Que faire le 14 juillet ?

« Le jour du 14 juillet, je reste dans mon lit douillet, la musique qui marche au pas, cela ne me regarde pas », oui mais...

Loic Lagarde

« Le jour du 14 juillet, je reste dans mon lit douillet, la musique qui marche au pas, cela ne me regarde pas », chantait Georges Brassens en 1952. Si aujourd'hui, le défilé militaire sur les Champs-Elysées, le feu d'artifice au pied de la Tour Eiffel et les bals des pompiers sont restés ancrés dans la tradition française, vous n'aurez pas « mauvaise réputation » si vous séchez les festivités. Voici donc quelques alternatives festives et culturelles pour égayer ce mardi férié.

Le 14 juillet : Traditionnel

Que faire à Paris ?

Défilé militaire sur les Champs-Elysées

Pas de pitié pour les troupes et autres officiels : hors de question de faire la grasse matinée en ce mardi 14 juillet 2015 férié, puisque les célébrations commenceront à 10h pétantes. Après la parade aérienne des forces de l’air, troupes à pied et gardes montées sillonneront les 2 km des Champs-Elysées...

En savoir plus

Observer le Feu d'artifice du haut d'un rooftop

En matière de rooftops, Paris n'est pas la plus perchée des capitales. Certes. Pourtant nous aussi, on aimerait, comme à Berlin, à Londres, à New York ou à Chicago, pouvoir grimper sur la tête de nos minuscules gratte-ciels, faire la fête, manger, boire un verre, nager, mater un film avec la voûte céleste pour seul plafond...

En savoir plus
Que faire à Paris ?

Feux d'artifice du 14 juillet

Cette année, la fête nationale brillera de mille feux entre 23h et 23h35, avec le fameux événement pyrotechnique tiré depuis les bassins du Trocadéro. Pour profiter de cette grosse demi-heure de feux d'artifice tout en évitant les bains de foule, nous avons sélectionné pour vous quelques spots de choix avec vue sur la Tour Eiffel, loin, bien loin de la cohue du Champ-de-Mars. De quoi profiter, aussi, des autres explosions de lumière organisées en région parisienne, sans risquer de se prendre un coup de coude dans l'œil.

En savoir plus

Le Bal des pompiers

Sortez vos robes à fleurs et vos rouges à lèvres carmin, c’est le bal des pompiers. Tradition oblige, cette année encore vous vous presserez à la caserne du coin (parmi les 14 qui participent cette année) pour faire tourner vos jupes sur des airs d’accordéon. Un brin kitsch, un peu désuet mais suffisamment bon enfant pour passer une chaleureuse soirée. Selon les lieux vous aurez droit à du jerk, à un orchestre et ses danseuses plumées ou à de l’électro-pop. A vous de voir sur quoi vous préférez vous déhancher. Et si vous n’aimez pas faire la queue ni danser parmi une foule compacte, on vous conseille d’éviter les casernes populaires (quai de Valmy et rue du Jour).

En savoir plus

Le 14 juillet : Culturel

Musées

Musée Maillol

Dina Vierny a 15 ans lorsqu’elle rencontre Aristide Maillol, dont elle devient le modèle de prédilection. Pendant plus de dix ans, le sculpteur la représente sous toutes ses coutures et dans tous ses états. Des œuvres comme 'L’Air' et 'L’Harmonie' naîtront de cette collaboration entre l’artiste, fasciné par la beauté du corps, et la muse idéalisée.

En savoir plus
Musées

Jeu de Paume

Diane Arbus, Berenice Abbott, Richard Avedon, Ai Weiwei, Robert Adams... Rares sont les monstres sacrés de la photographie qui n'ont pas eu droit à leur exposition personnelle au sein des galeries nationales du Jeu de Paume. Convertie en musée en 1909, cette ancienne salle de – attention, suspense...

En savoir plus
Musées

Musée Jacquemart-André

Le perron, flanqué de deux lions en pierre de taille et surmonté d’un bataillon de colonnes néoclassiques, happe le visiteur. Et donne le ton de cette somptueuse demeure du XIXe siècle, qui abrite l’ahurissante collection d’art assemblée tout au long de leurs vies par Edouard André, riche rentier d’une famille de banquiers, et son épouse, l’artiste Nélie Jacquemart.

En savoir plus
Musées

Musée d'Art moderne de la ville de Paris

Posté dans l’aile Est du Palais de Tokyo, construit en 1937 à l’occasion de l’Exposition internationale des arts et techniques, le musée d’Art moderne recèle depuis 1961 une collection issue des avant-gardes historiques. Fauves, cubistes (plutôt de l'école des Delaunay que de Braque et Picasso), post-cubistes, orphiques et membres de l’Ecole de Paris dominent les galeries du MAM...

En savoir plus

Commentaires

0 comments