Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Les meilleurs bars pour danser à Paris

Les meilleurs bars pour danser à Paris

Notre guide ultime des meilleurs bars pour picoler, faire la fête et danser all night long (ou presque) !

Par La Rédaction |
Advertising

Envie de vous défouler sur un dancefloor lubrifié à la bière, sans débourser un kopek à l'entrée ? Paris regorge de bars sympas et festifs près de chez vous qui programment des soirées DJing gratuites tous les week-ends, et quelquefois tous les jours. Idéals pour vous mettre en jambe avant de sortir en club, ces bars ont l'avantage de vous faire découvrir du bon son pointu, tout en vous laissant l'occasion de papoter autour d'une mousse. L'ambiance chauffe, les rires fusent, les chemises se mouillent et l'alcool coule à flot. Voici une sélection des meilleurs DJ bars de Paris : électro, hip-hop, rock, groove en tout genre, si l'envie vous démange, laissez-vous guider, dansez !

Bars, Bars à cocktails

Panic Room

11e arrondissement
4 sur 5 étoiles

Le Panic Room est devenu en quelques années l’un des spots-clé de la vie noctambule rue Amelot, déjà réputée pour ses bars comme le Pop In et le Zéro Zéro. D’ailleurs, un quatrième bar vient d’ouvrir : les 4 Eléments, davantage branché électro. Cette boîte qui a pourtant eu du mal à se positionner à ses débuts, en changeant plusieurs fois de propriétaires, a définitement trouvé son public. Aujourd’hui, on y programme des DJs pointus aux univers éclectiques : pop, rock, électro, 80's, soul, funk, hip hop… . On y boit de bons cocktails bien dosés, pas trop chers, servis par des patronnes sympas, et le vigile à l'entrée est toujours agréable. Le Panic Room est une boîte assez vaste si l’on considère les deux dancefloor (un au sous-sol, l’autre au rez-de-chaussée), un fumoir et un grand comptoir. Programmation disponible sur leur site web.

Musique

Alimentation Générale (ALG)

Folie-Méricourt
5 sur 5 étoiles

Malgré les apparences, l'Alimentation Générale n'est pas une épicerie, mais un bar, restaurant, salle de concerts et club. Les soirées à l’ALG (pour les intimes) sont colorées, chaleureuses, ultra festives et toujours abordables (l’entrée est souvent à 5 € ou 10 € avec une conso). Dans cette salle tout en béton meublée de grandes tables en bois conviviales et d'un baby-foot, le dance floor devant la petite scène est toujours animé.

Advertising
© DR / Jean-Louis La Nuit / Fernanda Peruzzo
Clubbing, House, disco and techno

Jean-Louis La Nuit

Les Halles

On connaissait les bars-tabacs et les PMU/dépôts de pain. Et voilà que débarque Jean-Louis La Nuit, première boutique/bar/snack/club de Paris. En sirotant sa bière bio Jean-Louis (le taulier s'est associé avec une brasserie drômoise), on déambule dans la partie mode où des bombers à paillettes et des chemises en lamé de jeunes créateurs invités tentent le chaland. Après 23h, le lieu bascule en mode clubbing. Les DJ’s confidentiels font alors groover une foule de jeunes gens sérieusement lookés. 

Musique, Salle de concert

Le Pop-Up du Label

12e arrondissement
4 sur 5 étoiles

Sous les arcades impressionnantes de l’avenue Daumesnil, le Pop-Up du Label, ex-les Combustibles, est un bar-restaurant qui combine énergiquement musique et cuisine. Pour la partie musique, il y en a pour tous les goûts : le lieu accueille aussi bien des soirées jazz le mardi, que rock, hip-hop ou électro le reste de la semaine. Lives et DJ sets pointus enflamment la salle en sous-sol (consulter leur page Facebook pour connaître le programme). En suivant l’énorme fresque de graffitis qui court le long de l’escalier, on monte à l’étage du restaurant. La déco est une déclinaison de tons blancs et bois du plus bel effet. Des dessins contemporains et des lampes industrielles apportent une touche arty à l'endroit, tout comme les expos régulières d’artistes. En cas de petites comme de grandes faims, on peut dévorer des plats simples et soignés, mitonnés par le cuisiner du jour. Pour accompagner la nourriture et la musique, le Pop-Up du Label propose une sélection de vins naturels et de bières artisanales à découvrir.

Advertising
Bars, Cafés-concerts

A la Folie

La Villette
4 sur 5 étoiles

Il s'est installé au début de l'automne 2015 sans crier gare, dans son immense écrin de verdure au cœur du parc de La Villette. Posé là entre les arbres, il s'impose au regard avec ses murs rouge pompier, typiquement Villette, une couleur contagieuse au point de la retrouver pratiquement sur tous les bâtiments du parc. Du rouge pour A la Folie qui récite sur l'un de ses murs la ritournelle des pâquerettes, et c'est vrai qu'on risque de l'aimer un peu, beaucoup, voire passionnément avec son super espace, son super bar, sa super terrasse, son super resto, ses super arcades, ses... STOP : trop de superlatifs tuent le superlatif. 

Bars, Bars à cocktails

L'Entrée des Artistes Pigalle

9e arrondissement
4 sur 5 étoiles

Une façade végétalisée devant laquelle on passerait sans s’arrêter, avec une discrète plaque dorée indiquant « L’Entrée des Artistes ». A l'intérieur, un duplex Art déco tamisé jusque dans les WC (faire pipi dans le noir, grosse tendance), entre loft d’artiste et club de jazz.

Advertising
Bars, Bars à cocktails

Le Zéro Zéro

Saint-Ambroise

L’être humain est hautement compressible : si vous en doutez, l’expérience est validée chaque week-end au Zéro Zéro. Dans ce bar qui attire une foule démesurée dans quelques mètres carrés, ouvrir la porte est déjà une bataille. La seule solution pour avancer est de danser en renversant le moins possible sa bière.

Bars, Bars à cocktails

Castor Club

Saint-Michel
5 sur 5 étoiles

Passé la discrète porte à l’entrée de la mystérieuse façade, on a l’impression d’atterrir dans un refuge des montagnes du Montana. Sur les murs et au plafond, des planches de bois en veux-tu en voilà qu'une lumière tamisée par de très beaux abat-jour rétro met en valeur. Le tout donne une esthétique ultra classe qui rappelle forcément les clubs clandestins du temps de la Prohibition.Associé à la musique très rock et country du Nashville des années 1950-60, on se prend pour Vincent Vega dans Pulp Fiction. Ça tombe bien : en bas, l’espace est parfaitement propice à la danse.

Advertising
Clubbing

Favela Chic

Folie-Méricourt
4 sur 5 étoiles

Danseurs de samba et amoureux du Brésil, ce lieu est pour vous : à partir de minuit, la foule est compacte et l’ambiance tropicale. La température grimpe pour atteindre le climat de Rio en plein carnaval caramba ! On monte sur les tables sur lesquelles on a dîné pour danser jusqu'au bout de la nuit, l’alcool coule à flot et tout le monde frétille sur des beats électro-tropico bien choisis jusqu’à 4h le week-end. La déco chiné shabby chic est assez réussie, la cuisine brésilienne est savoureuse mais chère (18 euros le plat). Les consommations ne sont pas données non plus, mais on paye aussi pour passer une bonne soirée car l'entrée est gratuite. Depuis peu, la Favela a rénové son espace, créé une nouvelle entrée via la "pop-up galerie", une galerie d'art contemporain qui change d'expo tous les premiers jeudis du mois. Elle n'est ouverte que le soir, et profite à tous les clients de la Favela et du mix club, le petit salon chic qui a ouvert entre la galerie et la grande salle, plus calme pour boire un verre, et où des DJ viennent y mixer leurs sons du moment.

Bars, Cafés-concerts

Le Motel

Bastille
4 sur 5 étoiles

Retiré dans un passage près de Bastille, le Motel est un bar où se donne rendez-vous une clientèle électro-pop-rock branchée les soirs de petit concert. Demandez à des serveurs vraiment sympas un cocktail détonant comme le vodka-tatin ou le Joe (vodka-pastèque) ou le Léon des Bois (vodka-citron vert-fraise-menthe). Les planches charcuterie-fromages sont à moitié prix pendant ce moment de grâce qu’est l’happy-hour (18h-21h). On s'installe au fond, sur des canapés de brocante dépareillés face au bar en arc-de-cercle. Puis pendant la soirée, un petit box de DJ chauffe un dancefloor plus que saturé le week-end. Les mardis, mercredis et un dimanche sur deux, on vient profiter d'un DJ set ou un « pop quiz », un jeu qui attire des habitués.

Advertising
Bars, Bars à vins

Rosa Bonheur

Buttes-Chaumont
5 sur 5 étoiles

n bar bucolique, niché dans une petite maison au sommet du parc des Buttes Chaumont. On prend l’apéro sous les grands arbres en profitant des derniers rayons de soleil et de la vue, superbe. Les dimanches, c'est l'incontournable rendez-vous gay (hétéro-friendly). Il faut dire que la patronne Michelle Cassaro, aka Mimi, était à la tête du myhtique Pulp, boîte lesbienne qui a fermé en 2007. Avec Zouzou l'autre ambassadrice de la Camargue, ambiance de folie garantie !

Bars, Cafés-concerts

La Karambole

18e arrondissement
5 sur 5 étoiles

Cosy par sa taille mais minimal dans sa déco, le Karambole est un bar-restaurant qui accorde autant de soin à la musique qu’aux tapas. Donc prêtez vos papilles pour des petits plats tendances à partager comme les croquetas au chorizo ou des rouleaux d’aubergine au chèvre frais et au romarin (3 euros la portion). Les grandes faims seront apaisées par le plat du jour ou un copieux hamburger. On nous émoustille également les oreilles avec un programme de musique groovy. House, minimale, électro, dubstep : des DJ’s ou des compositeurs électroniques issus des labels indépendants et underground nous livrent des beats pointus et des basses lourdes. Le Karambole réserve aussi une grande place aux sons funk, soul et hip hop. Le Karambole Café fait un grand effort dans la promotion des cultures actuelles à travers des expos photo (vernissages le premier mercredi du mois), des conférences sur la musique et des projections de courts métrages (infos sur la page myspace).

Advertising
Bars, Bars à vins

La Colonie

Poissonnière
4 sur 5 étoiles

A quelques minutes de la gare du Nord : une grande devanture vitrée, des lumières rouges et ce nom « la colonie » qui s’inscrit sur les vitres, barré : la colonie. Si l’on ne connaît pas l’histoire du lieu : c’est un bar, un grand et beau bar, avec ses murs vert menthe à l’eau, son toit verrière, ses quelques plantes, ses canapés, ses tables blanches simples et sa véranda chauffée pour fumer des clopes.

Bilal Tarabey
Bars, Cafés-concerts

Les Disquaires

Roquette
5 sur 5 étoiles

Dans son nouveau décor (sans le poteau du milieu) les Disquaires a fait peau neuve : habillé de béton brut ciré et de rouge, sa petit scène fait face au dance-floor et aux platines. Autour du bar, des expo temporaires d'artistes parisiens décorent les murs. Dans le quartier de Bastille ce café-concert est un bon plan pour profiter d'un bon concert autour d'un demi ou d'un cocktail. Il propose une programmation live où chacun peut trouver son bonheur entre jazz, funk, hip-hop, soul et autres variantes de la black music. Et pour ceux qui ne veulent pas rentrer trop tôt, les programmateurs ont toujours dans la manche un DJ set pour les soirées clubbing jusqu'à 2h. Il fait toujours bon y jeter une oreille pour entendre ce qui se passe dans le Paris groovy.

Advertising
Musique

L'International

Folie-Méricourt
4 sur 5 étoiles

De 18h à 21h pendant l'happy hour, les pintes sont à 4 € et le pastis à 2 €. De quoi patienter sagement (ou pas), avant de descendre dans ce sous-sol, aux airs de garage transformé en club clandestin (murs et piliers en béton inclus), pour profiter des concerts.

Clubbing

4 Eléments

Folie-Méricourt
5 sur 5 étoiles

Dernier-né de la très agitée rue Amelot, le 4 Eléments est un bar-club électro qui programme des DJs sets de minimale, house, techno… pourvu que ça pulse ! Nouveau rendez-vous des clubbeurs 100 % électro, sa programmation pointue encourage les fidèles à revenir, tout comme son entrée gratuite et son videur sympa.

Advertising
Bars, Bars à vins

Chair de Poule

Folie-Méricourt
5 sur 5 étoiles

La musique ici est la clé de voûte. Concerts live, DJ sets, playlists indie ultra-pointues (noise, hardcore, cold wave), soirées blind tests le lundi... Le génial rade est maqué avec la salle des Instants chavirés (Montreuil), et copine aussi avec les festivals défricheurs comme Sonic Protest et Ideal Trouble (son fondateur Etienne Blanchot vient d'ailleurs souvent mixer). Les mardis soirs, une faune surex' guette le coup d'envoi du TTDTAHCDP (Tournoi de Tennis de Table Auto-Homologué du Chair De Poule). 

Bars, Bars de quartier

Le 9b

19e arrondissement
4 sur 5 étoiles

Ce nom vous rappelle quelque chose ? Le 9 Billards bien sûr ! Ce bar qui a précédé les Disquaires rue Jean-Pierre Timbaud vient de renaître boulevard de la Villette, non loin du Café Chéri(e). A peine ouvert, il est déjà blindé tous les soirs, sans doute parce que la même tribu de jeunes Parisiens branchés fréquente ce lieu pour sa programmation de musiques alternatives éclectiques : électro, hip-hop, funk ou rock. Mais le concept du bar a quelque peu changé puisqu’au nouveau 9b, on peut manger... du couscous ! Au plafond, une rampe de boules de billards géantes vient d’être installée, au-dessus d’un vaste comptoir. Au sous-sol, une autre salle a hérité de la cabine de DJ de l’ancien bar qui a gardé ses vieux autocollants. En terrasse, les tables sont décorées de vieux vinyles qui font office de dessous de plats. Les prix sont raisonnables, et c’est tant mieux.

Advertising
Bars, Bars de nuit

Le Zorba

10e arrondissement
4 sur 5 étoiles

Le Zorba est un bistroquet parisien en plein Belleville qui ouvre tôt, très tôt : à 5h du mat’, attirant les fêtards qui veulent s'envoyer un dernier verre et les commerçants du coin qui vont ouvrir leurs stores. Plus tard, les vieux du quartier se racontent les derniers potins, coude à coude avec les jeunes qui apprécient cette petite terrasse pour sa couleur locale. Le Zorba a gardé sa gouaille populaire à la babelvilloise, grâce à des prix crevant le plancher, et des alcools de qualité. Ici, l'odeur est un peu douteuse, vaguement alcoolisée, le formica des tables usées, mais l'ambiance est toujours festive, grâce à une équipe de barmans toujours de bonne humeur et à des habitués un peu excentriques qui font la causette aux petits nouveaux. Ici on peut toujours s’envoyer un petit calva des familles sans craquer son portefeuille déjà dépouillé par une soirée arrosée. Certains soirs, des DJs posent leurs platines en haut ou dans le cave voûtée au sous-sol.

Bars, Bars à cocktails

Andy Wahloo

3e arrondissement
4 sur 5 étoiles

Andy Wahloo ( "wahloo"voulant dire "je n'ai rien" en arabe) est un petit bar trendy en clin d’œil au roi du pop art, Andy Warhol, version bled marocain. Aménagé dans un bel hôtel particulier du Marais par les frères Mazouz, tout comme les restaurants voisins gastronomiques et branchés Le Derrière et le 404, ce bar alterne mobilier oriental design et produits de consommation de la ménagère marocaine des 70’s, sublimés en déco kitsch : pots de peinture en guise de pouf, paquet de lessive en vitrine murale... On profite de la cour arborée très agréable en journée pour prendre le thé à la menthe sur des tapis, au calme, et on grignotte des "mezzes", sortes de tapas orientales (caviar d'aubergine, houmous...). Le soir venu, la cour s'illumine de bougies romantiques, à l'intérieur, on s’affale sur des sofas marocains pour siroter l'un des nombreux cocktails inventifs que la carte (environ 10 €) propose pendant l’happy-hour (de 17 à 20h). Du mercredi au samedi, les DJs poussent le volume au fil de la soirée, pour distiller des sons sophistiqués électro, hip-hop, électro-tropical. Le bar se blinde alors d'une population hype d'habitués. On regrettera que ce bel endroit soit de plus en plus privatisé en semaine, obligant les clients à faire demi-tour, et que l'ambiance soit un peu trop superficielle les soirs de surpopulation de "wannabe" fashions.

Advertising
Bars

Twenty One Sound Bar

Charonne

Un bar hip-hop à Paris ? Le Twenty One Sound près de Bastille est un temple du hip-hop américain – East Coast et West Coast ne se font pas la guerre ici – mais aussi du dancehall et rap français. Plusieurs DJs se succèdent aux platines les vendredis, samedis et dimanches soirs pour mixer sur un sound system puissant des sets old school, comme les dernièrs tracks sortis dans les bacs. 

Bars

Café Charbon

Folie-Méricourt
4 sur 5 étoiles

Dans la très festive rue Oberkampf, le Café Charbon est une institution qui attire les noctambules parisiens depuis plus d’un siècle. Créé en 1900 dans un quartier d’artisans, ce café Second Empire a le cachet des brasseries à l’ancienne avec son zinc, ses banquettes rouges, ses grands miroirs ternis et ses hauts plafonds. Au-dessus du bar, de magnifiques lampes en fer forgé articulées ont été débarquées d’un bateau de pêche au lamparo. Des DJs assurent l’ambiance musicale le week-end, dans un style Radio Nova qui satisfait les bobos du coin. Evitez d’y aller un soir de week-end, le zinc est inaccessible et les serveurs sont débordés. La terrasse est particulièrement agréable en été.

Advertising
Bars, Cafés-concerts

Le Café des Sports

Belleville
3 sur 5 étoiles

Le décor de ce bar n’a rien d’exceptionnel, mais on vient ici pour sa programmation musicale et ses bières pas chères. Vitaminé, le patron connait un tas de DJ et de groupes locaux talentueux : électro-dub, pop, chanson française, dub, rock, soul, funk, etc. Il propose un live différent chaque soir, toujours de qualité. C’est l’étape idéale sur la route de la Bellevilloise ou de la Maroquinerie. L’ambiance est décontractée dans ce bar fréquenté par des habitués et des fêtards de passage. Avec les beaux jours, on profite de la terrasse extérieure pour casser la croûte dehors. On peut commander une bouteille de vin rouge avec une planche de charcuterie-fromage de qualité. Le Café des Sports est un petit bar qui sait divertir sa clientèle et contribue activement à faire bouger le quartier.

Advertising