. L’histoire de la France, des trente dernières années, est retracée à travers ce spectacle d’1h38. La comparaison avec 'American History X' de Tony Kaye paraît, a priori, bien trop évidente pour être soutenu

En savoir plus
En salles

Loin de la foule déchaînée

Etonnant projet, a priori, que cette adaptation par Thomas Vinterberg du célèbre roman de Thomas Hardy, situé en pleine époque victorienne. Pourtant, au-delà de la surprise de ce film en costumes mis en scène par l’acide réalisateur de ‘Festen’ et de ‘La Chasse’, il faut... Lire la suite

En savoir plus
En salles

La Loi du marché

Edit : La loi du supermarché, devrait-on ajouter. Après avoir perdu son emploi dans des circonstances douloureuses, Thierry retrouve un petit boulot de vigile dans un centre commercial. En poste à l’entrée ou derrière les caméras de surveillance, il arrête... Lire la suite

En savoir plus
En salles
Afficher plus

A lire aussi :

Commentaires

0 comments