Ajoutez à votre coupes de coeur
0 J'aime

Fête du cinéma

Du 29 juin au 2 juillet 2014

Fritz Lang, Jack Palance, Michel Piccoli et Giorgia Moll dans 'Le Mépris' de Jean-Luc Godard (DR)

Du dimanche 29 juin au mercredi 2 juillet inclus, la Fête du cinéma rempile pour sa trentième édition, pour laquelle toutes les séances, sans exception, seront à 3,50 €. Du coup, Time Out ne résiste pas à vous concocter sa sélection du moment, pour vous orienter vers les meilleurs films actuellement en salles.

Plus d'infos sur le site officiel de l'événement.

Notre sélection des meilleurs films du moment

Taxi Téhéran

En 2010, le cinéaste iranien Jafar Panahi, critique vis-à-vis du régime politique de son pays, été condamné à ne plus réaliser de films ni sortir d'Iran pour une durée de 20 ans. Après 'Ceci n'est pas un film', coréalisé l'année suivante avec Mojtaba Mirtahmasb, le réalisateur... Lire la suite

En savoir plus
En salles

Histoire de Judas

Avec ‘Les Chants de Mandrin’(2012) consacré aux héritiers du célèbre contrebandier, Rabah Ameur-Zaïmeche s'écartait de l'exploration de la banlieue et des relations franco-algériennes qui l'ont fait connaître. ‘Histoire de Judas’ est le... Lire la suite

En savoir plus
En salles

L'Astragale

Leïla Bekhti et Reda Kateb, couple de hors-la-loi magnétiques à la fin des années 1950, pour un essai tendre et racé sur la frustration de la passion amoureuse – et un bel hommage au cinéma de la Nouvelle Vague. Avril 1957. Albertine (Leïla Bekhti), 19 ans... Lire la suite

En savoir plus
En salles

La Maison au toit rouge

Japon, milieu des années 1930 : quittant sa campagne natale pour travailler à Tokyo, la jeune et timide Taki (Haru Kuroki) devient femme de chambre dans le paisible foyer de Tokiko (Takako Matsu), de son mari Masaki (Takataro Kataoka)... Lire la suite

En savoir plus
En salles

Le Challat de Tunis

En 2003, Tunis est le cadre d'une légende urbaine qui ne parvient pas, à l'époque, de notre côté de la Méditerranée. Sur une mobylette, un homme armé d'un rasoir balafrerait les fesses des femmes trop légèrement vêtues à son goût. Lire la suite

En savoir plus
En salles

Shaun le mouton

Seuls les studios Aardman – créateurs britanniques de ‘Wallace & Gromit’, ‘Chicken Run’ et d’autres adorables personnages en pâte à modeler – pouvaient avoir l’idée saugrenue d’employer une quantité industrielle d’argile pour raconter... Lire la suite

En savoir plus
En salles

A trois on y va

Du très célèbre ‘Jules et Jim’ de Truffaut aux ‘Amours imaginaires’ de Dolan, en passant par ‘La Maman et la Putain’ de Jean Eustache, ‘César et Rosalie’ de Claude Sautet, sans oublier le ‘Vicky Cristina Barcelona’ de Woody Allen, le très fameux ‘The... Lire la suite

En savoir plus
En salles

Le Président

Le Printemps arabe a beau avoir secoué l’actualité mondiale en 2011, il lui aura fallu quatre ans pour remuer à son tour celui du cinéma. Car, hormis quelques documentaires plus ou moins intéressants (du récent ‘Eau argentée’ au terrible ‘Le Serment de Tobrouk’ de... Lire la suite

En savoir plus
En salles

Crosswind

Audace, radicalité, distance critique, le tout au service d’une esthétique tout bonnement incroyable : à tout juste 27 ans, le jeune Estonien Martti Helde fait une entrée fracassante sur la scène du cinéma d’auteur européen, avec ce premier long métrage aussi inattendu... Lire la suite

En savoir plus
En salles
Afficher plus

A lire aussi :

Les meilleurs films de 2014

Les 30 meilleurs films de 2014 12 Years a Slave Le souci principal de ‘Twelve years a slave’, c’est qu’il s’avance avec un gros panneau « chef-d’œuvre » sur le front. Du coup, comme quand un premier de la classe passe au tableau, on l’attend au tournant. Voyez donc : un réalisateur rare – dont ce n’est que le troisième film – à l’esthétique maîtrisée, venu de l’art contemporain avec le bon goût de s’appeler Steve McQueen. Plus un casting creamy deluxe où l’on retrouve son acteur fétiche, Michael Fassbender, aux côtés de Brad Pitt, Benedict Cumberbatch, Paul Dano ou Paul Giamatti. Le tout pour un sujet aussi sérieux que douloureux. Ouh là… Lire la suite 20 000 jours sur Terre Il faut l’avouer, rares sont les documentaires musicaux de cette trempe : dès ses premières secondes, ‘20.000 jours sur Terre’ tranche en effet radicalement avec le tout-venant du genre, synthétisant dans son générique les 19.999 premiers jours de la vie de Nick Cave à travers un patchwork, aussi épatant qu’épileptique, d’archives visuelles et sonores. Puis, le film s’ouvre sur le jour d’après, celui qui donne son titre à ce long métrage de Iain Forsyth et Jane Pollard, et où l’on suit pendant 24 heures l’artiste australien, résidant désormais à Brighton, au sud de l’Angleterre. C’est là la première originalité du film : évacuer la... Lire la suite Adieu au langage A travers son titre comme à travers les idées qu’il lance à la cantonade, ‘Adieu au langage’ ressemble à une révérence, à une ultime pirouette

En savoir plus

Paris au cinéma : 1926-1967

Dossiers et interviews Les 100 meilleurs films français Les 50 meilleurs films d'horreur Les 50 meilleurs films romantiques Les meilleurs films de 2013 Les 20 meilleurs films de 2013 A venir • La Vie d'Adèle Magnifique, 'La Vie d'Adèle' se pose comme une évidence, à l'image de certains films d'Eustache, de Renoir, d'un réalisme époustouflant mais dans le monde d'aujourd'hui. Plongée dans ce film-fleuve de trois heures – qui passent comme une lettre à la poste –, Adèle (Adèle Exarchopoulos, inconnue éblouissante) traverse l'adolescence. Lycéenne curieuse, elle lit Marivaux et s'initie à l'amour. D'abord avec un lycéen gentiment banal, puis avec Emma, une étudiante des Beaux-Arts aux cheveux bleus (Léa Seydoux, magnétique et animale), avec laquelle elle vivra une passion complice et sensuellement intense. Lire la suite Camille Claudel 1915 Disons-le tout de suite : d’une rigueur qui ferait aisément passer ‘Amour’ pour une comédie romantique, ‘Camille Claudel 1915’ se révèle, d’un bout à l’autre, aussi magistral qu’éprouvant (comme ça, au moins, vous voilà prévenus). Plongeant une Juliette Binoche époustouflante, magnifique de retenue, dans un hôpital psychiatrique parmi d’authentiques aliénés, Bruno Dumont y relate le quotidien de l’ancienne sculptrice, âgée de 49 ans au début de sa longue période de réclusion – qui durera jusqu’à sa mort en 1943. Ici, il faut rappeler que les récents films de Dumont n’ont cessé de creuser... Lire la suite Only God Forgives Pour beaucoup (tr

En savoir plus

Bruce Lee en dix scènes cultes

Lire aussi Les 100 meilleurs films français Les 50 meilleurs films d'horreur Les 50 meilleurs films romantiques Les meilleurs films de 2013 Les 20 meilleurs films de 2013 A venir • La Vie d'Adèle Magnifique, 'La Vie d'Adèle' se pose comme une évidence, à l'image de certains films d'Eustache, de Renoir, d'un réalisme époustouflant mais dans le monde d'aujourd'hui. Plongée dans ce film-fleuve de trois heures – qui passent comme une lettre à la poste –, Adèle (Adèle Exarchopoulos, inconnue éblouissante) traverse l'adolescence. Lycéenne curieuse, elle lit Marivaux et s'initie à l'amour. D'abord avec un lycéen gentiment banal, puis avec Emma, une étudiante des Beaux-Arts aux cheveux bleus (Léa Seydoux, magnétique et animale), avec laquelle elle vivra une passion complice et sensuellement intense. Lire la suite Camille Claudel 1915 Disons-le tout de suite : d’une rigueur qui ferait aisément passer ‘Amour’ pour une comédie romantique, ‘Camille Claudel 1915’ se révèle, d’un bout à l’autre, aussi magistral qu’éprouvant (comme ça, au moins, vous voilà prévenus). Plongeant une Juliette Binoche époustouflante, magnifique de retenue, dans un hôpital psychiatrique parmi d’authentiques aliénés, Bruno Dumont y relate le quotidien de l’ancienne sculptrice, âgée de 49 ans au début de sa longue période de réclusion – qui durera jusqu’à sa mort en 1943. Ici, il faut rappeler que les récents films de Dumont n’ont cessé de creuser... Lire la suite Only God Forgives Pour beaucoup (trop ?) de spe

En savoir plus
Afficher plus

Commentaires

0 comments